Passionné à la tronçonneuse

Alain Lamothe possède une collection de 650 scies... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Alain Lamothe possède une collection de 650 scies mécaniques et tronçonneuses.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Le Gatinois Alain Lamothe, 62 ans, a un musée dans la cour-arrière de sa résidence du secteur Aylmer.

En fait, ce n'est pas un musée tel qu'on les connaît. Mais c'est tout comme. Et chaque été, des gens s'arrêtent chez lui pour admirer sa collection plutôt unique et inusitée.

M. Lamothe a dans son hangar l'une des plus imposantes collections de scies à chaîne et de scies mécaniques antiques au monde. Je n'exagère pas: au monde. Sa collection personnelle se chiffre à 650 (!) scies mécaniques et tronçonneuses fabriquées entre 1915 et 1970. 

«J'en ai de l'Allemagne, des pays scandinaves, de la Slovénie, de la Russie, d'un peu partout au monde, quoi, dit-il. Je coopère avec les archives nationales, les sociétés d'histoire, des musées et d'autres collectionneurs de scies à chaîne au niveau international. J'échange des pièces de ma collection avec des collectionneurs européens en retour de l'une de leurs pièces. Et j'en ai achetées plusieurs dans des encans aux États-Unis, dans les Maritimes, en Ontario et ailleurs. Et plusieurs musées ont acheté mes scies au fil des années.»

Mais les voisins d'Alain Lamothe n'ont rien à craindre. Ce dernier n'est pas amateur du film Massacre à la tronçonneuse.

Technicien chez Bell Canada à la retraite, M. Lamothe est plutôt un passionné. Un vrai de vrai. Et il connaît son affaire. Il peut vous nommer chacune de ses 650 scies, leur fonctionnement, où elles ont été fabriquées et en quelle année. Il connaît l'historique de pratiquement toutes les compagnies de tronçonneuses de l'époque. Il peut vous dire si une scie à chaîne était populaire ou non à l'époque, et pourquoi. Et je n'ai pas osé lui demander, mais je parierais qu'il connaît le numéro de série de chacune des pièces de sa collection.

«J'ai toujours été passionné de la mécanique de petits moteurs, dit-il. J'avais 13 ans et je réparais des tondeuses dans la cour arrière de la maison de mes parents, à Hull. Ma collection, je l'ai commencée quand mon père m'a donné trois scies à chaîne qu'il avait depuis des années. Mais je dirais que j'ai vraiment eu la piqûre pour ce passe-temps il y a une vingtaine d'années. Je m'amuse. Je suis à la retraite et ça occupe mon temps.»

Alain Lamothe se fait un plaisir de partager sa passion avec les visiteurs.

«J'ouvre mon "musée" à la fin du mois de juin et n'importe qui peut le visiter, c'est gratuit, dit-il. Je ne fais pas ça pour faire de l'argent. Et je ne pense pas que ce serait très payant non plus. Ce n'est pas comme si on fait la file pour le visiter. Mais j'accueille parfois des employés de compagnies d'émondage, des gars de chez Hydro-Québec et des passionnés comme moi. Et ils repartent pas mal impressionnés par ma collection.»

«Mais ce sont surtout des gens d'un certain âge qui s'arrêtent pour voir ça. Les jeunes n'ont pas grand intérêt là-dedans. Je les comprends. Mais en même temps, c'est un peu dommage. Parce que c'est quelque chose d'une autre époque et c'est un peu l'histoire du pays. Et c'est aussi l'histoire de l'Outaouais parce que notre région est intimement liée à l'industrie du bois.

- Mais qu'adviendra-t-il de votre collection, M. Lamothe, quand vous ne serez plus de ce monde?

- Je vais faire ce que d'autres collectionneurs de scies à chaîne de partout au monde ont fait avant moi. Je vais dresser une liste de grands collectionneurs d'un peu partout sur la planète avec qui je fais affaires et je vais donner priorités à ces gens-là. Cette liste sera dans mon testament.

- Et votre épouse en pense quoi de votre collection?

- Elle aime ça. Et elle, sa passion, c'est le scrapbooking. Donc j'ai pris le hangar pour mon musée. Elle a pris le sous-sol de la maison pour son passe-temps. Ce musée m'a donc coûté mon sous-sol», lance-t-il en riant.

***

Pour en savoir d'avantage ou pour une visite du «musée» d'Alain Lamothe, consultez le sciesmecaniquesantiques.webs.com.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer