Albertine et Louise

La fromagerie a décidé d'offrir gratuitement Albertine à... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

La fromagerie a décidé d'offrir gratuitement Albertine à l'une des personnes qui manifesteront leur intérêt.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / «Manon.»

«Oui, Denis?

- Qu'est-ce que tu dirais si on adoptait une vache?

- Tu ne vas pas recommencer avec ta vache Centraide, toi? Je te l'ai dit et je te le redis: je ne veux pas de cette vache ici. Elle est monstrueuse.

- Je ne parle pas de ma vache. Je parle d'Albertine, la vache qui se trouve sur le toit de la boutique Cheddar Et Cetera, à Orléans. Elle est à donner.

- Mais... pourquoi?

- Parce que ce magasin de la fromagerie St-Albert ferme ses portes le 1er mai. Tu devrais peut-être me lire plus souvent. J'ai parlé de cette fermeture dans ma chronique dans LeDroit de mercredi.

- T'as une chronique dans LeDroit, toi?

- Très drôle. Très, très drôle. En tout cas, la fromagerie a décidé d'offrir gratuitement Albertine à l'une des personnes qui se manifesteront. Et je la veux.

- Et où la mettrait-on, ta vache, Denis? Sur ton bureau? Sur la table à café du salon? Dans le bain?

- T'as déjà vu Albertine?

- Heu... à vrai dire, non.

- Eh bien elle pèse 100 livres, elle mesure huit pieds de hauteur, 11,5 pieds de longueur et trois pieds de largeur. Disons qu'elle représente la taille qu'aurait une vache de 1500 livres.

- Tu me niaises, c'est ça? 

- Non. C'est écrit ici dans un communiqué de presse de la fromagerie St-Albert. Cent livres, huit pieds de...

- Je ne parle pas de la taille de la vache. Je te parle du fait que tu veuilles l'adopter. Tu me niaises?

- Heu... non. Pas du tout. Elle serait - comme disent les Anglais - un conversation piece.

- Sur ça, t'as raison Denis. Elle provoquerait la conversation chez nos invités, c'est sûr et certain. Une conversation à savoir si tu devrais être interné ou non.

- Mais j'aime les vaches, moi. Et penses-y un peu, Manon. On aurait du lait gratuit pour des années à venir.

- T'aime les vaches, dis-tu? Alors déménage à Saint-Albert. Va manger des "crottes", tiens. Parce que ce n'est pas ici - dans notre A-PPAR-TE-MENT! - que ton Albertine finira ses jours.

- C'est vache. 

- Vachement stupide de ta part, en effet. T'es passé prendre la poste?

- Non, je vais y aller tantôt. Oh! Parlant de la poste, Manon. Je t'ai parlé de la carte de Noël qu'on a reçue le mois dernier?

- Non. Mais qui nous a fait parvenir une carte de Noël en... mars?

- "Notre" députée provinciale Madeleine Meilleur. Je ne sais pas si c'est une erreur de Postes Canada, du facteur, ou peut-être que la Procureure générale de l'Ontario en fume du bon et qu'elle a perdu toute notion du temps, mais on a bel et bien reçu la carte de Noël de Madeleine Meilleur à la mi-mars.

- C'est bizarre.

- Voici ce qu'on peut lire: "Vous êtes convié(e)s à une réception pour célébrer la nouvelle année. Dimanche le 10 janvier 2016, de 13 h à 15 h, au Centre Francophone de Vanier."

- Je pense qu'on sera en retard...

- Et c'est signé à la main: "Passez de belles Fêtes, Denis et Louise. Madeleine." Bizarre, hein?

- Effectivement. C'est sûrement une erreur de la poste. Mais j'ai juste une question pour toi, Denis Gratton.

- Quoi?

- C'EST QUI: LOUISE!!?

- ...»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer