Le magnifique affreux miroir

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Je suis de cette génération qui est un peu craintive à l'idée de magasiner en ligne.

Je généralise, je sais. Plusieurs de ma génération et des générations précédentes ont vite adopté cette méthode de magasinage. D'ailleurs, selon un récent sondage, un tiers des Canadiens feront cette année leurs emplettes de Noël via le magnifique monde d'Internet. C'est beaucoup.

J'ai déjà transigé en ligne, je ne suis pas totalement nul devant cette nouvelle façon de faire. Mes deux derniers voyages ont été achetés en ligne. Mes factures mensuelles, je les paye en ligne. Mais j'avoue que j'ai toujours un petit doute dans mon esprit chaque fois que je fais le «clic» final qui confirme une transaction.

Et la semaine dernière, ce «petit doute» m'a donné raison...

L'arnaque

Ma blonde a trouvé un affreux miroir dans une boutique de bric-à-brac d'Ottawa. Je dis «affreux», mais elle le trouvait magnifique. Et je dois admettre qu'elle a un oeil pour la chose puisqu'une recherche sur le web nous a appris que ce miroir vaut une jolie somme d'argent. Bon, rien à se lancer sur les murs, entendons-nous. Mais tout de même un profit intéressant à réaliser puisque l'«affreux» miroir est en fait une pièce de collection plutôt convoitée par les collectionneurs de miroirs et, je suppose, les membres des «êtres narcissiques anonymes».

Et ne trouvant aucun mur de notre nid pour accrocher ce «magnifiquement affreux» miroir, nous avons décidé de le vendre via le site Kijiji Ottawa. Et les offres n'ont pas tardé. Le hic, c'est que tous ces collectionneurs ne voulaient pas payer le prix qu'on demandait, affirmant que c'est le prix qu'eux-mêmes demanderaient s'ils le revendaient. Ils n'avaient donc pas de profits à faire avec nous. Et tant pis pour eux.

Puis une dame a finalement accepté de payer le prix affiché.

«Quelle est l'adresse courriel pour votre compte PayPal?», nous a-t-elle demandé.

Et nous de lui répondre: «nous n'avons pas de compte PayPal». Habitez-vous Ottawa ou la région? Si oui, vous pourriez passer le chercher ou nous pourrions vous le livrer.

- Non, a-t-elle répondu. Je transige uniquement par PayPal. Vous pouvez vous créer un compte, c'est très facile. Revenez-moi si vous le faites.»

Hmmm... La dame magasine sur Kijiji Ottawa et elle ne se trouverait pas dans la région? Bizarre. Mais bon, ouvrons-nous un compte PayPal. C'est hautement «sécuritaire» m'ont dit des usagers réguliers de ce système. Et en moins de 15 minutes, c'était fait. Nous avons donc réécrit à la dame pour lui donner l'adresse courriel de notre compte PayPal.

«Parfait, merci, a-t-elle répondu. Je vous réécris dès que j'effectue le paiement.»

Le lendemain matin, j'ai reçu un courriel de PayPal m'avisant qu'un paiement avait été fait pour l'achat du miroir, et que l'acheteur avait ajouté une somme pour régler les frais de livraison. Mais qu'avant que PayPal débloque et verse l'argent de notre vente dans notre compte, je devais d'abord me rendre à un comptoir de la compagnie Moneygram pour rembourser à l'acheteuse les frais de livraison qu'elle avait auparavant payés.

Je ne comprenais plus rien. Pourquoi cette dame a-t-elle prépayé des frais de livraison? Comment sait-elle que la livraison coûtera ce prix alors qu'elle ne connaît pas le poids du miroir, ni même le lieu de notre résidence?

Ma blonde et moi avons donc réécrit à cette dernière, lui donnant notre numéro de téléphone et lui demandant de nous appeler pour nous expliquer clairement la méthode à suivre pour que l'échange se fasse sans problème. Mais rien. Elle ne nous a jamais appelés. Elle a plutôt attendu trois jours avant de répondre par courriel pour nous réexpliquer la façon de procéder.

Elle ne voulait évidemment pas nous parler ni divulguer ses coordonnées. Elle ne voulait pas transiger en personne. On ignorait toujours son lieu de résidence. Et tout bêtement, nous étions censés aller payer la somme (assez importante) pour la livraison?

Nous avons appelé PayPal pour demander à un agent de nous expliquer ce courriel qui semblait provenir de cette compagnie. Après avoir raconté notre histoire, cet agent nous a dit que ce courriel ne provenait pas d'eux, que PayPal ne procède jamais de cette façon, que nous avions affaires à un fraudeur et que ce genre d'arnaque était typique de ces «voleurs virtuels».

«Transférez-nous les courriels de cette dame, nous a demandé l'agent de PayPal au bout du fil. Nous enquêtons pour mettre fin à cette pratique et votre collaboration sera grandement appréciée.» Ce que j'ai fait.

Et si nous avions mordu à l'hameçon? Et si nous nous étions rendus à un comptoir de Moneygram pour verser de l'argent à Dieu sait qui? Que ce serait-il produit?

Eh bien nous aurions perdu la somme des supposés frais de livraison. Nous aurions aussi perdu «l'affreux» miroir. Et nous n'aurions évidemment pas touché un sou noir, PayPal n'étant même pas dans le coup. En fait, aucun paiement n'avait été effectué dans notre compte PayPal. C'était de la bullshit de «A à Z» de cette supposée acheteuse.

Nous conserverons ce miroir maintenant qu'il a une histoire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer