Un monument... aux oubliettes

La sculpture d'Yves Leduc. À gauche, à l'époque... (Photos LeDroit)

Agrandir

La sculpture d'Yves Leduc. À gauche, à l'époque où les passants pouvaient l'apercevoir non loin du chemin de Montréal, en face de l'hôpital Montfort. À droite, dans son état actuel,dissimulé derrière des arbres, enveloppé de vieilles planches de contre-plaqué.

Photos LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Auriez-vous trouvé un monument, par hasard?

Un jour il était là, érigé devant l'hôpital Montfort, tout près du chemin de Montréal. Et le lendemain, pouf! Il était disparu.

Je vous parle du monument - ou du contre-monument comme dit son créateur, Yves Leduc - baptisé Place Oh! Francophone Anonyme d'Amérique. Il a été construit en 1997 par M. Leduc alors que la lutte entre le mouvement populaire S.O.S. Montfort et le gouvernement ontarien battait son plein.

Je me souviens vaguement de son inauguration en début 1998. Chaque invité - la présidente de S.O.S. Montfort, Gisèle Lalonde, en tête - y ajoutait une brique en signe de solidarité, de détermination et de persévérance. Et aussi pour démontrer au premier ministre de l'époque, Mike Harris, que l'hôpital qu'il souhaitait fermer était habité de l'âme d'un peuple et que cet édifice était beaucoup plus que de la brique et du mortier.

Le «contre-monument» du sculpteur Yves Leduc est resté en place jusqu'en 2004.

«Et cette année-là, se souvient M. Leduc, l'hôpital Montfort m'a approché pour que mon oeuvre soit déplacée. La raison invoquée pour ce déplacement était celle de maximiser le stationnement à l'avant de l'hôpital à la suite de l'agrandissement de l'institution. Mon premier conseil était de laisser les deux éléments principaux de brique et de mortier du contre-monument en place et d'installer le stationnement autour de la sculpture. Ce conseil n'a pas été retenu et la sculpture a été sortie de terre au creux de l'hiver 2005. On voulait l'entreposer ailleurs, mais j'ai insisté de la garder sur place en guise de garantie à sa réinstallation», d'ajouter l'artiste.

L'oeuvre de M. Leduc est en effet toujours sur place. Sauf que...

Sauf que vous devez la chercher. Ce que j'ai fait mercredi matin. Et je l'ai enfin trouvée. La sculpture de M. Leduc a été enveloppée dans de vieilles planches de contre-plaqué délavées, dépareillées et qui semblent avoir été trouvées dans les poubelles. Et l'oeuvre a été placée à l'écart, le long d'une clôture, dans un buisson. Loin de la vue des passants. Vous devez littéralement pousser des branches d'arbres pour la voir de plus près. Au premier coup d'oeil, j'ai cru qu'il s'agissait d'un amas d'ordures que l'hôpital souhaitait cacher. Mais en m'approchant, j'ai pu lire clairement les mots «Oh! Francophone» gravés dans le roc.

Bref, cette sculpture créée pour honorer les francophones et érigée fièrement devant l'hôpital, il y a 18 ans, est aujourd'hui bien cachée dans le bois, comme si la direction de l'hôpital voulait étrangement oublier son passé, son histoire. Disons que le monument «Place Oh! Francophone Anonyme d'Amérique» ne pourrait être plus... anonyme.

Vrai, un magnifique «Monument de la francophonie» avec son imposant drapeau franco-ontarien a été construit devant l'hôpital, là où se trouvait l'oeuvre de M. Leduc. Mais on retrouve quinze de ces «Monuments de la francophonie» à Ottawa et ailleurs en Ontario. La sculpture de l'artiste Leduc était unique, authentique. Et elle racontait une page d'histoire de la communauté franco-ontarienne. Une page qu'il ne faudrait jamais oublier... ou cacher.

Comme a dit Winston Churchill: «Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre».

Yves Leduc a bien tenté de convaincre la direction de l'hôpital de remettre en terre sa sculpture. Et il croyait bien que ce serait fait en 2010 lorsque les services de la firme de construction ZW Group ont été retenus pour réinstaller l'oeuvre en question quelque part sur le terrain de Montfort. Mais ZW Group l'a avisé l'an dernier que le projet avait été suspendu jusqu'à nouvel ordre.

«J'ai écrit une lettre au directeur général de l'hôpital à la fin de l'année 2014 afin de connaître les intentions de la direction, affirme M. Leduc. Mais je n'ai toujours pas reçu de réponse.»

L'artiste ne s'objecterait pas aujourd'hui à ce que sa sculpture soit mise en valeur ailleurs qu'à l'hôpital Montfort. Il souhaiterait juste qu'elle soit à la vue des gens comme elle l'a été pendant sept ans. Afin qu'on se souvienne et qu'on n'oublie... jamais.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer