Sauver la vie de sa soeur

Laureen Bureau a reçu le rein de sa... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Laureen Bureau a reçu le rein de sa soeur Jacqui (en mortaise)  il y a 30 ans.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Laureen Bureau, de Gatineau, et sa soeur cadette, Jacqui, de Montréal, participent chaque année à la Marche du rein. Et elles y seront encore dimanche lorsque cette marche, aux profits de la Fondation canadienne du rein, se mettra en branle à 10 h au complexe sportif de l'école Mont-Bleu du secteur Hull.

Mais cette année sera un peu plus spéciale que les autres pour ces deux soeurs. Parce qu'il y a 30 ans, Jacqui a sauvé la vie de Laureen en lui donnant un rein.

Laureen n'avait que quatre ans quand elle a été diagnostiquée avec une grave maladie aux reins. C'était en 1962 alors que la famille Bureau habitait au Nouveau-Brunswick. Et les hôpitaux là-bas n'avaient pas encore l'expertise pour soigner cet enfant. Laureen a donc été transférée à l'hôpital de Montréal pour enfants où elle « séjournait » plusieurs semaines à la fois, ses parents faisant la navette entre la métropole et le Nouveau-Brunswick pour la visiter.

« La dialyse en était à ses tout débuts, se souvient-elle. Et les médecins trouvaient que j'étais trop faible pour des traitements de dialyse et que ces traitements allaient me tuer. Donc je passais la moitié de mon temps à l'hôpital pour des soins. Et les médecins ont dit à mes parents que je n'allais probablement pas voir mes 18 ans. »

Mais après plusieurs mois de cette vie d'enfer à l'hôpital, la jeune fille ne pouvait plus vivre loin de ses parents et de ses cinq soeurs. « Je m'ennuyais de chez moi, j'avais besoin d'être avec ma famille », dit-elle. Elle est donc rentrée au Nouveau-Brunswick où elle a reçu des soins primaires durant les années subséquentes.

Laureen a déjoué le pronostic des médecins et elle a vu ses 18 ans. Mais à l'âge de 26 ans, ses reins ne fonctionnaient plus qu'à 8 %. Et son médecin lui a dit qu'une greffe de rein était la seule solution pour elle. Ses jours étaient comptés.

Sans même y penser deux fois, sa mère et ses cinq soeurs se sont offertes pour lui donner un rein. Elles ont subi tous les tests requis et seule Jacqui, la plus jeune de la famille, s'est avérée compatible.

« J'étais à l'hôpital quand j'ai appris que Jacqui était compatible, raconte Laureen. J'étais tellement contente et hors de moi que je n'ai même pas attendu d'être rendue à la maison pour annoncer la bonne nouvelle à ma soeur, je lui ai téléphoné de l'hôpital. Avec le recul, j'ai réalisé que ce n'était pas vraiment la chose à faire. On n'annonce pas une nouvelle de cette ampleur à quelqu'un en lui téléphonant », ajoute-t-elle en riant.

C'était en 1985, il y a 30 ans. Et à l'époque, seule une greffe sur deux était un succès. Aujourd'hui, le taux de succès est de 90 %. Donc Jacqui prenait tout un risque en offrant un rein à sa soeur.

« Mais Jacqui n'a pas eu peur et elle n'a pas hésité une minute, dit Laureen. En fait, elle m'a dit que de me sauver la vie était, pour elle, comme gagner à la loterie. Qu'elle était chanceuse de pouvoir faire ça pour moi. »

La greffe de rein s'est évidemment bien déroulée. Laureen a aujourd'hui 56 ans et elle est mère de deux enfants âgés de 27 et 22 ans. « Et moi qui croyais, quand j'étais jeune, que je ne pourrais jamais avoir d'enfants », lance-t-elle en souriant. Jacqui pour sa part est âgée de 49 ans et elle aussi est mère de deux enfants qui eux sont âgés de 16 et 12 ans.

Toute la grande famille des Bureau sera à Gatineau dimanche pour prendre part à la Marche du rein afin de sensibiliser la population à l'importance du don d'organes.

« Et toute la parenté viendra ensuite chez moi pour un barbecue familial, dit Laureen. J'ai hâte de revoir tout le monde. Et même 30 ans plus tard, je vais encore remercier Jacqui pour ce qu'elle a fait pour moi. En fait, je ne sais toujours pas comment exprimer ma gratitude à chacune de mes soeurs. Elles étaient toutes prêtes à me sauver la vie il y a 30 ans. Et je ne l'oublierai jamais. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer