Impair insultant

Le nom (presque) complètement anglo du Ottawa Winter Brewfest est... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

Le nom (presque) complètement anglo du Ottawa Winter Brewfest est plutôt insultant envers les Franco-Ontariens. Surtout venant d'une organisation gatinoise et francophone.

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un nom «francophone» a été trouvé pour le Winter Brewfest.

Cet événement, organisé par le Festibière de Gatineau, se déroulera à Ottawa les 13 et 14 février durant le dernier week-end de Bal de neige.

Or, la semaine dernière, le Franco-Ontarien en moi a soulevé le fait que ce nouvel événement ne semblait pas porter un nom français. Les médias francophones ne parlaient que du Winter Brewfest. Le cofondateur du Festibière, Alex Van Dieren, m'a alors assuré qu'un nom francophone allait être dévoilé durant une conférence de presse prévue mardi.

Or voici, on a trouvé un nom. Et cet événement s'appellera... le Winter Brewfest Hiver.

Je ne blague pas. C'est tout ce qu'on a pu trouver comme nom «francophone». Le Brewfest... Hiver. Misère...

Pourquoi pas le Festibière d'Ottawa? Ce serait si simple. Comme dans: Winter Brewfest - Festibière d'Ottawa. Ou encore: Winter Brewfest - Festibière d'hiver.

Certains diront que le nom Festibière est plutôt difficile à prononcer par les anglophones. Vrai. Mais so what!? Ce ne sont pas les anglophones qui l'utiliseraient mais bien les francophones. Les anglos parleront du Winter Brewfest. Ils ne se casseront pas la tête à tenter de prononcer Festibière.

Quand un anglophone d'Ottawa ou de Gatineau assiste aux Grands feux du Casino du Lac-Leamy, il achète un billet pour le Casino du Lac-Leamy Sound of Light, soit l'équivalent anglais trouvé comme nom par les organisateurs de ce festival. L'anglophone ne tente pas de prononcer le nom Les Grands Feux du Casino. On l'invite dans sa langue au Sound of Light. Et voilà les mots magiques: on l'invite dans sa langue. Question de respect et, disons-le, question d'argent.

Quand un anglophone d'Ottawa ou de Gatineau emmène ses enfants au Domaine des flocons de Bal de neige (et non Winterlude...), dans le parc Jacques-Cartier à Gatineau, il dit à ses enfants qu'ils iront s'amuser au Snowflake Kingdom.

Si on parvient à trouver des noms anglophones pour les événements qui se déroulent à Gatineau, pourquoi ne pourrait-on pas donner un nom francophone à un événement qui se tient à Ottawa et ainsi inviter les francophones dans leur langue? Pour ne pas offusquer les anglophones? Si vous saviez comme ils s'en fichent...

J'en conclus que les Franco-Ontariens ne représentent pas la clientèle visée par les organisateurs du Winter Brewfest Hiver. Et c'est triste. Ce n'est pas la fin du monde, j'en conviens. Les gens du Festibière de Gatineau ne viendront pas à Ottawa en février pour fermer notre hôpital ou notre collège à Alfred. Ils viendront tenir leur festival en sol ottavien pour une première fois et je leur souhaite sincèrement un franc succès.

«Choisis tes batailles, Denis», me disait mon père. Et je n'irai pas au front avec celle-ci, croyez-moi. Je n'en perdrai pas de sommeil non plus. Dans l'échelle des batailles à choisir, celle-ci est de la p'tite bière... Je tenais simplement à souligner cet impair. Cet impair plutôt insultant envers les Franco-Ontariens d'Ottawa et de l'Est ontarien. Surtout venant d'une organisation gatinoise et francophone.

La citation du jour

Bon, je cesse de pleurer dans ma bière et on passe à autre chose...

La procureure générale de l'Ontario et ministre déléguée aux Affaires francophones, Madeleine Meilleur, a parfois le tour de dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas.

Mme Meilleur s'est rendue à Montréal pour rencontrer le pdg de Radio-Canada, Hubert Lacroix, afin d'obtenir des assurances quant au maintien des services de Radio-Canada pour les communautés francophones et minoritaires au pays.

Dans une entrevue à - justement - Radio-Canada, Mme Meilleur a déclaré: «Les Franco-Ontariens - je parle aussi au nom des autres francophones dans l'ouest du pays - ils veulent s'entendre, ils veulent se voir. La circulation dense du pont Champlain de Montréal, ça ne les intéresse pas.»

Compris, là?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer