Ottawa chaudasse

Un cahier publicitaire du ministère du Tourisme de l'Ontario intitulé Fins... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un cahier publicitaire du ministère du Tourisme de l'Ontario intitulé Fins de semaine d'automne en Ontario a été encarté dans plusieurs quotidiens, dont LeDroit du week-end dernier.

Dans ce livret d'une vingtaine de pages, on vous suggère 10 régions en province à visiter durant une fin de semaine. Et on y ajoute quelques endroits et commerces où s'arrêter dans chacune de ces régions.

On parle d'Ottawa - du marché By, plus précisément - à la page 11 de ce cahier. Puis on y trace un itinéraire pour une visite de trois jours. C'est le «jour 2» de cet itinéraire qui m'a fait sourciller. Une journée qu'on aurait pu intituler: «Venez vous saouler la gueule à Ottawa». Voici ce que le gouvernement ontarien vous suggère pour un samedi «inoubliable» dans le marché By.

D'abord, on vous propose de «commencer votre journée en douceur avec un petit gâteau du Cupcake Lounge». Bon. C'est tout petit comme endroit. Mais les gâteaux ont effectivement l'air délicieux. Mais comme déjeuner santé, on repassera.

Il est maintenant 10h ou 10h30 du matin. On fait quoi ensuite? Selon le ministère du Tourisme, l'endroit où se diriger après avoir empiffré un cupcake est chez Brew Donkey, qui offre une tournée de dégustations dans les brasseries, les pubs et les bars à bières artisanales de la capitale. C'est bien beau tout ça. Invitant, même, surtout pour les amateurs de bières artisanales. Mais il est 10h du matin! Les brasseries, les pubs et les bars ne sont même encore ouverts à cette heure-là. Et même s'ils l'étaient, est-ce très sage de débuter sa journée avec une dégustation de bières?  

Bon. Nous sommes maintenant en milieu d'après-midi. Le touriste, étant un peu chaudasse de sa tournée des bars, ira probablement casser la croûte (au restaurant Sidedoor, comme le suggère Tourisme Ontario). Et il ira ensuite dormir quelques heures à son hôtel, question de dégriser un peu.

Mais après? Quoi faire en soirée? Voici ce que le gouvernement propose: «Terminez la soirée dans la plus vieille taverne de la ville... The Laff.»

À la taverne!? C'est ce que le marché By aurait de mieux à offrir aux touristes pour passer un agréable samedi soir dans la capitale du pays: une taverne!?

Avez-vous déjà visité le Laff, ou le «Château Lafayette» comme elle s'appelait autrefois? Moi, si. Il y a une trentaine d'années de ça... et je n'y suis jamais retourné. En fait, je suis rapidement passé au Lafayette, hier midi, pour y jeter un coup d'oeil et j'ai vite constaté que l'endroit n'a pas vraiment changé. Une petite pièce sombre, une quinzaine de tables, un immense juke-box dans le coin et, évidemment, le bar. Et comme clientèle hier midi: deux hommes assis à une table buvant une bière. Et un autre, assis au bar à siroter sa «Grosse Molle». Et que la fête commence!

Je n'ai jamais visité le Laff en soirée. L'endroit est peut-être très populaire le soir venu, je ne sais pas. Mais ça demeure une taverne. Et je pense que je peux affirmer sans me tromper qu'il y a sûrement un autre endroit dans le marché By pour plaire davantage aux touristes et visiteurs qu'une taverne.

Ce sera quoi dans la prochaine revue du ministère du Tourisme de l'Ontario? Une visite à la taverne Concorde de Vanier, là où les langues de porc et les oeufs dans le vinaigre sont exquis si dégustés sur un biscuit soda? Et c'était quoi il y a 50 ans? Les gens du tourisme invitaient-ils les visiteurs à se rendre à la taverne Chez Lucien dans le marché By? Vous avez connu cette taverne, les plus vieux? Elle n'a rien à voir avec l'invitant resto du même nom de la rue Murray.

Chez Lucien de l'époque était le lieux de prédilection de la rapace et des prostituées. Mais cette taverne a (heureusement) disparu. Et aujourd'hui, à cet endroit où les prostituées travaillaient, se trouvent les bureaux du Droit et sa salle de rédaction. Oui, là où nous les journalistes écrivons votre quotidien était autrefois l'endroit où se rassemblaient les gens aux moeurs légères.

J'entends les langues de vipère dire: «Plus ça change, plus c'est pareil...»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer