Édition limitée

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Je vous ai parlé en mai dernier du Franco-Ontarien François Caza et de la «lutte» qu'il menait contre les Sénateurs d'Ottawa. Directeur général d'un bureau de traduction d'Ottawa, père de deux enfants et fils de l'avocat bien connu Ronald Caza, François est aussi partisan inconditionnel des Sénateurs.

Il y a plus de cinq ans, il a écrit à l'administration de «son» équipe pour déplorer le fait qu'il est impossible de trouver quoi que ce soit en français dans les boutiques des Sens. Rien. Absolutely nothing. Que ce soit un gaminet, un porte-clés, une casquette ou un simple fanion, tous les articles disponibles en boutique affichent les mots «Ottawa Senators», même si le nom de cette équipe est enregistré dans les deux langues officielles du pays. François Caza a alors décidé de prendre la plume et de porter plainte auprès de la direction des Sénateurs.

On l'a ignoré. On n'a même pas pris le temps de lui envoyer un simple accusé de réception. Mais ce que l'administration de cette équipe ne savait pas, c'est qu'elle avait affaire à un Franco «pitbull» qui n'allait pas lâcher le morceau...

François Caza a réécrit aux bureaux des Sénateurs. Et réécrit. Puis réécrit encore. Douze fois au total! Et pendant cinq années! Sa «lutte» a duré aussi longtemps que celle du mouvement S.O.S. Montfort, bâtard! 

Et à l'instar de Gisèle Lalonde et de sa gang de Franco-Ontariens, François Caza a gagné. Les Sens ont plié. Et non seulement ont-ils plié, mais ils ont demandé à François Caza quel article en français il aimerait voir en vente dans les boutiques. Il a donc choisi le t-shirt. Puis les Sénateurs lui ont demandé de choisir le design à apparaître sur ce t-shirt

C'était en mai dernier. Et voici des extraits d'un courriel que m'a fait parvenir François vendredi.

***

«À la suite de quelques dizaines de courriels et de suggestions des membres de la communauté, nos Sens ont décidé d'évaluer le marché avec une conception "sans risque" du genre Property of the Ottawa Senators. Ils m'ont offert six choix de design et j'ai choisi celui qui mettait le texte en français le plus en évidence tout en restant attrayant.

Ce t-shirt est présentement en production et sera disponible dans les semaines à venir. Le tirage sera très limité (72 t-shirts au total) et ils seront disponibles en P, M, G, TG, TTG.»

***

Voilà pour la bonne nouvelle. Mais si vous êtes comme moi, chers lecteurs et partisans francophones des Sénateurs, vous avez probablement sursauté au nombre de gilets qui seront produits. Soixante-douze? Juste 72?

Voici ce que François Caza ajoute à ce sujet dans sa missive: «J'ai demandé à Toby (le directeur du marketing des Sénateurs) ce qu'il compte faire lorsque tous les t-shirts seront vendus - en lui rappelant que le Rouge et Noir avait épuisé leur stock en français avant même le début de leur deuxième match à domicile l'an passé et qu'il n'y avait rien en français pour le reste de la saison - et il m'assure que ses fabricants sont très rapides s'il doit en faire produire d'autres.»

Alors voilà, chers amis partisans francophones des Sénateurs d'Ottawa.

À nous maintenant d'afficher nos couleurs dans notre langue, enfin, et de faire travailler les «rapides fabricants à Toby» tout au long de l'hiver...

La mise en marché de ce t-shirt et le prix restent à confirmer. Je vous tiens au courant. Mais espérons qu'il sera au même prix que celui imprimé dans la langue de Shakespeare.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer