La résolution brisée

Les hiverneux aiment l'hiver et attendent la neige... (Archives)

Agrandir

Les hiverneux aiment l'hiver et attendent la neige dès octobre.

Archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La résolution pour la nouvelle année est prise, Manon.

- Ah bon. Alors quelle résolution briseras-tu cette fois-ci, Denis?

- Mais...? Je n'ai jamais brisé une résolution de nouvelle année!

- Ah non? Alors à quelle heure comptes-tu aller t'exercer aujourd'hui?

- Quoi?

- Tes exercices. En janvier dernier, t'as pris la résolution que t'allais t'exercer quotidiennement en 2014. Et c'est drôle, mais tu sembles avoir le même poids aujourd'hui qu'il y a un an.

- Heu... en fait, j'ai engraissé d'à peu près cinq livres cette année. Donc je te l'accorde, Manon. Je n'ai pas fait autant d'exercice cette année que je l'aurais souhaité.

- Autant, dis-tu? Un strict minimum d'exercice t'aurait fait le plus grand bien.

- Pffff...

- Alors? Quelle est ta résolution pour 2015?

- Cette année, je me promets de ne pas dire ou écrire un seul mot contre l'hiver.

- (Rire). T'en seras incapable, Denis. C'est plus fort que toi. Le mercure chute de quelques degrés et tu sors de tes gonds. Il tombe quelques petits flocons de neige et tu deviens le king des bougons.

- T'exagères.

- Du tout. Mais avec la température exécrable des derniers jours, ce serait le temps de chialer. Tu devrais en profiter pendant que ça passe! De la pluie verglaçante, plus de 15 centimètres de neige, d'autre pluie, puis le mercure qui chute tout près des moins 30 degrés. Allez Denis! Défoule-toi! Crache le moton!

- Non. Je tiens à ma résolution.

- Mais c'est le temps, là. Tout le monde est en maudit contre l'hiver ces jours-ci.

- Exactement, Manon. Tout le monde déteste l'hiver depuis quelques jours. Donc pourquoi chialer moi aussi? Pourquoi faire comme les autres? J'ai même un ami mordu du ski de fond et amoureux de l'hiver qui s'est défoulé contre cette satanée saison sur Facebook, hier. Alors quel plaisir retirerais-je de faire comme les autres?

- Mais pour une fois que tout le monde sera d'accord avec toi, Denis, vas-y. Paie-toi une traite.

- Tu ne comprends pas, Manon.

- Alors explique-moi.

- Le plaisir de bougonner contre l'hiver, c'est d'entendre et de lire la réaction des hiverneux à ce que j'ai écrit.

- La réaction des quoi?

- Des hiverneux. Ces gens qui aiment l'hiver. Ceux qui attendent la neige dès octobre et qui couchent avec leurs skis. Ceux qui vont patiner sur le canal et qui aiment ça. Ceux qui mangent des queues de castor. Ceux qui se font prendre en photo avec les Glamottes du Bal de neige et qui trouvent ça drôle. Les hiverneux, quoi.

- Tu devrais peut-être les imiter de temps en temps, Denis.

- Ouais... c'est vrai que ce n'est pas méchant, une queue de castor.

- Je parlais d'aller faire du ski et d'aller patiner.

- T'es malade, Manon. Et donner raison aux hiverneux? Jamais!

- Pourtant, si t'allais patiner sur le canal, ou encore sur le ruisseau de la Brasserie, tu réglerais deux résolutions en même temps. Un, tu ferais de l'exercice. Voilà pour ta résolution 2014. Et deux, tu t'amuserais à patiner, tu n'aurais donc aucune raison de chialer contre l'hiver. Voilà pour la résolution 2015.

- Je vais m'en tenir à celle de 2015, Manon. Donc pas un mot contre l'hiver de ma part cette année. Bouche cousue. C'est promis.

- Bonne chance avec ça, ma Glamotte. As-tu cinq minutes?

- Oui. Pourquoi?

- Alfie (notre chien) a besoin d'aller marcher. Je n'y suis pas allée plus tôt, il fait trop froid.

- Ah bon. Il fait trop froid pour toi, mais il ne fait pas trop froid pour moi? Bordel, il fait tellement froid dehors que je pense que je vais bientôt...

- Deniiis... Ta résolutiooon...

- (Toussote). J'allais dire: je pense que je vais bientôt aller faire marcher le chien.

- À tantôt, mon hiverneux manqué.»

(Retour de la marche).

- Puis, Denis...? Fait-il assez froid à ton goût?

- [...].

- Denis. Ça va?

- Grrr...

- Alfie a apprécié sa marche? L'as-tu fait courir dans la neige?

- Grrrr...

- Mais cesse de grogner et dis quelque chose.

- MAUDIT HIVER À MARDE!!! On déménage en Floride dès demain matin! Je te le dis Manon, il fait tellement froid que j'ai vu deux ados relever leurs culottes! Ça dit tout! Dans quelle sorte de maudit pays de fous vit-on!? C'est pas normal, des températures comme celle-là! C'est inhumain!! Je dirais même criminel!!! À mort, l'hiver! Combien de mois encore avant le printemps? Trois? Douze? Cent cinquante!? Il ne reviendra pas!? C'est ça!?

- Tu as déjà brisé ta résolution, Denis.

- Quoi Manon? Je ne t'entends pas, parle plus fort! Je suis en train de me réchauffer la tête dans le congélateur!

- Misère que l'hiver sera long...».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer