Méli-mélo

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une chronique à sujets variés en ce mardi matin...

D'abord, bonne nouvelle de l'Hôpital Montfort et de son monument Place Oh! Francophone d'Amérique.

Ce monument créé en 1997 par l'artiste Yves Leduc a été mis en terre devant l'Hôpital Montfort en 1998 en plein coeur de la lutte du mouvement populaire S.O.S. Montfort. On l'a retiré en 2004 en raison de travaux de rénovation qui devaient se faire devant l'hôpital. Puis on ne l'a pas revu depuis.

La direction de l'Hôpital Montfort l'a «sorti des boules à mites» il y a quelques semaines et cette oeuvre historique retrouvera enfin sa place sur le terrain de l'institution.

Selon la directrice des communications de Montfort, Geneviève Picard, l'artiste Yves Leduc procédera d'abord à quelques réparations sur son monument, tel que recommandé par un ingénieur. Rien de majeur, dit-on. Un emplacement final sur le terrain de l'hôpital a été retenu avec l'accord de la direction et de l'artiste. Et un entrepreneur en forage évaluera le sol dès demain.

Si tout est conforme, le monument en mémoire de la lutte inoubliable des Franco-Ontariens pour conserver «leur» hôpital sera remis en terre d'ici la fin de l'été.

À suivre...

OUCH!

Parlant de l'Hôpital Montfort...

Une douloureuse et insupportable infection de la gorge m'a «obligé» à me rendre à l'urgence de l'endroit lundi dernier. Je déteste attendre à l'urgence. Mais je déteste encore plus ne rien pouvoir manger et/ou boire pendant des jours...

En un peu moins de trois heures, je quittais l'urgence, ordonnance en main, après avoir été vu par un personnel attentif et ultra-compétent. Et la santé va beaucoup mieux aujourd'hui. Merci à toute l'équipe.

Mais 13$ pour le stationnement... Pour trois petites heures? Vraiment? C'est presqu'un prix à rendre malade...

Mais on me dit que cet argent est remis à la Fondation Montfort. Alors je n'ai rien dit. On se la ferme quand c'est pour une bonne cause.

LEADER D'ARMÉE RECHERCHÉ(E)

Je vous parle à chaque hiver de «l'Armée de tricoteuses Nicole Dupuis». Il s'agit d'un groupe de dames de Gatineau qui tricotent à l'année longue tuques, foulards, mitaines et le reste pour remettre aux démunis et itinérants de la grande région d'Ottawa-Gatineau. Ces dames donnent chaque hiver des centaines de leurs créations à ceux dans le besoin.

Ce mouvement - si on peut dire ainsi - a été créé par (feue) Nicole Dupuis, une Gatinoise décédée il y a quelques années après une longue et courageuse lutte contre le cancer. Avant son décès, Mme Dupuis a confié les rênes de son groupe à Margot Beauparlant, qui dirige «l'armée» depuis.

Mais Mme Beauparlant doit à son tour remettre son «titre». Son mari est très malade et elle n'a simplement plus le temps de s'occuper de la coordination du groupe. On la comprend et on souhaite bon courage à elle et son époux.

Quelqu'un voudrait et pourrait prendre la relève de l'Armée de tricoteuses Nicole Dupuis? Si oui, communiquez avec Mme Beauparlant ou avec moi dans les plus brefs délais, s'il vous plaît.

Margot Beauparlant: 819-770-9025

QUE SONT-ILS DEVENUS?

Je lance cet automne une nouvelle série intitulée provisoirement «Que sont-ils devenus?».

Il s'agira de rencontres et d'entrevues avec des gens de la région qui ont marqué l'actualité à une autre époque, mais qu'on a un peu oubliés depuis.

Politiciens, artistes, athlètes amateurs et professionnels, hommes et femmes d'affaires, monsieur et madame «tout-le-monde»... Bref, des gens dont tout le monde parlait pour des raisons aussi variées les une que les autres.

Vous avez des noms à me suggérer? Si oui, vous n'avez qu'à m'écrire.

dgratton@ledroit.com

En vous remerciant d'avance.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer