Solidaires dans le désert

Les «Re-Belles du désert», Nathalie Leblanc et Vicky... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Les «Re-Belles du désert», Nathalie Leblanc et Vicky Dompierre

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Les Gatinoises Vicky Dompierre et Nathalie Leblanc se préparent et s'entraînent depuis cinq mois pour vivre le trip de leur vie.

Du 5 au 15 octobre prochain, ces deux «Re-Belles du désert» - c'est le nom qu'elles ont donné à leur duo - comptent relever le défi du raid solidaire Cap Fémina Aventure, une course sécurisée sur les pistes, les dunes et à travers le désert du Maroc. «Course» est cependant un bien grand mot dans ce cas-ci. En fait, Vicky et Nathalie ne savent même pas ce que recevront les deux gagnantes parmi les 124 femmes du Canada, de la France et de la Suisse qui participeront à ce défi. Parce que l'aventure «Cap Fémina» est d'abord et avant tout une action solidaire.

«Toutes les participantes s'arrêteront en cours de route pour rénover une école du sud du Maroc qui compte 116 enfants, explique Vicky. Nous allons repeindre l'endroit, planter des arbres et installer des ordinateurs.» «Et ça nous permettra du même coup de rencontrer les gens qui vivent là-bas et d'échanger avec eux», de renchérir Nathalie.  

Mais pour le reste de cette aventure de 10 jours, Vicky et Nathalie rouleront guidées par une simple boussole à bord de leur véhicule «côte-à-côte» - un véhicule tout-terrain (VTT) à deux places, si on peut dire ainsi - et elles défieront ensemble la crainte de l'inconnu et les éléments naturels tels la chaleur écrasante et les tempêtes de sable imprévisibles.

Vicky Dompierre, 43 ans, est mère de deux enfants âgés dans la jeune vingtaine et grand-mère d'un petit-fils de deux ans. Gérante de territoire pour la compagnie d'accessoires pour véhicules récréatifs motorisés Kimpex, elle se lance dans cette aventure pour, dit-elle, «relever un défi personnel et aider la communauté marocaine». 

Nathalie Leblanc, 33 ans, est mère monoparentale d'un fils de neuf ans. Adjointe à la comptabilité chez Bellai Construction, elle affirme pour sa part se joindre à son amie Vicky dans cette «traversée du désert» pour l'aspect solidaire de ce voyage. «Nous sommes chanceux de vivre au Canada, dans un pays riche et prospère, dit-elle. Oui, on a tous nos petits problèmes, mais on a une belle vie ici. Donc cette aventure nous donne la chance d'aller offrir un peu d'aide dans un pays moins nanti. Et en quelque part, ça donne un peu d'espoir pour un monde meilleur.»

Mais les deux «Re-Belles du désert» avouent être légèrement craintives à quelques semaines de leur départ. «On se lance dans l'inconnu et on vivra ensemble des moments difficiles, dit Vicky. Notre patience sera rudement mise à l'épreuve, j'en suis convaincue.» 

«Et moi j'ai peur de m'ennuyer de mon garçon, enchaîne Nathalie. Je ne suis jamais partie sans lui pour plus de deux jours. Et je pense que lui a peur que je ne revienne pas. Mais ma mère, ma soeur et une amie veilleront sur lui. Tout ira bien», ajoute-t-elle d'un ton confiant. 

***

Tout ira bien, dit-elle, mais... il y a un hic à tout ça.

Une participation à Cap Fémina Aventure coûte 20 000$ par équipe de deux. Vicky et Nathalie n'avaient pas cette somme. Elles ont dont organisé des activités de financement au cours des cinq derniers mois - dont un tournoi de golf qui s'est déroulé mercredi au club Le Sorcier - afin d'amasser l'argent nécessaire pour prendre part à cette aventure solidaire.

Elles ont également reçu un appui financier de quelques compagnies et commerces de l'Outaouais. Mais à moins d'un mois de leur départ pour le Maroc, elles n'ont amassé que la moitié de la somme requise. Il leur manque approximativement 10 000$, et l'heure fatidique approche...

«Nous organisons un tournoi de poker qui se déroulera dans quelques jours, dit Nathalie. Mais on ne sait trop combien d'argent cela nous rapportera.»

«Et si nous parvenons à trouver l'argent nécessaire, que nous économisons une fois là-bas (au Maroc) et qu'il nous reste des sous à notre retour, d'ajouter Vicky, nous les remettrons à la Maison Unies-Vers-Femmes (pour femmes victimes de violence), à Gatineau, et à la famille de Loïc Bydal, un couple de Gatineau qui tente de trouver les sommes nécessaires pour procurer un véhicule adapté à leur fils de 12 ans qui est atteint d'une maladie mortelle et qui est hospitalisé à Montréal.»

Comme disait Nathalie, bref, ces deux copines veulent simplement «donner espoir pour un monde meilleur».

Si vous pouvez les aider, contactez Vicky Dompierre au 819-661-0940 ou par la page Facebook Les Re-Belles du désert.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer