Tous au Costco de Gatineau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Et si l'Ontario imitait un jour le Nouveau-Brunswick...?

C'est la question que les consommateurs de bière de l'Ontario devraient se poser par les temps qui courent.

Un procès au Nouveau-Brunswick s'est conclu la semaine dernière. C'est l'histoire d'un Acadien de Tracadie, Gérard Comeau, âgé de 62 ans, qui a été accusé par la Gendarmerie royale du Canada (GRC) d'avoir eu en sa possession 14 caisses de bière et trois bouteilles de spiritueux achetées dans le village voisin de Pointe-à-la-Croix, au Québec. Or, la Loi sur la réglementation des alcools au Nouveau-Brunswick interdit la possession de «plus de 12 pints de bière (approximativement 18 bouteilles) qui n'ont pas été achetées chez un détaillant licencié de la province.

Les avocats de M. Comeau ont réitéré dans leur plaidoyer final, vendredi, leurs arguments voulant que la loi provinciale en matière d'alcool était inconstitutionnelle.

La décision du juge dans cette cause est attendue dans les prochains mois. Et selon l'avocat de la défense, Mikael Bernard, cette décision revêt une importance particulière pour le commerce interprovincial.

«Je crois que ça va affecter la libre circulation des biens en ce qui a trait à l'alcool et que ce jugement deviendra une référence dans d'autres provinces également», de déclarer Me Bernard.

Je reviens donc à ma question: Et si l'Ontario imitait un jour le Nouveau-Brunswick? Si M. Comeau perd sa cause, l'Ontario pourrait-elle à son tour imposer de strictes restrictions à toute consommation alcoolisée achetée dans la Belle Province? Parce qu'on sait tous que la bière est beaucoup moins chère au Québec qu'en Ontario.

Et actuellement, il est permis pour les Ontariens de se procurer jusqu'à 24,6 litres de bière (l'équivalent de trois caisses de 24 bouteilles) de l'autre côté de la frontière. C'est déjà beaucoup. Mais la décision attendue dans la cause au Nouveau-Brunswick pourrait bien donner des munitions au gouvernement ontarien pour diminuer considérablement la quantité de bière «québécoise» importée sur son territoire.

Déjà, plusieurs Ontariens enfreignent la loi en se procurant beaucoup plus que trois caisses de 24 bouteilles (ou canettes) de bière par visite dans les dépanneurs et les grands marchés d'alimentation de l'Outaouais. Allez faire un tour dans le terrain de stationnement du Costco de Gatineau un bon samedi matin et vous le constaterez bien assez vite. Ce Costco est sûrement l'un des plus grands vendeurs de bière de toutes les succursales de cette chaîne nord-américaine. Et sa clientèle ne se compose pas uniquement de Québécois... loin de là.

«Dans le temps des Fêtes, m'a déjà raconté un ami qui habite Orléans, je vais au Costco de Gatineau et je me procure dix caisses de bière. J'épargne ainsi de 100 à 150$.» Il n'est pas le seul...

Et si l'Ontario décidait de récupérer ces «fuites»? Un précédent judiciaire au Nouveau-Brunswick - si précédent il y a - pourrait bien lui donner toute la liberté de le faire... à la grande joie des puissants Beer Store qui ont le quasi-monopole de la vente de bière partout en Ontario.

Tout ça est hypothétique, je le sais.

Mais si j'étais à la place de mon ami d'Orléans, j'irais à Gatineau faire mes provisions de bière des Fêtes dans les plus brefs délais...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer