La belle affaire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Cette année marque le 400e anniversaire de la présence française en Ontario. On célébrera dans quatre jours la Journée des Franco-Ontariens et Franco-Ontariennes. Et pour mettre la cerise sur le gâteau, on fêtera également le 40e anniversaire du drapeau franco-ontarien. Bref, on va se faire aller le trillium vendredi.

Mais il fallait bien que le gouvernement ontarien vienne gâcher la fête. On apprenait en fin de semaine que la cérémonie annuelle et traditionnelle de levée du drapeau franco-ontarien à Queen's Park n'aura pas lieu vendredi.

Pourquoi? Parce que la demande de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO) pour utiliser le terrain devant Queen's Park n'aurait pas été acheminée à temps. Les demandes pour utiliser ce terrain sont acceptées pour le premier venu. Et au moment où l'Assemblée législative aurait reçu la demande de l'AFO, le terrain, pour la journée de vendredi, avait déjà été réservé par une autre organisation.

Selon le directeur général de l'AFO, Peter Hominuk, son association aurait acheminé sa demande à Toronto il y a presque un an. Mais il y aurait eu bris de communications, a-t-il affirmé, et la demande ne se serait jamais rendue.

La belle affaire, disais-je. J'en conclus qu'il faudra nous-mêmes le lever fièrement et bien haut, notre drapeau, vendredi.

Si haut qu'on l'apercevra de Toronto...

"*

Changement de sujet...

J'aime bien Facebook. C'est devenu un outil presque indispensable pour le journaliste que je suis.

Il y a cependant des petites choses qui m'agacent sur Facebook. Rien de bien grave. Rien à en perdre les nerfs ou le sommeil. Mais qui m'agacent légèrement, mettons.

D'abord, je ne joue pas à des jeux sur Facebook. Vous pouvez m'inviter à jouer à quoi que ce soit, je vais ignorer votre demande. Je n'ai jamais eu de Xbox, de Nintendo ou de Playstation, et il y a une raison pour ça. Je n'aime pas ça.

Je sais, je suis un bizarre, un curieux, un dinosaure. Tout le monde aime pourtant jouer à ces jeux vidéos. Et bien pas moi. Et ce n'est pas sur Facebook que je commencerai. Je suis bien heureux et en paix avec moi-même de savoir que je suis le seul con qui ignore ce qu'est Candy Crush.

Deuxièmement, je ne me joins pas à des groupes. Et qu'on m'ajoute dans un groupe sans ma permission m'insulte. Encore hier, je me suis aperçu que j'étais «membre» du groupe de gens qui aiment le restaurant turc Topkapi.

C'est quoi ça? Je n'ai jamais reçu de demande pour me joindre à ce groupe. Je ne sais même pas où se trouve ce restaurant. Je n'y ai jamais mis les pieds. C'est peut-être l'un des très bons restos de la région, je l'ignore. Comme j'ignore comment je me suis retrouvé dans le groupe des «réguliers» du Topkapi.

Et parlant des réseaux sociaux...

Je ne suis pas membre non plus du réseau social professionnel LinkedIn. Je reçois chaque semaine une ou des demandes «d'amitié» d'une personne - d'une connaissance souvent - inscrite sur LinkedIn. Je dois donc ignorer ces demandes. Et je n'aime pas ignorer les gens qui s'adressent à moi. Ces gens sont bien gentils de vouloir me compter parmi leurs amis virtuels. Mais comment voulez-vous que je leur réponde si je ne suis pas «membre» de LinkedIn?

Puis il y a le réseau de rencontre Badoo. Avez-vous déjà entendu parler de cette bibitte? Je reçois de temps à autre des courriels de ce Badoo qui m'apprend que trois femmes de la région inscrites sur ce réseau veulent faire connaissance avec moi. Puis on ajoute que si je veux voir la photo et le profil de ces dames, que je dois m'inscrire sur Badoo.

Mais je n'ai jamais eu l'intention de m'inscrire sur un réseau de rencontres pour hommes et femmes. Pourquoi le ferais-je? Je suis marié, je suis bien heureux avec ma blonde, j'ai de bons amis, hommes et femmes. Pourquoi voudrais-je rencontrer de pures étrangères sur le web?

Mes rencontres, je les préfère en personne, dans le blanc des yeux. Pas caché derrière un ordinateur, ni dans un monde virtuel.

Ah puis, j'oubliais. Je ne tweete pas non plus.

Bon. Il fallait que ça sorte. Ça fait du bien, merci.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer