Ginger la réconfortante

Les petits enfants de Gilles et Louise Guindon... (Courtoisie)

Agrandir

Les petits enfants de Gilles et Louise Guindon - Olivié, William, Mathieu, Philippe, Marcandré, Zavié, Victoria et Rose - posent en compagnie de la jument Ginger.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Visiter le petit village de Hammond, dans l'Est ontarien, est comme assister à une séance collective de zoothérapie. Et l'animal qui apporte réconfort et compagnie aux résidents du coin se nomme Ginger.

Ginger est une jument âgée de 11 ans. Elle est la jument de Gilles et Louise Guindon, un couple dans la soixantaine dont la maison et l'écurie sont voisines de l'école élémentaire St-Mathieu. Et les jeunes élèves de cette école ont vite adopté Ginger. Et c'est réciproque. Ginger a vite adopté ses amis de St-Mathieu.

«Ginger est un peu la mascotte de notre école, dit la directrice de l'endroit, Chantal Beaudry. Elle est notre ambassadrice et elle fait partie de notre grande famille. Quand je souhaite la bienvenue aux élèves en début d'année scolaire, je m'assure toujours de souhaiter aussi la bienvenue à Ginger. Il y aussi les enfants des garderies du village qui viennent régulièrement dans la cour d'école pour la voir. Et quand de nouveaux parents viennent inscrire leur enfant à l'école ils disent tous: "Wow! Vous avez un beau cheval!" Je vous le dis, elle est notre ambassadrice. Et c'est de cette façon qu'on la présente aux gens.»

«Certains parents de Hammond m'ont dit qu'ils doivent inclure des pommes et des carottes dans le lunch de leur enfant afin que celui-ci puisse nourrir Ginger à la récréation, d'enchaîner Louise Guindon en riant. Et si Mme DiCaire, la secrétaire de l'école (et mère de l'imitatrice Véronic DiCaire), pense que notre Ginger est en détresse ou qu'elle semble avoir trop chaud au soleil, elle nous appelle à la maison.»

«Nos élèves qui ont des défis avec des besoins particuliers nous demandent souvent comme récompense la permission d'aller voir Ginger, de reprendre la directrice de l'école. Nous avions une classe d'élèves autistes à l'époque. Nous ne l'avons plus aujourd'hui. Mais il y avait une fillette dans cette classe qui refusait de monter à bord de l'autobus scolaire après les classes. Nous devions d'abord la laisser aller dire au revoir à Ginger. Une fois que c'était fait, la fillette se calmait et montait à bord sans problème. Elle est spéciale, notre Ginger.»

La parade des marchettes

La journée de Ginger ne s'arrête pas quand les enfants retournent en classe une fois la récréation terminée. Il y a une deuxième vague de visiteurs. Ou comme on l'appelle dans Hammond: la parade des marchettes.

De l'autre côté de la rue de l'école St-Mathieu se trouve la résidence pour personnes âgées St-Mathieu. Et quand les résidents de cet endroit voient que la cour d'école est libre, ils traversent la rue pour à leur tour aller nourrir et visiter la jument des Guindon.

«Cette jument m'a adopté, lance Jean-Guy Forgues, qui habite la résidence en question. Je vais la voir chaque matin. Parfois elle n'est pas là. Alors je l'appelle en criant "Ginger! Ginger!", puis je l'entends trotter et je la vois venir vers moi au loin, sa longue crinière blonde dans le vent. C'est cute. Je lui apporte des carottes et des pommes et je passe une bonne demi-heure avec elle. Et d'autres résidents m'accompagnent. Parfois c'est Mme (Nicole) Bertrand, parfois c'est Mme (Murielle) Landriault. Nous sommes toujours cinq ou six personnes qui traversent à l'école quotidiennement pour aller voir ce cheval.

- Et où prenez-vous les carottes et les pommes? que je lui demande. 

- Parfois je les vole dans la cuisine, répond M. Forgues, une réponse qui fait rire aux éclats les autres résidents rassemblés dans la salle communautaire. Mais d'habitude, je laisse de l'argent à M. Bastien - il a une auto, lui - pour qu'il m'en achète à l'épicerie de Rockland.

- Ça vous fait du bien quand vous allez visiter Ginger?

- Oui, ça me fait du bien. J'aime les animaux. Ils sont bien plus intelligents qu'on le pense. J'avais un chien avant. Ma femme me manque, mais mon chien me manque aussi! Mais là j'ai Ginger. Elle est ma blonde et je ne suis pas gêné de la dire non plus!

- Votre blonde et votre confidente?

- Ah! Ça c'est trop personnel», de répondre M. Forgues d'un éclat de rire. 

Elle est gâtée, cette jument de Hammond. Ou gâte-t-elle les autres? Je pense que c'est réciproque.

Chose certaine: elle fait du bien aux gens, la Ginger.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer