23,50$ de bonheur

Matt Damon dans une scène de The Martian.... (Courtoisie)

Agrandir

Matt Damon dans une scène de The Martian.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Je ne me souvenais pas de ma dernière visite au cinéma. Il a fallu que je me creuse les méninges pour enfin me rappeler que Manon et moi sommes allés voir le film Cruising Bar II il y a... combien d'années encore? Sept ans, m'apprend le Web. C'était en 2008.

Et avant ça, ma dernière visite dans une salle de cinéma remontait à 2002 (merci encore à Internet pour me rappeler l'année) pour voir le remake d'Un Homme et son péché, avec Roy Dupuis et Karine Vanasse.

Je me souviens cependant que j'y avais traîné mon fils Jean-Michel. Et de ses 12 ans, le pauvre s'était ennuyé à mourir. Mais j'avoue que le contraire m'aurait surpris. Jeune ado, moi aussi j'aurais préféré l'amour impossible entre Spider-Man et Mary Jane à l'amour impossible entre Séraphin et Donalda.

Je me console en sachant que mon fils ne m'en a pas tenu rigueur puisqu'il m'a invité au cinéma samedi dernier. (C'est vrai que notre dernière visite au cinéma remontait à 2002... Il est peut-être rancunier après tout, le rejeton.)

Jean-Michel voulait voir le tout dernier James Bond. Mais je suis l'un de ces rares qui ne trippent pas sur ce personnage de l'auteur Ian Fleming. Je suis de la génération Roger Moore, c'est-à-dire de ces années où cet acteur américain tenait le rôle de James Bond. Et dans mon livre, cet espion britannique fictif est mort quand Roger Moore a été remplacé.

Je dis ça, mais j'avoue que j'ai vu tous les Bond depuis. Par curiosité. Sur vidéo, par contre. Ou sur DVD. Ou Blu-ray. Ou «sur demande»... À la maison, quoi!

J'adore le septième art. Je vais rarement au cinéma, vous l'aurez compris, mais je regarde en moyenne de deux à trois films par semaine. Selon le nombre de soirs que les Sénateurs d'Ottawa sont en action...

Donc quand Jean-Michel (qui a aujourd'hui 25 ans, soit dit en passant) m'a invité au cinéma, j'ai tout de suite accepté. Comme il a vite accepté qu'on aille voir Seul sur Mars en 3D plutôt que le dernier James Bond. C'était donc cap sur une salle de cinéma et la planète rouge.

Comme les choses ont changé! J'ai d'abord été surpris en apprenant qu'il faut se procurer un billet d'entrée à l'un des guichets automatiques situés dans le foyer, ou encore au comptoir de friandises, plutôt qu'à un guichet avec caissière comme dans le bon vieux temps. Façon de sabrer dans les dépenses en réduisant le personnel tout en vous attirant vers le pop-corn, quoi.

Et ça fonctionne. J'ai longuement hésité entre le maïs soufflé et un sac de bonbons Nibs. (J'adore les Nibs.) J'ai finalement opté pour cette friandise, accompagnée d'un Coca-Cola format de 20 onces et, bien entendu, un billet pour le film.

«Ce sera 23,50 $», de me demander le jeune commis derrière la caisse. J'ai cru apercevoir lui et Jean-Michel s'échanger des sourires complices quand j'ai rouspété au sujet du prix. Comme si le commis, de ses yeux, demandait à mon fils: «Tu le sors pas souvent lui, hein?»

Mais presque 24$ pour une boisson gazeuse, un petit sac de bonbons et un billet? Vraiment?

Et pourquoi ces verres fumés à la porte du cinéma? «Ce sont les lunettes qu'on doit porter pour regarder le film en trois dimensions, de m'expliquer Jean-Michel.

- Vais-je pouvoir les porter par-dessus mes lunettes?

- Oui, P'pa.

- Vont-elles me donner le vertige ou des étourdissements?

- (Soupir...) Non, P'pa.»

J'ai donc porté des lunettes par-dessus mes lunettes. (Une scène du film hilarant Airplane m'est revenue en tête...)

Et j'ai été impressionné. Renversé même. Complètement subjugué par les nouvelles technologies et ce film en trois dimensions. Comme si Matt Damon et moi étions seuls sur la planète Mars. Wow!

Si émerveillé étais-je que je me suis même surpris à me dire que, finalement, ce n'était pas vraiment cher, ces 24$, pour ces deux heures et demie de divertissement.

En fait, j'ai même donné raison au commis vendeur de bonbons Nibs: je devrais vraiment sortir plus souvent...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer