«Oui», pour la vie

Alonzo et Pierrette Proulx célébreront leur 70e anniversaire... (Denis Gratton, LeDroit)

Agrandir

Alonzo et Pierrette Proulx célébreront leur 70e anniversaire de mariage en juin.

Denis Gratton, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Alonzo et Pierrette Proulx fêteront leur anniversaire de mariage dans un mois, jour pour jour. C'est le 6 juin il y a très longtemps que ces deux tourtereaux se sont dits oui pour la vie.

Pour le meilleur et pour le pire. En voilà sept mots qu'on lance le jour de notre mariage sans parfois trop comprendre ou saisir leur portée. Et c'est parfois le meilleur mais plus souvent le pire qui pousse les couples à se séparer et à refaire leur vie loin l'un de l'autre.

Mais M. et Mme Proulx ont compris au fil des ans qu'il faut mettre un peu d'eau dans son vin de temps à autre, et que c'est à deux qu'on passe à travers du meilleur, comme du pire. Et ils s'aiment depuis toujours.

En fait, le mois prochain, ces grands-parents de huit enfants, de 17 petits-enfants et de 15 arrière-petits-enfants célébreront leur 70e anniversaire de mariage.

Mme Proulx fêtera ensuite en juillet son 94e anniversaire de naissance. Et son époux, en avril prochain, soufflera 100 bougies.

«Nous étions quand même assez âgés quand nous nous sommes mariés, se souvient Mme Proulx. Alonzo avait 29 ans, j'en avais 23. C'était vieux pour se marier à l'époque. Mais nous étions en temps de guerre. J'habitais dans le Vieux-Hull et je travaillais au gouvernement fédéral.

«Et moi, d'enchaîner M. Proulx, j'étais fils de cultivateur. Donc je n'ai pas été dans l'armée. L'armée m'a appelé, mais j'ai été exempté parce que je travaillais sur la terre familiale à Chénéville.»

«Mais je n'étais pas sa première blonde, reprend Mme Proulx. Alonzo allait même se marier avec une autre femme quand nous nous sommes rencontrés.»

«Mais c'est toi que j'attendais», de lui lancer son mari en la regardant doucement, les yeux toujours aussi plein d'amour qu'il y a 70 ans.

Comme on dit: qui prend mari prend pays. Pierrette Proulx a donc quitté sa ville natale de Hull pour déménager avec son mari dans une maison de Chénéville, dans la Petite-Nation. Une maison qu'ils habitent toujours, 70 ans plus tard!

«Alonzo a acheté cette maison cinq ans avant notre mariage, dit Mme Proulx. Nous avions une terre immense avec ça. Et c'est ici qu'était établie la compagnie de transport de mon mari. Moi, j'étais secrétaire de l'entreprise, tout en élevant huit enfants. Et la comptabilité, je la faisais durant la nuit. J'aimais ça, c'était tranquille dans la maison.

Je vois que vous êtes abonnés au Droit, que je leur lance en pointant une copie de notre quotidien laissée sur la table de cuisine.

Ah oui, de répondre Mme Proulx. Quand nous nous sommes mariés, ma mère nous a offert un abonnement au Droit comme cadeau de noce. C'était un abonnement d'un an et nous sommes abonnés depuis. Je vais le chercher dans la boîte à lettres au chemin, puis je le lis. C'est mon p'tit bonheur chaque matin.

«C'est son p'tit bonheur, dit son mari, mais c'est aussi son réveille-matin.»

Mais quel est le secret pour vivre ensemble et en amour pendant 70 ans?

«Je pense que ça prend de la patience, répond-elle. Et beaucoup d'amour. On a huit beaux enfants qui ont bien réussi dans la vie. Je pense que c'est ça qui nous tient depuis si longtemps. C'est la famille qui est le principal. C'est l'amour familial. Et nous sommes tissés serrés.»

«Et quand ça ne marchait pas, on prenait la porte!», de lancer à la blague son époux.

Mais Francine, la fille aînée des Proulx qui s'est jointe à nous hier matin, a une autre version pour expliquer les 70 ans d'union de ses parents.

«C'est parce que mon père n'était jamais à la maison, dit-elle en souriant. Mon père a été maire de Chénéville pendant 21 ans, et conseiller municipal pendant 13 ans. Et il était de toutes les organisations du village. Nommez-les, il était partout. Donc il était rarement à la maison. Et c'est ça leur secret!», ajoute-t-elle aux rires de sa soeur Sylvie et de son frère Jean-Pierre, qui étaient aussi présents chez leurs parents mercredi.

En fait, Alonzo Proulx était si impliqué au sein de sa municipalité et de sa région qu'il a reçu le prix du Gouverneur général du Canada, en 1998, pour sa contribution remarquable à sa communauté.

Les deux amoureux fêteront en famille leurs 70 ans d'union, le 6 juin prochain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer