Bienvenue au «Pot'R'Us»

Obtenir du pot dans une boutique spécialisée d'Ottawa... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Obtenir du pot dans une boutique spécialisée d'Ottawa est un jeu d'enfant, estime notre chroniqueur.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Je suis officiellement devenu un «poteux». Et je peux dorénavant entrer dans la boutique Weeds Glass & Gifts, secteur Vanier à Ottawa, présenter ma «carte de membre» et me procurer de la marijuana en toute impunité.

La «carte de membre» de notre chroniqueur... - image 1.0

Agrandir

La «carte de membre» de notre chroniqueur

Je me suis arrêté mardi matin à cette boutique du chemin de Montréal où on vend du cannabis, question de connaître - journalistiquement parlant... - le processus à suivre pour pouvoir y magasiner. Est-ce rigoureux comme processus? Plutôt facile? Disons que d'obtenir de la mari et une «carte de membre» de l'endroit fut un véritable jeu d'enfant...

Il était 10h55 et j'ignorais que le Weeds ouvrait ses portes à 11h. J'ai donc attendu cinq minutes sur le trottoir en compagnie de six adultes qui faisaient le pied de grue devant cette boutique en attendant de pouvoir y entrer pour se procurer, je devine, leur «dose» quotidienne.

Une fois le commerce ouvert, ces derniers se sont précipités vers le comptoir où se trouvaient, derrière une vitrine, une dizaine de bocaux de marijuana aux «effets variés». Et chacun avait son opinion. La mari Cotton Candy est meilleure que la Purple Candy, a lancé un client. Mais la Purple Candy est plus puissante que celle dans le bocal voisin, jugeait son ami. Mais tout le monde s'entendait pour dire que le cannabis nommé Nuken était dans une classe à part. Et tout le monde est reparti sourire aux lèvres et mari de son choix en poche.

Puis mon tour est venu. «Puis-je vous aider?, de me demander la jeune commis anglophone.

- Oui. J'aimerais me procurer un peu de pot, lui ai-je répondu. Mais comment procède-t-on?

- Vous devez présenter une pièce d'identité et une ordonnance du médecin. Ou encore un flacon de pilules obtenues par ordonnance de votre médecin.

- Vous voulez dire une ordonnance pour de la marijuana à des fins médicales?

-Non, pas nécessairement. 

- Donc, si je vais chez moi chercher des pilules qui me sont prescrites par mon médecin pour des maux de dos et que je reviens avec le flacon comme preuve, ça irait?

- Oui, pas de problème. Ça ira. Pourvu que vous utiliserez la marijuana achetée ici à des fins médicales.»

Je suis donc passé à la maison. Puis je suis retourné chez Weeds avec mes pilules pour le dos. J'ai présenté une pièce d'identité, la jeune commis en a pris une photo, une autre de mon flacon de pilules, puis une autre de ma figure pour coller cette photo sur ma «carte de membre». Puis elle m'a remis la carte en me disant que je pouvais me procurer un maximum de sept grammes de pot par jour. Et deux minutes plus tard, je ressortais de l'endroit avec un gramme de Nuken acheté pour la somme de 12$ - et ma carte en poche. Et cette carte me permet dorénavant de me procurer du pot à cette boutique sans devoir présenter une ordonnance du médecin ou quoi que ce soit.

Je suis donc devenu officiellement un «poteux». Et un simple flacon de pilules a suffi. Même si ces pilules n'ont absolument rien à voir avec la consommation de marijuana à des fins médicales.

Un jeu d'enfant, disais-je...

Au tour du Green Tree Medical Dispensary

Pas d'ordonnance du médecin ou de flacon de pilules sous la main? Pas de problème.

Dirigez-vous plutôt au Green Tree Medical Dispensary, aussi situé sur le chemin de Montréal, dans le secteur Vanier.

Pas de fla-fla là-bas. Vous n'avez qu'à présenter une pièce d'identité et compléter un simple formulaire (nom, adresse, numéro de téléphone, date de naissance) et le tour est joué. Vous êtes ensuite libres de «magasiner» à votre guise pour de la mari, du hashish, des biscuits et des brownies à la mari ou au hashish, des bonbons au cannabis et le reste. Tout le kit, bref. Un véritable «Pot'R'Us».

Pas besoin d'ordonnance du médecin à cet endroit, m'a expliqué la jeune commis anglophone, puisqu'il s'agit d'un «dispensaire médical». «Et nous avons notre propre médecin», a-t-elle ajouté en me tendant une «carte médicale temporaire Green Tree» et en me disant que le médecin de l'endroit allait communiquer avec moi dans deux ou trois semaines pour me remettre ma carte médicale officielle.

«Vous êtes comme une sorte de clinique médicale, si je comprends bien, ai-je lancé à la commis.

- Exactement. Un dispensaire médical pour les personnes de 19 ans et plus. Et nous avons notre permis pour vendre nos produits.

- Un permis de Santé Canada?

- Oui.

- Je peux le voir?

- Heu... je ne suis pas la propriétaire de la boutique. Je ne l'ai pas ici.»

Toute autre réponse de sa part m'aurait surpris... J'ai quitté le Green Tree sans compléter le formulaire et sans me procurer quoi que ce soit.

Ma carte de chez Weeds me suffira...

(À souligner que Santé Canada n'autorise pas les comptoirs de vente de marijuana et qu'ils sont illégaux selon les lois actuelles. Seuls les producteurs reconnus par l'État sont autorisés à vendre de la marijuana à des fins médicales au public.)

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer