La lettre morte

Le diplôme de Johannie St-Roch serait toujours quelque... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Le diplôme de Johannie St-Roch serait toujours quelque part dans le système de livraison de Postes Canada.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Johannie St-Roch, 36 ans, de Gatineau, a étudié au Brésil pendant trois ans et demi. Et elle a obtenu une maîtrise en linguistique de l'Université fédérale de Santa Catarina, à Florianopolis.

Le problème, c'est qu'elle ne peut pas prouver qu'elle est diplômée à qui que ce soit. Parce que son diplôme a été perdu « dans la poste ». Et il serait toujours quelque part dans le système de livraison de Postes Canada, mais bien malin qui peut le trouver. Son diplôme serait mystérieusement tombé dans le néant le plus complet.

Une enveloppe contenant son diplôme est partie du Brésil le 5 mai dernier par le système de courrier prioritaire avec un numéro de repérage qui permet à Mme St-Roch de suivre le trajet de l'enveloppe en question. « Elle devait arriver chez moi le 12 mai dernier », dit-elle.

Nous sommes le 15 juin et... toujours rien.

« J'ai suivi le système de repérage en ligne de Postes Canada, de raconter Mme St-Roch. Et j'ai constaté que l'enveloppe contenant mon diplôme s'est bel et bien rendue à Ottawa. »

Mais pour une raison ou une autre, l'enveloppe a ensuite été transférée au centre de triage Léo-Blanchette de Postes Canada, à Montréal. Et je le répète, Johannie St-Roch habite Gatineau. Cherchez l'erreur...

« Selon le système de repérage, mon diplôme serait demeuré 'en transit' depuis qu'il est rendu à Montréal », de préciser Mme St-Roch.

Celle-ci a communiqué avec le service à la clientèle de Postes Canada à maintes reprises. Mais elle affirme avoir obtenu des réponses telles : « on ne sait pas où l'enveloppe est rendue », ou « on ne peut pas faire grand-chose de plus », ou encore : « on l'a perdue ».

Et une agente au service à la clientèle lui aurait expliqué qu'ils ont tenté à plusieurs reprises de contacter le Centre Léo-Blanchette, mais sans succès. Puis cette agente aurait ajouté que ce centre ne répond pas quand il y a enquête pour courrier perdu. Et que ce serait ainsi depuis plusieurs années.

Johannie St-Roch aurait elle-même voulu entrer en contact avec ce centre de triage montréalais afin d'en avoir le coeur net. « Mais l'accès à ce centre est interdit au public, dit-elle. Il n'y a même pas de numéro de téléphone d'inscrit sur le site web de cet endroit. Seul le service à la clientèle peut communiquer avec les responsables là-bas, semble-t-il. »

L'enveloppe fantôme

Autre explication fournie à Mme St-Roch par un préposé au service à la clientèle de Postes Canada : le code-barre sur la lettre aurait peut-être été endommagé.

« Si c'est le cas, ça veut dire que mon enveloppe passe comme un fantôme dans les machines, d'illustrer Mme St-Roch. Elle passerait comme du beurre sans qu'elle ne tombe jamais entre les mains de l'un des 2000 employés du Centre Léo-Blanchette car toutes les opérations là-bas seraient mécanisées, me dit-on. »

L'Université de Santa-Catarina se serait-elle trompée d'adresse en expédiant le diplôme de Mme St-Roch du Brésil à Gatineau ? « S'il y avait une erreur dans l'adresse, répond cette dernière, l'enveloppe aurait dû être retournée à l'expéditeur, ce qui n'a pas été fait. J'ai vérifié. »

C'est donc mystère et boule de gomme depuis. Mme St-Roch a communiqué une dernière fois avec Postes Canada la semaine dernière, mais pour recevoir un accusé de réception automatique, sans plus. Pas de nouvelles d'eux depuis.

Pourquoi l'enveloppe « perdue » a-t-elle été transférée d'Ottawa à Montréal plutôt qu'à Gatineau ? On ne sait pas.

Pourquoi le Centre Léo-Blanchette ne peut-il pas fournir une explication claire à une cliente de Postes Canada ? On ne sait pas non plus.

Ces questions et tant d'autres que Mme St-Roch a posées à plusieurs reprises à Postes Canada restent... lettre morte.

Le service des relations avec les médias de Postes Canada n'a pas donné suite à l'appel du Droit, mardi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer