Les grandes citations de l'année

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une autre année se termine. En ces derniers jours de 2014, voici 12 citations retenues parmi les 35 entrevues réalisées cette année dans le cadre des «Grandes entrevues du samedi». Bonne (re)lecture.

1er février

«Dans ma carrière, il y a eu deux tapis rouges sur lesquels j'étais très nerveux de marcher. Le tapis rouge du Canadien et le tapis rouge du Sénat. Ici, au Sénat, je me demandais bien ce qui allait m'arriver. J'étais timide, j'avais peu d'éducation et c'était difficile; certains journalistes disaient que je n'avais rien à faire ici.»

- Le Sénateur et le dernier entraîneur-chef du Canadien de Montréal à avoir gagné une coupe Stanley (1993), Jacques Demers, sur son arrivée à la Chambre rouge il y a cinq ans

8 février

«J'avais 16 ans quand John Lennon a été assassiné. Et je voyais un retour des Beatles un jour, avec moi à la place de John. C'était mon rêve ultime.»

- L'imitateur d'Elvis depuis une quinzaine d'années et créateur du spectacle Elvis Experience,

Martin Fontaine

15 février

«J'étais très nerveux après la répétition. Puis Johnny Carson est venu me voir dans ma loge, cigarette entre les doigts, et il m'a dit de ne pas m'en faire. Et il a ajouté: 'Just go out there and have fun'. Je me suis toujours rappelé de ces mots. C'est tellement vrai. Donc just go out there and have fun. Arrange-toi pour avoir du fun.»

- L'imitateur et humoriste André-Philippe Gagnon, sur son premier passage à l'émission The Tonight Show avec l'animateur légendaire Johnny Carson

1er mars

«Ce n'était vraiment pas ma crowd. Mais je suis allé là parce que la plupart de mes amis de l'élémentaire avaient choisi cette école-là. Donc j'ai suivi la gang. Mais ce n'était vraiment pas mon bag comme endroit.»

- Le défenseur des Sénateurs d'Ottawa, Marc Méthot, sur ses deux années d'études à l'école secondaire De La Salle, à Ottawa, une institution reconnue pour son Centre d'excellence artistique

29 mars

«Je me réveillais la nuit de deux à trois fois par semaine. Je tremblais pendant une heure ou deux, et ensuite je vomissais. C'était mon quotidien jusqu'au secondaire V.»

- Le comédien Jasmin Roy, sur ses années d'enfance durant lesquelles il a été victime d'harcèlement, d'intimidation et de violence en raison de son homosexualité

5 avril

«J'aurai bientôt 77 ans, j'ai moins de temps devant moi que derrière moi et je n'ai pas de temps à perdre avec ces commentaires parfois méchants. Michel Louvain est peut-être quétaine, mais il remplit ses salles depuis plus de 56 ans.»

- Le chanteur de charme Michel Louvain, sur les critiques qui qualifient sa musique et son style de quétaines

19 AVRIL

«J'étais ce que les médias appelaient péjorativement un Boubou Macoute. Et dans ce poste, j'ai vu des fraudeurs de l'aide sociale, et j'ai vu des gens qui en avaient réellement besoin.»

- Le député libéral de Chapleau, Marc Carrière, sur ses années comme vérificateur au ministère de l'Emploi du Québec

31 mai

«Chaque fois que tu sautais sur la glace, tu mettais ta vie en danger. Les seuls joueurs qui avaient du succès, ce sont ceux qui n'avaient pas peur de mourir. Va dire aux joueurs qui ont joué durant ces années-là que le hockey est plus violent aujourd'hui qu'à leur époque, et ils riront de toi. C'était complètement débile dans ce temps-là.»

- L'ancien joueur vedette des 67's d'Ottawa repêché par les Kings de Los Angeles en 1981, l'Ottavien Doug Smith, sur la violence à cette époque dans la Ligue nationale de hockey

7 juin

«Quand j'ai eu la médaille au cou, je ne voulais pas la lâcher. C'est quelque chose dont j'avais tant rêvé. Tous les efforts que t'as donnés pour en arriver là, toutes les sueurs, tous les jours que ça n'allait pas aussi bien, tout ton parcours... tout ça se retrouve dans cette médaille. Et c'est ce qui est incroyable.»

- La médaillée d'argent en ski acrobatique aux Jeux olympiques d'hiver de février dernier, Chloé Dufour-Lapointe, sur ce que représente sa médaille olympienne

13 septembre

«C'est un cadeau inestimable et je me sens privilégiée d'avoir ce lien avec les gens. (...) Oui, je me fais regarder (sur la rue) plus que les autres, c'est sûr. Mais je me fais dire 'bonjour' plus que les autres. Je me fais sourire plus que les autres. Et les journées que ça ne va pas aussi bien, si tu reçois 35 sourires dans ta journée ça fait du bien.»

- La comédienne et vedette de l'émission Unité 9, Guylaine Tremblay, sur le fait d'avoir été choisie «personnalité féminine de l'année» par le public à sept reprises

4 octobre

«Quand je suis découragée et que les projets n'avancent pas assez vite, je me mets en image sur ma Harley et je me dis que ça va décoller! J'aime bien faire de la moto, c'est la liberté.»

- La rectrice de l'Université Saint-Paul à Ottawa, Chantal Beauvais, sur la photo d'une moto Harley-Davidson qui décore un mur de son bureau

22 novembre

«Être maire, c'est aider les gens. Être maire, c'est servir. Jésus, quand il était sur la Terre, Il lavait les pieds de ses apôtres. Moi, je lave les pieds de mes gens.»

- Le maire de Casselman, Conrad Lamadeleine, sur son rôle de maire

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer