65 400 vies

CHRONIQUE / « Aidez-nous à changer la vie de 65 400 personnes. » (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / « Aidez-nous à changer la vie de 65 400 personnes. »

C'est le titre qui coiffait le communiqué de presse de Centraide Outaouais émis mercredi matin, peu de temps après le petit-déjeuner annuel de cet organisme qui lançait sa campagne de financement 2016, et pour lequel plus de 600 convives s'étaient rassemblés.

On parle donc de 65 400 personnes en Outaouais qui devront compter sur Centraide au cours de la prochaine année. Plus de 65 000 personnes qui devront tendre la main pour des raisons aussi variées les unes que les autres, mais tout aussi valables, tout aussi essentielles et tout aussi urgentes. Plus de 65 000 personnes qui compteront sur vous. Sur nous.

C'est beaucoup. C'est énorme. C'est étourdissant.

J'ai fait un petit calcul rapide. Et pour obtenir ce nombre, c'est-à-dire 65 400 personnes, il faudrait réunir dans un même endroit les populations complètes - adultes, enfants, aînés, tout le monde - de Val-des-Monts, Chelsea, Cantley, Maniwaki, Embrun, Casselman et Clarence-Rockland. Imaginez...

Autre petit calcul, plus simple celui-là, c'est approximativement une personne sur sept de l'Outaouais qui devra se tourner vers Centraide pour obtenir de l'aide en 2017. Étourdissant, disais-je. 

Alors, on fait quoi ? Il n'y a pas 65 400 réponses à cette question. En fait, il n'y en a qu'une : on aide. On donne. On ouvre notre coeur. Ce n'est pas compliqué.

J'entends certains dire : « Pourquoi donnerais-je ? Mon argent va juste aider à payer les salaires des employés de Centraide Outaouais. »

Vrai, ces gens sont rémunérés. Venir en aide à 70 organismes et 65 400 personnes est un travail à temps complet qui nécessite énormément de temps, d'énergie, de visibilité et de planification. La responsabilité est énorme. Parce qu'on ne distribue pas plus de quatre millions de dollars le plus équitablement possible en se réunissant bénévolement un matin autour d'une table du Tim Hortons.

Et dites-vous une chose : sans ces gens - ou sans ces salariés, si vous préférez -, ce sont 70 organismes qui fermeraient leurs portes et 65 400 personnes qui se retrouveraient sans ressources. Dans la rue. Dans votre rue...

« En 2015, Centraide Outaouais a pu aider 64 038 personnes fragilisées, peut-on lire dans le communiqué de presse. Cette année, l'objectif est de soutenir 65 400 citoyens avec 4 725 000 $ », ajoute-t-on.

Si ça peut vous rassurer, sachez que les employés de Centraide Outaouais ne sont pas inclus parmi ces 65 400 personnes « fragilisées ». Et que les salaires de ceux-ci, à ce que je sache, ne seront pas comptabilisés dans les 4 725 000 $ qu'on souhaite amasser pour redonner aux gens dans le besoin. 

Donnez donc, la gang. C'est pour une bonne cause, vous le savez bien, et ce n'est vraiment pas compliqué. Il suffit d'ouvrir un peu son coeur. 

•••

Et parlant de Centraide Outaouais...

Bien content de constater que l'ami Michel Picard sera de retour cette année à titre de président de cette campagne de financement. On ne pourrait miser plus juste comme « grand coeur ».

Mais petite question comme ça en passant, mon cher Michel : qu'as-tu fait de ma vache !?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer