Crampes cérébrales 

CHRONIQUE / (Dimanche soir...) «Denis, on n'a plus de signal. (123RF)

Agrandir

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / (Dimanche soir...) «Denis, on n'a plus de signal.

- Que veux-tu dire, Manon?

- L'Internet ne fonctionne plus. J'ai tout essayé mais il n'y a rien à faire.

- Alors que veux-tu que je fasse?

- Appelle Rogers Ottawa s'il te plaît.»

Misère...

Appeler Rogers Ottawa, m'a-t-elle demandé. Quel supplice! Je sais déjà que je serai en attente pendant au moins 15 minutes, que la personne au bout du fil me donnera des instructions pour régler le problème et que je ne comprendrai absolument rien de ce qu'elle me dira et, qu'en fin de compte, cette même personne m'avisera qu'un technicien passera chez moi demain.

Je le sais, ça m'est arrivé deux fois déjà. Et c'est toujours le même scénario qui se répète.

Mais bon. Si je veux régler le problème, c'est-à-dire que si je veux qu'un technicien vienne régler le problème, je dois d'abord appeler. Pas le choix. Alors appelons Rogers Ottawa.

Une voix enregistrée me demande d'abord si je veux être servi en français ou en anglais. En français.

Votre appel concerne le câble, le téléphone ou Internet? L'Internet.

Vous avez un problème technique ou vous voulez modifier votre forfait? Problème technique.

Et la voix enregistrée m'annonce enfin: «gardez la ligne, un technicien sera avec vous dans les plus brefs délais». Puis une autre voix enregistrée m'apprend que l'attente en ligne sera de 17 à 25 minutes...

#*% (!$%&!!

Avez-vous déjà été victime d'une crampe cérébrale, chers lecteurs? Moi, si. C'est arrivé dimanche soir, pendant que j'attendais qu'un technicien prenne mon appel.

Voyez-vous, c'est que pendant cette longue attente au téléphone, une voix revenait aux deux minutes pour m'annoncer les services qu'offre Rogers Ottawa. À un moment donné, soit après une quinzaine de minutes d'attente, cette voix m'apprend que tout problème technique avec Internet peut être facilement réglé en suivant les indications offertes en ligne à www.rogers.com.

Tiens, tiens. C'est bon à savoir. Alors... CLIC.

«Que fais-tu Denis? T'as raccroché avant de parler au technicien.

- Je vais le régler moi-même ce problème, Manon.

- Et comment comptes-tu faire ça, toi qui ne pourrais dire la différence entre un modem et un grille-pain?

- Je vais simplement suivre les instructions que Rogers offre en ligne.

- Mais Denis...

- Quoi?

- On n'a plus de signal. Comment veux-tu suivre des instructions sur Internet?

-...Oh merde...

- (Soupir...). Rappelle Rogers, Denis.»

Crampe cérébrale, partie 1.

***

La partie 2 maintenant.

J'étais à la buanderie de l'édifice où j'habite, dimanche matin. Journée de lessive.

Mais pour une raison qui m'échappait, la satanée sécheuse ne voulait pas se mettre en marche. J'avais beau présenter la carte prépayée à l'endroit requis sur la machine, il n'y avait rien à faire. Cette sécheuse ne reconnaissait pas mon argent.

Une voisine descendue faire son lavage en même temps que moi m'observait du coin de l'oeil. Elle voyait bien que ça n'allait pas, mon affaire. (C'était sûrement le blasphème que je venais de lancer qui avait attiré son attention).

Elle s'approche de moi:

«Il y a un problème?, me demande-t-elle.

- Je ne sais trop. J'ai suivi les instructions à la lettre mais la sécheuse ne veut pas fonctionner.

- Heu... c'est que vous utilisez votre carte «Air Miles» plutôt que la carte prépayée.»

Misère... Il y a de ces dimanches où l'on devrait tout simplement rester au lit...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer