La chirurgie ou la mort

Sophie Durand a perdu près de 200 livres... (Simon Séguin-Bertrand, LeDroit)

Agrandir

Sophie Durand a perdu près de 200 livres en deux ans.

Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Il y a deux ans, Sophie Durand pesait 350 livres. Ou 158 kilogrammes, si vous préférez. Aujourd'hui, l'aiguille de son pèse-personne s'arrête à 162 livres (73 kg).

Cette Gatinoise de 43 ans a perdu tout près de 200 livres (85 kg) en deux ans. C'est ce qu'elle désirait. C'est ce qu'elle souhaitait en choisissant la chirurgie bariatrique pour vaincre une fois pour toutes son obésité massive. Mais sa quête pour devenir la femme qu'elle est aujourd'hui lui a presque coûté la vie...

Ses graves problèmes de santé ont débuté trois semaines après la chirurgie bariatrique qu'elle a subie en septembre 2013 à l'Hôpital Laval de Québec. «J'ai été admise à l'Hôpital de Hull pour déshydratation trois semaines après mon retour de Québec, dit-elle. C'est mon corps qui réagissait à la chirurgie.»

«Je perdais de huit à 10 livres par mois. À un moment donné, je ne pesais que 132 livres, moi qui mesure cinq pieds et 10 pouces. J'avais le teint gris et l'air d'une morte.»

Sophie Durand

Puis d'autres maladies et problèmes intestinaux ont suivi en 2014 et ont nécessité trois autres hospitalisations. 

«Et je perdais beaucoup de poids pendant tout ce temps-là, se souvient Sophie Durand. Je perdais de huit à 10 livres par mois. À un moment donné, je ne pesais que 132 livres, moi qui mesure 5' 10". J'avais le teint gris et l'air d'une morte. Les gens qui me connaissaient avant la chirurgie ne me reconnaissaient plus quand ils me croisaient dans la rue.»

Sa situation a empiré en février 2015.

«Mes jambes ne fonctionnaient plus, dit-elle. J'étais comme anorexique, j'avais les mêmes symptômes. Un médecin m'a dit que mon corps intérieur avait vieilli de 70 ans. J'ai subi des dizaines et des dizaines de tests de février à juin 2015, mais sans qu'on puisse trouver le problème. Mon médecin, le docteur Isabelle Labrie, a décidé un jour de se rendre à Québec et de discuter de ma situation avec les médecins là-bas qui m'ont opérée en 2013. Puis j'ai été réadmise à l'Hôpital Laval de Québec le 22 juin dernier où on a constaté que mon intestin était comme paralysé. Une deuxième chirurgie était devenue nécessaire, ma vie en dépendait. C'était la chirurgie ou la mort.»

Sophie Durand a été opérée le 6 juillet dernier. «Mais je n'ai pas reçu mon congé de l'hôpital avant le 21 juillet, j'ai dû être gavée pendant deux semaines afin de reprendre du poids. C'est tout de même ironique; on devait m'engraisser, moi qui voulais tant maigrir.

«Je me suis sentie très seule durant ces deux dernières semaines à l'hôpita, à Québec, ajoute Sophie. Ma famille et mes amis sont tous ici, à Gatineau, donc j'étais seule là-bas. Je tentais de rester positive mais, parfois, je me sentais en prison. J'étais emprisonnée, mais coupable de rien. Je voulais juste maigrir.»

***

Après une série de suivis médicaux à l'Hôpital Laval, Sophie Durand a appris, le 9 novembre dernier, qu'elle était enfin guérie. «Le médecin avait les yeux plein d'eau quand elle m'a dit: "Vous êtes un miracle. Je ne vous ai jamais vue aussi belle qu'aujourd'hui.'», se souvient Sophie.

Celle-ci aimerait partager son histoire avec les jeunes. «C'est ma mission, dit-elle. Que ce soit comme conférencière dans les écoles ou autre, j'aimerais parler aux jeunes - aux filles, plus particulièrement - d'obésité et de désordres alimentaires. Leur expliquer que la chirurgie bariatrique n'est pas nécessairement la solution à leur problème. Je veux parler de nutrition, d'activité physique, de saine alimentation. Et de sortir de la solitude aussi, parce que c'est souvent la solitude qui pousse les jeunes vers des excès ou de mauvais choix. Et j'aimerais vraiment rencontrer Sophie Grégoire (l'épouse du premier ministre Justin Trudeau) pour en discuter avec elle et pour lui demander son appui dans ma mission. Elle a combattu la boulimie et elle s'en est sortie. Je l'admire beaucoup.»

Le combat de la Gatinoise Sophie Durand fera l'objet d'une émission de Quel âge me donnez-vous?, sur les ondes de Canal Vie, le 1er février.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer