La vache Centraide

La députée sortante de Hull-Aylmer, Nycole Turmel, a... (Courtoisie)

Agrandir

La députée sortante de Hull-Aylmer, Nycole Turmel, a fait un don de 1000$ à Centraide Outaouais pour obtenir «la vache à Gratton». Sur la photo, elle est accompagnée du président de la campagne de financement, Michel Picard; de Nathalie Lepage, de Centraide Outaouais; et de Nicole Boudreau, de la firme Ed Brunet et Associés.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Lu mercredi sur la page Facebook de Centraide Outaouais: «Nycole Turmel, candidate du NPD dans Hull-Aylmer, a fait un don de 1000$ à Centraide Outaouais pour obtenir la vache à Gratton LeDroit. Merci de votre générosité! [...] Prochain arrêt: le bureau du maire Maxime Pedneaud-Jobin!»

Deux questions me sont venues en tête en lisant ce message.

Première question: l'entrepreneur Raymond Brunet a offert un don de 3000$ pour obtenir cette vache en papier mâché lors du lancement de la campagne de financement de Centraide Outaouais, le 1er octobre dernier. Et c'est lui qui était censé remettre la vache au maire de Gatineau pour que celui-ci lui trouve une place dans son bureau, bien en vue, pendant une semaine ou deux. Que s'est-il passé? Comment se fait-il que c'est Mme Turmel qui, finalement, aura le plaisir de refiler la vache au maire?

Explication de Centraide Outaouais: «On voulait prendre une photo avec le maire avant que la vache aille dans les mains de Mme Turmel, mais il y a eu conflit d'horaire. Bref, on voulait qu'elle (la vache) se promène. Elle ira au bureau du maire d'ici deux à trois semaines. Raymond Brunet est détenteur d'une "carte chouchou" - car il est le premier donateur - ce qui lui permet de récupérer la vache durant toute l'année, au besoin et selon une activité quelconque.»

Bon. Je comprends maintenant. Le maire Pedneaud-Jobin a trouvé toutes sortes de raisons pour se faufiler et éviter que la vache se retrouve dans son bureau. C'est ça? Ai-je bien compris? Si oui, c'est plutôt vache de sa part. Et il ne s'en sauvera pas si facilement.

Je blague. Je sais fort bien que le maire de Gatineau a d'autres «vaches» à fouetter par les temps qui courent. Mais «ma» chère vache se retrouvera tôt ou tard dans son bureau, j'en suis certain, et avec photo à l'appui. Et ce sera ensuite au tour de M. Pedneaud-Jobin de la remettre à toute personne, organisme ou compagnie qui offrira un don à Centraide Outaouais pour héberger ladite vache le temps d'une traite de lait ou deux.

Tout ça pour dire que «ma» vache a jusqu'à maintenant accumulé 4000$ pour Centraide Outaouais. Et ce n'est que le début de son long périple pour venir en aide aux gens dans le besoin.

Passons maintenant à la deuxième question: pourrait-on cesser de l'appeler «la vache à Gratton»? Ou encore «la vache à Gratton LeDroit»?

Je n'ai aucune objection à ce qu'on garde ce nom, entendons-nous. Mais «ma» vache a aujourd'hui une nouvelle vocation. Une nouvelle mission. Une nouvelle raison d'être.

Elle veut faire du bien. Tout simplement faire du bien. Elle veut amasser le plus de sous possible au cours de la prochaine année pour aider le plus grand nombre de gens possible. Bref, elle veut devenir une vache à lait pour Centraide Outaouais et, indirectement, pour toute la population de l'Outaouais. Et elle compte sur vous. Alors ne pourrait-on pas la renommer: la «vache Centraide»? Ou «la vache qui donne»? Ou encore la «vache vagabonde»? Non?

À Centraide Outaouais de choisir, quoi. «Ma» vache est entre leurs mains. Et si mes amis là-bas préfèrent garder le nom «la vache à Gratton LeDroit», ainsi soit-il. Ça ne m'offusque pas.

Meuhhh... pas du tout.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer