La mauvaise tablette

Je n'avais pas mis les pieds dans un Walmart depuis des lunes. Je déteste cet... (ARCHIVES, LeDroit)

Agrandir

ARCHIVES, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Je n'avais pas mis les pieds dans un Walmart depuis des lunes. Je déteste cet endroit. C'est comme un immense magasin où se donnent rendez-vous les «accros du magasinage», ce que je ne suis pas, loin de là.

Mais bon, mon fils voulait pour sa fête un matelas gonflable pour le camping, et Walmart en affichait un à un prix dérisoire sur son site Web. Je m'attendais donc à ne débourser que 44$. Mais ce n'est pas toujours comme ça que ça se passe au royaume du shopping...

Je trouve le matelas en question après avoir fait le tour du magasin deux fois. En fait j'ai dû demander à un employé de m'indiquer où je pourrais trouver les matelas pour le camping. Et lui de me répondre en me regardant comme si j'étais le roi des zombies: «dans la section camping, monsieur...».

Voilà pour la question stupide du jour: «dans quelle section trouverais-je des matelas pour le camping?». À quelle réponse m'attendais-je au juste? Dans la section des sous-vêtements pour hommes?

Donc je trouve le matelas «en spécial». Et agréable surprise, le prix n'est plus 44$ comme indiqué sur le site, mais bien 38$. C'est donc vrai ce que Walmart montre dans ses pubs télévisées. Il y a réellement des «p'tits bonhommes sourire» qui volent dans le magasin la nuit venue pour changer à la baisse le prix des items.

Donc 38$ dit l'affiche placée sous la dizaine de boîtes de matelas gonflables. J'en prends une et je me rends faire la file à la caisse. La longue file. L'interminable file. Mais enfin mon tour.

«Bonjour monsieur, me dit la caissière.

- Ce sera 78$ s'il vous plaît.

- Heu... non. On indique 38$ sur la tablette.

- Un instant, Monsieur».

Elle appelle un autre employé sur l'intercom, puis elle me demande d'attendre près de sa caisse, mais un peu à l'écart pour laisser passer les clients qu'elle continue de servir.

Un employé se pointe le nez quinze minutes plus tard, l'un des assistants-gérants je présume. La caissière lui dit que le matelas à 78$ serait affiché à 38$. Donc il repart vérifier. «C'est dans la section camping!» que je lui lance. «Je l'avais deviné monsieur!» me réplique-t-il en s'éloignant.

Il revient quelques minutes plus tard en secouant la tête. «Cette allée est sens dessus-dessous, dit-il à la caissière. Les prix affichés ne correspondent pas à la marchandise sur les tablettes».

Puis en se tournant vers moi il me dit: «Ce matelas est 78$. Il n'était pas au bon endroit sur la tablette.

- Et... c'est de ma faute, ça?

- Non. C'est de la nôtre».

Puis il dit à la caissière: «vends-le pour 38$». Et il repart.

Mais cette caissière est maintenant occupée avec une cliente au panier bien chargé. «Passez à l'autre caisse, me dit la caissière. Ma collègue vous aidera».

La deuxième caissière m'accueille avec le sourire. Elle prend la boîte et elle me dit: «ce sera 78$ s'il vous plaît.

- Non mademoiselle. Il y a erreur. Votre erreur. En fait, c'est l'erreur du magasin. On me laisse ce matelas pour 38$.»

Alors elle appelle le même assistant-gérant sur l'intercom!

Le tout s'est enfin réglé quelques minutes plus tard. Et j'ai pu me procurer un matelas pour 38$, simplement parce qu'il ne se trouvait pas sur la bonne tablette.

Je pense que je vais retourner plus souvent au Walmart. Mais la prochaine fois, je prends un téléviseur de 700$ et je le dépose quelques minutes sur la tablette de nourriture pour chats. Puis une fois à la caisse, je dis à la caissière:

«Vous vous trompez. Cette télé coûte 69 cents selon le prix indiqué sur la tablette»...

dgratton@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer