Une curieuse décision

Paul MacLean.... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

Paul MacLean.

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Je l'aimais bien, moi, Paul MacLean.

Pour ceux qui ne le connaissent pas, c'est l'entraîneur-chef des Sénateurs d'Ottawa. Ou était, devrais-je dire. Parce qu'on apprenait hier en début d'après-midi qu'il a été congédié, remercié de ses services, mis à la porte, out et au suivant!

Tout de même curieux. Son équipe venait de battre la veille les Canucks de Vancouver, une équipe tout de même pas piquée des vers. Qu'a-t-il bien pu se produire pour qu'il mérite un tel sort si soudainement?

Vrai, les Sénateurs ne jouent pas du très bon hockey depuis un certain temps. Après un début de saison électrisant, ils se sont refroidis et, depuis environ un mois, ils accumulent les défaites deux fois plus vite que les victoires.

Mais les choses semblaient se replacer. Il semblait y avoir une lueur d'espoir au bout du tunnel. Mais remarquez que c'est peut-être mon optimisme irrationnel vis-à-vis de «mes» Sénateurs qui me faisait voir une lueur au bout du tunnel.

Mais était-ce vraiment la faute du coach si les choses allaient si mal depuis un certain temps? MacLean était-il devenu si différent qu'en 2013 lorsqu'il a remporté le trophée Jack-Adams comme meilleur entraîneur de la Ligue nationale de hockey?

MacLean devait composer avec les joueurs à sa disposition. Et ce qu'il avait entre les mains cette année n'est pas une très grande «cuvée». À part le défenseur Erik Karlsson, il n'y a pas de grandes vedettes au sein des Sénateurs.

Comme je répondais en septembre quand on me demandait si, selon moi, les Sens allaient se qualifier pour les séries au printemps:

«Ce n'est pas avec Kyle Turris comme centre numéro un qu'on fera les séries».

Les Sénateurs sont jeunes. Très jeunes. En reconstruction, comme on dit dans le jargon du hockey. La patience était de mise cette année. Tout le monde qui connaît moindrement le hockey savait bien que l'équipe d'Ottawa n'allait pas représenter une grande menace cette saison.

Dans deux ou trois années, oui. Ils devraient former une équipe qui se classe parmi l'élite de la ligue. Mais pas cette année. Pas avec ce «jardin d'enfants».

À mon avis, il n'y a pas un entraîneur dans cette ligue qui aurait pu faire mieux que ce que MacLean accomplissait avec ce club.

Comme a écrit un de mes amis facebookiens: «il ne pouvait pas faire un filet mignon avec du steak haché».

Mais bon. Quand les choses ne tournent pas rond, c'est toujours le coach qui écope. C'est bête, mais c'est comme ça la loi du sport.

Votre plus beau Noël

Et parlant de Noël...

Ce sera le grand jour dans un peu plus de deux semaines. Mais mon Noël est un peu venu samedi dernier quand j'ai fait un plein d'essence pour moins de 50$. Qui aurait cru que le prix du litre d'essence chuterait si rapidement? À la station-service tout près de chez moi, à Vanier, le litre se vendait à 97,4 cents, samedi et dimanche.

La dernière fois qu'il se vendait à ce prix, je n'avais jamais entendu parler d'Oussama ben Laden, de Barack Obama et d'Erik Karlsson.

Donc ce sera bientôt Noël, disais-je. Et n'ayez crainte, il ne sera pas vert si Environnement Canada voit juste. Parce que selon les météorologues, ce sont 25 centimètres de neige qui nous tomberont dessus ce soir et demain. Joie...

Je vais au moins pouvoir étrenner mon nouveau balai à neige. C'est à peu près le seul point positif à retirer d'une tempête de neige. On prend nos petites joies là où on peut.

Donc Noël. Vous souvenez-vous de votre plus beau Noël? Avez-vous un Noël à me raconter, c'est-à-dire un Noël pas comme les autres? Ou peut-être que celui qui approche sera votre Noël le plus mémorable? Si oui, pourquoi?

Écrivez-moi. Et je choisirai une des histoires reçues pour mon reportage de Noël qui sera publié dans le temps des Fêtes. (On serait bien mal vu si on le publiait la fin de semaine de Pâques...).

Donc à vos claviers, voici mon adresse courriel: dgratton@ledroit.com.

Je communiquerai avec la personne dont le courriel sera choisi afin de fixer un rendez-vous pour qu'on puisse jaser ensemble de ce Noël hors de l'ordinaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer