Épargnes balayées

CHRONIQUE / «Tu vas à l'épicerie Denis?» (Alain Dion, Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Alain Dion, Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / «Tu vas à l'épicerie Denis?»

«Oui, dans quelques minutes.

- J'y vais avec toi.

- Pardon!? Ça ne va pas, Manon? Je pense que je peux compter sur les doigts d'une main les fois que tu m'as accompagné à l'épicerie. Tu détestes ça.

- Je veux aller visiter le centre de jardinage qui s'y trouve.

- Simplement visiter ou, comme d'habitude, dépenser une fortune pour des plantes de toutes sortes alors qu'on n'a plus de place pour une seule? T'entres une autre plante ici, Manon, et l'émission Découverte viendra tourner un reportage dans notre salon sur la toute première jungle en milieu urbain.

- Ce serait génial. Ce Charles Tisseyre est tellement sexy.

- Misère...»

***

(Au marché d'alimentation.)

«Mais où vas-tu Denis?

- T'as pas vu les files d'attente aux caisses? On a à peine une quinzaine d'items dans le panier. Je vais aux caisses libre-service.

- C'est pas mal impersonnel, ton affaire.

- Manon, y a juste chez Jean Coutu qu'on trouve un ami.

- Idiot. Mais si tout le monde comme toi utilisait les caisses libre-service, ces pauvres employés aux caisses se retrouveraient sans emploi. Et ce serait de ta faute.

- Tu vois les files d'attente interminables aux huit caisses ouvertes avec caissiers et caissières? 

- Oui.

- Alors je ne suis pas inquiet pour ces employés. Disons que j'ai la conscience tranquille.

- C'est ce que disaient les premiers clients à utiliser le libre-service aux pompes à essence. Ainsi que les premiers à utiliser les guichets automatiques à la banque. Et aussi ceux qui...

- Tu peux arrêter. J'ai compris. Mais on ne peut pas arrêter le progrès.

- Ta conscience sociale est remarquable, Denis Gratton...

- Dis ce que tu veux Manon, mais plus vite on passe à la caisse, plus vite on sera dans le centre de jardinage.

- Mais qu'attends-tu Denis? Allez! Scanne! Scanne!

- C'est ce que je me disais... Mais on dit balayer, et non scanner.

- Alors balaie! Balaie!

- C'est ce que je fais. Oh! Un instant. Ce jus de pommes était affiché à 1,79$ dans l'allée. Mais je le scanne.... pardon, je le balaie et il passe à 1,99$.

- Puis après?

- Je vais le signaler au préposé aux caisses libre-service.

- T'es sérieux Denis!? Tu vas perdre notre temps pour 20 sous? Pour vingt "cennes noires"!? Tiens, v'là un "30 sous", maintenant scanne mon champion... heu... balaie!

- Tu ne comprends pas Manon. Je reviens.

- (Soupir...) Et là on attend quoi, Denis?

- Qu'un autre employé vérifie si le jus de pommes est bel et bien affiché à 1,79$ dans l'allée. Ça ne prendra que quelques minutes.

- Mais t'es un véritable Séraphin Poudrier, Denis Gratton!

- Ce que tu ne sais pas Manon, c'est que si j'ai raison, ils devront me remettre le jus gratuitement. C'est la politique du magasin. Si le prix affiché est inférieur au prix à la caisse, c'est gratuit. C'est mieux que 20 sous, avoue. L'autre jour, j'ai obtenu gratuitement un fromage d'une valeur de près de 10$. Mais ce n'est pas juste une question d'argent. C'est aussi une question de principe. 

- Donc t'épargnes beaucoup de sous en vérifiant les prix ainsi?

- Je dirais que j'ai épargné des dizaines de dollars au cours de la dernière année.

- Génial! Des dizaines de dollars de plus pour leur centre de jardinage! 

- Misère...»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer