La vache à trois pattes

CHRONIQUE / J'avais perdu la trace de ma vache. Aux dernières... (Étienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Étienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / J'avais perdu la trace de ma vache. Aux dernières nouvelles, elle se trouvait à la Sporthèque, dans le secteur Hull. Mais il y a quelques semaines de ça, et je n'avais pas eu de nouvelles d'elle depuis.

(Je vous parle évidemment de ma petite vache en papier mâché qui parcourt la région depuis octobre dernier tout en amassant de l'argent pour Centraide Outaouais. Je l'appelle d'ailleurs la «vache Centraide». Mais dans les bureaux de cet organisme, on préfère l'appeler: la «vache à Gratton». Et qui suis-je pour les contrarier?)

J'avais perdu sa trace, disais-je. J'ai donc appelé mon ami Michel Picard, le président d'honneur de la campagne de Centraide Outaouais, pour prendre des nouvelles de ma tendre amie bovine.

«Elle va très bien, m'a dit Michel. Elle a amassé jusqu'à maintenant tout près de 15 000$, je crois, et elle continue son chemin.

- Quoi!? 15 000$!? Mais aux dernières nouvelles, Michel, elle était rendue à approximativement 6000$ et elle séjournait à la Sporthèque.

- Elle a quitté la Sporthèque depuis, Denis. L'entrepreneur Raymond Brunet, qui avait donné 3000$ pour ta vache en octobre dernier au lancement de la campagne, l'a rachetée et il l'a vendue à quelques ingénieurs qui ont donné 1000$ à leur tour à Centraide Outaouais. Mais... heu... je dois te dire qu'il y a eu un petit accident, Denis, et que ta vache a été grièvement blessée.

- Attends Michel, je vais m'asseoir. Bon, c'est fait. Vas-y.

- Je ne sais trop ce qui s'est passé au juste, mais on me dit qu'un entrepreneur l'aurait achetée pour la placer sur son bureau. Et à un moment donné, le party aurait "pogné" dans ce bureau et la vache aurait été accidentellement frappée pour se retrouver au sol, les trois fers en l'air.

- Les trois fers...?

- Elle a été amputée d'une patte dans l'accident, Denis. Elle a dû être hospitalisée chez une artisane-vétérinaire de la région qui a réussi à lui replacer sa patte arrière droite. Elle a été au repos pendant quelques jours avant de recevoir son congé de l'hôpital. Mais elle s'en est complètement remise et elle a repris sa mission... à quatre pattes. Elle a d'ailleurs séjourné au centre d'oncologie de l'hôpital de Gatineau pendant quelques jours.

- Elle est atteinte d'un cancer!?

- Non, non. C'est le Dr Patrick Bourgeois qui l'a achetée pour 1000$. Et il a invité les quelque 300 médecins, pharmaciens et dentistes de l'Outaouais à faire de même. T'imagines, Denis, si tous ces gens imitaient le Dr Bourgeois? Ce serait 300 000$ qui seraient remis à Centraide Outaouais. Que ce serait magnifique!

- En effet, Michel, ce serait génial. Je le souhaite de tout coeur. Mais je dois te laisser, mon ami. À très bientôt!»

Pauvre p'tite bête. Elle ne l'a pas eu facile cet hiver. Mais bon, son périple achève. Tout comme la campagne de Centraide Outaouais qui se termine à la fin du mois de mars. Et mauvaise nouvelle, il y aurait un manque à gagner d'un peu moins de 600 000$ sur l'objectif de 5,1 millions $.

Mais c'est quoi 600 000$ pour une grande région comme l'Outaouais? Ce ne sont que des peanuts, si tout le monde s'y met d'ici la fin du mois et donne 5$, 10$ ou 25$.

Il n'est pas trop tard pour venir en aide aux 76 organismes appuyés financièrement par Centraide. Oui, 76! Ce sont des milliers de gens d'ici qu'on aide quand on donne à Centraide Outaouais.

Alors un p'tit coup de coeur les amis et atteignons-le, cet objectif de 5,1 millions de dollars. La fête sera tellement plus plaisante si on y parvient. N'est-ce pas, ma chère vache?

«Meuuuuu oui...»

***

Pour faire un don, visitez le www.centraideoutaouais.com ou en composant le 819-771-7751 poste 240.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer