Une vie partie en fumée

Jean-Claude Saumure a tout perdu dans l'incendie qui... (Denis Gratton, LeDroit)

Agrandir

Jean-Claude Saumure a tout perdu dans l'incendie qui a ravagé le restaurant Naples.

Denis Gratton, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Jean-Claude Saumure a tout perdu dans l'incendie qui a ravagé le restaurant Naples du Vieux-Hull, dans la nuit de mardi à mercredi. Absolument tout perdu.

Médicaments pour sa pression artérielle et son anxiété, pièces d'identité, vêtements, meubles, nourriture... tout. Le pauvre homme de 64 ans a même perdu sa prothèse dentaire dans le feu! Et comble de malheur, il n'avait aucune police d'assurance pour le protéger contre un tel sinistre.

M. Saumure habitait depuis 12 ans l'un des trois appartements situés à l'étage supérieur du restaurant Naples.

«Il était environ 22h30 quand j'ai commencé à sentir la fumée, raconte-t-il. Je pensais que l'odeur provenait du calorifère dans mon logement. Mais quand l'odeur s'est intensifiée, j'ai été vérifier dans le corridor et il y avait une épaisse fumée partout. Je suis descendu et j'ai vu que la fumée était encore plus épaisse dans le restaurant. Donc j'ai tout de suite appelé le 9-1-1. Et quand les pompiers sont arrivés, ils ne m'ont pas laissé retourner dans mon logement pour chercher mes choses, ils disaient que c'était trop dangereux. Et ils avaient raison, la place a brûlé en très peu de temps. Donc j'ai tout perdu. Je n'ai plus rien, sauf cette robe de chambre que je portais quand je suis sorti de chez moi et que je porte toujours. C'est tout ce qu'il me reste. Je vous dis que c'est un beau cadeau du jour de l'An, ce feu-là.

«Je suis tombé à quelques reprises dans ma vie, mais je me suis toujours relevé. Mais cette fois-ci, je ne sais pas si je pourrai me relever. Je suis tellement découragé», d'ajouter le sexagénaire en essuyant une larme.

M. Saumure est bénéficiaire de l'aide sociale et reçoit 800 $ mensuellement du gouvernement. Son logement au-dessus du Naples lui coûtait 500 $ par mois. Donc les 300 $ qui lui restaient pour subsister de mois en mois n'étaient pas suffisants, selon lui, pour se procurer une police d'assurance sur ses biens. «Je ne pensais jamais passer au feu», lance-t-il.

J'ai rencontré M. Saumure mercredi après-midi dans sa chambre de l'hôtel Ramada du secteur Hull, là où il est hébergé par la Croix-Rouge pour les deux prochains jours. Après ces deux jours, il ne sait pas où il ira. Il ne sait pas ce qui l'attend. Sa vie a basculé le temps d'une froide nuit de décembre.

«La Croix-Rouge m'a aussi donné une carte d'une valeur de 200 $ pour que j'aille m'acheter des vêtements au magasin L'Aubainerie, reprend-il. J'attends justement ma soeur, elle vient m'apporter quelques vêtements et elle va ensuite m'emmener à ce magasin.»

- Et pourra-t-elle vous héberger lorsque vous devrez quitter l'hôtel? lui ai-je demandé.

- Mon Dieu, non. Elle est âgée de 80 ans, elle combat un cancer et elle n'a tout simplement pas de place chez elle pour moi. Je ne sais pas où j'irai. Je n'ai pas d'enfants. Ma famille, en fait, c'était les employés du restaurant Naples. J'entrais là et c'était comme si j'entrais chez nous. Je descendais prendre un café tous les matins. Je leur donnais un petit coup de main de temps en temps. Et le soir, quand ils fermaient le restaurant et qu'un client n'était pas passé chercher sa pizza qu'il avait commandée, les employés me criaient en-haut: 'Jean-Claude! Viens te chercher une pizza!'. Et parfois, j'en avais même deux!».

C'est un peu tout le voisinage du restaurant Naples qui avait adopté M. Saumure. «Jean-Claude est le bon gars du quartier, de dire Dany Régimbald, propriétaire du salon de bronzage Aloha, voisin immédiat du Naples. Jean-Claude vient ici de temps en temps pour me donner un petit coup de main. Je suis inquiet pour lui. Je vais tenter de l'aider à se trouver un nouveau logement dans le quartier et à se relever de cette épreuve. Mais ce ne sera pas facile, il a tout perdu.»

***

Si vous pouvez aider Jean-Claude Saumure, communiquez avec Dany Régimbal à l'adresse suivante: danyregimbal@hotmail.com.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer