De la couleur sur mon écran noir et blanc

Arnold Palmer pendant un tournoi en Géorgie, aux... (Archives, AFP)

Agrandir

Arnold Palmer pendant un tournoi en Géorgie, aux États-Unis, en 2000. Le golfeur est décédé dimanche dernier à l'âge de 87 ans.

Archives, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / « Le légendaire golfeur Arnold Palmer est décédé. » J'ai eu un petit pincement au coeur en lisant ce titre.

Il n'était plus jeune, le golfeur. Et quand quelqu'un quitte ce monde à l'âge de 87 ans, comme lui, on se dit, malgré le chagrin en nous, qu'il a connu une belle vie. Qu'il a laissé sa marque. Qu'il a légué à ceux qui l'ont connu un peu de lui. C'est déjà beaucoup. Mais le petit pincement au coeur demeure. Comme pour nous rappeler que la vie est si précieuse, mais si éphémère aussi, même pour les légendes.

•••

Quand j'étais jeune enfant, un téléviseur noir et blanc trônait dans le salon. C'est autour de cette boîte à images que toute la famille se réunissait le soir pour regarder Moi et l'autre, Rue des Pignons, Les belles histoires des pays d'en haut et, bien entendu, La soirée du hockey. Tout ça était diffusé sur les ondes de Radio-Canada, le seul et unique poste de langue française capté par les « oreilles de lapin » du téléviseur. J'imagine qu'on aurait pu regarder de temps à autre les émissions diffusées aux deux autres stations que nous captions, soit CBC et CTV. Mais il aurait d'abord fallu apprendre l'anglais...

Puis le câble est arrivé. J'avais six ou sept ans. Peut-être huit. Et du jour au lendemain, nous passions de trois à 13 postes, parmi lesquels se trouvait la station québécoise Télé-Métropole (aujourd'hui TVA). Nous avions maintenant un choix ! Bobino à Radio-Canada, ou Batman à Télé-Métropole ? La Ribouldingue ou Ma Sorcière bien-aimée ? Moi et l'autre ou Jinny ? Deux postes, imaginez. C'était trop...

•••

Le téléviseur était toutefois délaissé une fois l'été arrivé. La programmation estivale était médiocre, comme quoi rien n'a changé depuis... Et de toute façon, c'était l'époque où les enfants jouaient dehors du matin au soir. Une drôle d'époque où les jeux sortaient tout droit de notre imagination plutôt que d'un PlayStation.

Mais par journées pluvieuses, on restait à l'intérieur à jouer des jeux de société et, parfois, à regarder la télé. Il y avait ces stations américaines parmi celles ajoutées par le câblodistributeur. Des postes aux acronymes NBC, CBS et ABC. Et l'une de ces stations diffusait des matchs de baseball le samedi après-midi. Des matchs des Yankees de New York, surtout. (C'était avant l'arrivée des Expos de Montréal).

Puis après le baseball suivait le golf. Un sport qui me fascinait. Mes frères et mes amis me trouvaient plutôt curieux. C'était ennuyant, du golf. C'était un sport de « vieux ». C'était un sport pour les « riches ». C'était un sport pour les « snobs ». Ce n'était pas pour nous, le golf.

Ils avaient un peu raison, j'imagine. Mais il y avait ce golfeur qui sortait du lot. Ce golfeur toujours souriant qui semblait si proche du peuple. Il n'avait rien d'ennuyant, celui-là, avec son style sans peur sur les allées. Il n'était pas snob, non plus. Bien au contraire. Et il était si jeune pour maîtriser comme il le faisait ce « sport de vieux ». Il semblait tellement s'amuser.

Par sa façon d'être, par sa façon de jouer avec désinvolture, et par sa façon d'être près des gens, Arnold Palmer mettait de la couleur dans le golf. Il mettait de la couleur sur un écran noir et blanc.

En 1997, celui que ses pairs ont baptisé « The King » a combattu un cancer de la prostate. Quelques mois plus tard, il était de retour sur les allées, toujours aussi souriant.

Quand les annonceurs télé se sont mis à vanter son courage, sa force et sa ténacité, Palmer leur a répliqué : « Je ne veux pas être un héros. Je veux seulement jouer au golf. »

Ça dit tout. Il voulait simplement jouer. Arnold Palmer a transformé un sport de « riches » et un sport de « vieux » en un jeu. 

Un jeu d'enfants...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer