Les grandes citations de l'année

Ernest Côté... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Ernest Côté

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE/ Une autre année qui prend fin. En ces derniers jours de 2015, voici 12 citations retenues parmi la quarantaine d'entrevues réalisées cette année dans le cadre des «Grandes entrevues du samedi». Bonne (re)lecture.

3 janvier 2015

«J'estimais que ce combat allait se gagner avec LeDroit, à cause du Droit, et par LeDroit. Et je pense qu'on peut dire aujourd'hui que notre journal a été l'un des outils incontournables de cette lutte. Bien sûr, il y a eu l'implication du mouvement S.O.S. Montfort, de Gisèle Lalonde, de Michel Gratton, de Michelle de Courville Nicol, de Ronald Caza et tous les autres. Mais ces gens-là savaient qu'ils avaient un journal derrière eux.»

-L'ancien éditeur du Droit, Pierre Bergeron, sur le rôle de notre quotidien dans la lutte de cinq ans pour la survie de l'hôpital Montfort.

10 janvier

«Dans tout ça, je n'ai pas eu peur une seule seconde. Je n'ai pas eu le temps d'avoir peur. Mais Dieu que j'étais en maudit!»

-Le vétéran centenaire de la Deuxième Guerre mondiale, (feu) Ernest Côté, sur le braquage à domicile et la tentative de meurtre dont il a été victime le 18 décembre 2014.

14 mars

«Avoir cette occasion-là, de jouer ça et d'obtenir le cachet qu'un comédien gagnerait dans une série complète de 13 émissions, je vais le prendre et merci beaucoup! Pour une seule journée de tournage, c'est difficile à refuser.»

-L'humoriste François Massicotte sur les pubs télé de «Sponge Towels» dans lesquelles il joue depuis huit ans un super-héros costumé en rouleau d'essuie-tout.

21 mars

«C'est de vendre des journaux pour vos annonceurs.»

-Le conseiller municipal de Gatineau, Mike Duggan, à la question: «comprenez-vous le rôle des journalistes?».

28 mars

«C'est une série qui a marqué l'imaginaire. Quand les filles Jarry étaient dans leur chambre vêtues de leur baby doll, ça marquait beaucoup l'imaginaire.»

-La comédienne Marie-Josée Longchamps sur le succès du téléroman culte «Rue des Pignons» diffusé dans les années 1960 et dans lequel elle tenait le rôle de Janine Jarry.

25 avril

«(Pierre Elliot) Trudeau est venu à l'émission de Lise Payette à l'époque et j'étais aussi invité ce soir-là, et il a demandé au réalisateur quelle chanson j'allais chanter. Il tenait à le savoir parce qu'il n'était pas question que je chante «Un nouveau jour va se lever» en sa présence.»

-L'auteur-compositeur-interprète, Jacques Michel, sur ses chansons engagées des années 1970.

2 mai

«On m'accueille au parlement en après-midi. Je crois qu'ils m'ont invité parce que j'ai des impôts impayés. Donc je vais me lever du balcon dans la Chambre des communes et crier aux élus: «Je vais payer mes taxes! Laissez-moi partir!».

-L'animateur du populaire jeu questionnaire américain «Jeopardy!» natif de Sudbury et gagnant de cinq Emmy Award, Alex Trebek, sur son passage à Ottawa pour offrir 2,25 millions $ à l'Université d'Ottawa, son alma mater.

29 août

«C'est vrai, j'aime la politique. Et une fois que je serai Canadien et que ma carrière dans le football sera terminée, il y a de fortes possibilités que je me lance en politique.»

-Le quart-arrière du Rouge et Noir d'Ottawa, Henry Burris, en réplique au commentaire: «vous feriez un bon politicien».

26 septembre

«Ceux (les sénateurs) qui sont avocats, leur talent, c'est de parler. Beaucoup, beaucoup, beaucoup. On avait tous compris au bout de 15 minutes, mais ça durait 45 minutes.»

-La comédienne Viola «La Sagouine» Léger sur ses cinq années comme sénatrice au parlement d'Ottawa.

24 octobre

«Il n'y avait pas cette technologie à l'époque. T'étais bon ou non. (...) Aujourd'hui, grâce à la technologie, un chanteur moyen peut devenir bon. Et un bon chanteur peut devenir très bon. Donc quand on écoute des voix et des instruments filtrés par une technologie que tout le monde partage, tout semble avoir le même son. Et dans ce sens, le public est un peu berné.»

-L'auteur-compositeur-interprète Gino Vannelli (qui a vendu plus de 10 millions d'albums sur la planète durant les années 1970 et 1980) sur la musique d'aujourd'hui.

21 novembre

«J'ai construit le Musée (canadien de l'histoire) de façon à ce qu'il soit une porte d'entrée sur le Québec et sur Gatineau. Je l'ai dessiné de cette façon afin que les nombreux (un million) visiteurs soient attirés vers le centre-ville de Gatineau. (...) Mais personne à l'époque a eu l'imagination pour faire entrer ce million de gens à l'intérieur de la ville. Mais quelle perte de revenus! Connaissez-vous une autre ville au monde qui tourne le dos à plus d'un million de visiteurs par année!?»

-Douglas Cardinal, l'architecte du Musée canadien de l'histoire qui a conçu et dessiné les deux tours de 35 et de 55 étages que l'entrepreneur Gilles Desjardins (Brigil) veut construire au centre-ville de Gatineau.

28 novembre

«C'est sûr que ça ne m'a pas aidé. On n'a parlé que de ça durant le dernier mois de la campagne électorale. Ça ne portait que là-dessus, le Rapibus. Et quand ça part sur une tangente, il n'y a rien qu'on puisse y faire.»

-L'ancien maire de Gatineau, Marc Bureau, sur les pépins qu'a connu le Rapibus à ses débuts en 2013, en pleine campagne électorale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer