Le tour de la planète en chantant

Les 27 choristes de la Chorale De La... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Les 27 choristes de la Chorale De La Salle , ont chanté plus tôt cette semaine dans la cathédrale Saint-Étienne de Vienne, en Autriche.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Apprenez à chanter et voyez le monde !

Cette phrase pourrait être le slogan de la chorale de l'école secondaire publique De La Salle, à Ottawa. Parce que depuis maintenant 15 ans, les étudiants de cette chorale ont chanté un peu partout sur la planète. De Paris au Japon, en passant par l'Autriche, la République tchèque, l'Allemagne et la République slovaque, ils ont de plus chanté aux quatre coins du Canada.

Mais ce dimanche, ce sera l'apogée pour les 27 membres de cet ensemble vocal alors qu'ils se produiront pour la toute première fois au Vatican.

Robert Filion est directeur de la chorale et enseignant de musique vocale à l'école De La Salle depuis maintenant 25 ans. Et il organise ces tournées internationales de sa troupe franco-ontarienne depuis maintenant 15 ans. Mais lui-même a peine à croire que ses jeunes ouailles chanteront à la Basilique Saint-Pierre dans quelques jours.

« Nous faisons une tournée internationale aux deux ans, a raconté M. Filion au bout du fil, lui qui se trouve présentement à Bratislava, en République slovaque, avec ses élèves. Il y a deux ans, nous avons chanté à la cathédrale Notre-Dame de Paris. Et quand nous avons annoncé plus tôt cette année que nous allions chanter au Vatican, des collègues m'ont dit : 'Notre-Dame de Paris il y a deux ans, le Vatican cette année... ce sera où dans deux ans ? La Lune ?'. (Rires). C'est vrai que le Vatican sera pas mal dur à battre ! ».

Les 27 choristes de la Chorale De La Salle, qui sont âgés de 14 à 18 ans, ont chanté plus tôt cette semaine dans la cathédrale Saint-Étienne de Vienne, en Autriche, puis dans la plus ancienne église de Bratislava, hier. Mais saisissent-ils l'ampleur de ce qui les attend dimanche au Vatican ? M. Filion répond avec une amusante anecdote.

« Je peux vous donner les deux côtés de la médaille, dit-il. D'abord, nous sommes une école publique. Donc nous avons toutes sortes de nationalités et de religions. On a des élèves qui ont très hâte d'aller au Vatican, ils n'y sont jamais allés. Et de chanter là, en plus, est tout un honneur pour eux. La religion catholique fait partie de leur vie.

« Il y en a d'autres qui ne sont pas catholiques ou catholiques pratiquants, mais ils saisissent l'ampleur de ce qu'est le Vatican. Donc c'est spécial pour eux aussi. Mais j'ai un jeune garçon qui est musulman et qui est arrivé au Canada du Maroc il y a environ trois ans. Et il m'a demandé l'autre jour : 'ma mère m'a un peu expliqué, mais le « Fatigant », c'est quoi, ça ?'. Il disait le 'fatigant', et non le Vatican ! (Rires). Donc je lui ai expliqué. Mais ce jeune n'a jamais été exposé à ça. Et tant qu'il n'y sera pas, il ne comprendra pas l'ampleur de ce que ça représente. »

N'allez pas croire que les membres de la chorale De La Salle couchent dans des Hilton cinq étoiles et bouffent dans les plus grands restaurants de ce monde durant leur séjour. Ce voyage de 13 jours en sol européen n'a coûté que 2 250 $ par étudiant. Des peanuts, quoi.

« À Bratislava, nous sommes hébergés par le Choeur de garçons de Bratsilava, qui sont venus à Ottawa l'an dernier, explique M. Filion. Ils s'occupent de nous comme nous nous sommes occupés d'eux à Ottawa. À Vienne, nous étions dans une auberge de jeunesse. Et à Rome, nous coucherons dans un petit hôtel. Et le coût du voyage inclut toutes les sorties, les billets d'avion, les repas et toutes les activités. On a fait beaucoup de campagnes de financement durant l'année et les sommes amassées nous permettent d'effectuer ces tournées internationales sans que ça coûte très cher aux parents.

- Et peut-être aurez-vous une petite place pour un journaliste dans deux ans ?, lui ai-je lancé à la blague en terminant.

- Vous n'êtes pas la première personne à me le demander. Nous avons quatre enseignants accompagnateurs, mais la moitié des profs de De La Salle voudraient venir ! ».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer