Pat, Maurice et vous

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Je vous ai demandé dans ma chronique d'hier de suggérer un lieu, une rue ou un édifice dans la région qui pourrait être nommé ou renommé pour honorer la mémoire de l'ancien entraîneur des Olympiques de Hull et de la Ligue nationale de hockey (LNH), le regretté Pat Burns.

J'ai reçu une douzaine de suggestions et de commentaires, et en voici quatre. En fait, j'ai choisi le courriel d'un lecteur qui se dit en faveur d'honorer Pat Burns et qui suggère un endroit qui pourrait porter son nom. Un autre qui se dit contre la désignation de quoi que ce soit en mémoire de l'ancien coach. Un autre qui remet en question le nom de Maurice Richard pour l'autoroute 50. Et enfin un autre lecteur qui réplique à ce dernier.

Donc allons-y. Salomon:

«Bonjour M. Gratton,

«Je me présente, Éric Vézina, bénévole au sein de l'Association de hockey mineur de Hull (AHMH) et président entre 2010 et 2012. Lors d'une présentation de la Ville de Gatineau pendant ma présidence (...) on prévoyait un nouvel aréna dans le secteur ouest (Plateau) et il était inscrit: 'si nécessaire' un complexe multiglaces.

«(...)D'ici à ce que cette décision soit prise, nous aurons besoin d'un complexe multiglaces. Je ne veux pas embarquer dans la discussion du besoin d'un nouvel aréna, c'est un fait. Après avoir visité nos arénas, pas besoin d'une étude pour savoir que nous avons un urgent besoin d'une mise à jour.

«Ce que je propose, c'est que ce nouveau complexe multiglaces, dans le secteur ouest, soit nommé en la mémoire de Pat Burns. Nous aurions ainsi un Complexe Branchaud-Brière et un Complexe Pat-Burns.»

Éric Vézina, entraîneur-chef des Olympiques de Hull, bantam CC

«Salut Denis,

«Pat Burns a été nommé au Saint-Temple de la renommée et c'est bien ainsi. C'est aussi suffisant comme ça. Nul besoin de chercher encore. Des gens dévoués et compétents dans leur domaine respectif qui sont décédés après un combat contre la maladie, il y en a et il y en aura des tonnes. Pourquoi Pat Burns, plus que ceux-là, devrait être immortalisé en prêtant son nom à n'importe quoi? Quand il y a une évidence directe, ça va. Mais de chercher juste pour chercher tombe dans le superflu, l'inutile.»

Guy P., Gatineau

«Salut Denis,

«Selon moi, l'autoroute Pat-Burns et non l'autoroute Maurice-Richard (pour l'autoroute 50). La 50, c'est le trajet Gatineau-Montréal et c'est ça qu'a fait Pat Burns. Il est parti de Gatineau (Olympiques de Hull) pour se rendre à Montréal (Canadiens de Montréal).

«Est-ce que Maurice Richard aurait déjà emprunté la 50? Est-il déjà venu à Gatineau?»

Stéphane B., Pontiac

Est-ce que le Rocket a déjà emprunté la 50 et est-il déjà venu à Gatineau?, demande Stéphane.

Pour votre première question, Stéphane, la réponse est non, Maurice Richard n'a jamais emprunté la 50. Pour la simple et unique raison qu'elle n'était pas complétée quand il était toujours de ce monde.

Pour votre deuxième question à savoir si le Rocket a déjà mis les pieds à Gatineau, voici la réponse d'un lecteur:

«Maurice Richard est venu jouer à Hull avec son frère Henri pour former un trio avec leur jeune frère, Pierre, qui jouait avec les petits Canadiens de la défunte ligue EPHL. Et aussi avec le Canadien à quelques reprises pour leurs matches préparatoires.»

Michel G., Hull

Alors voilà. Merci Michel G. Mais j'ignorais que Maurice Richard avait un frère cadet prénommé Pierre et que ce dernier jouait au hockey à Gatineau (ou à Hull) à l'époque. Je connais l'acteur français Pierre «Le Jouet» Richard. Mais pas Pierre Richard, jeune frère de Maurice.

Et sur le site Wikipedia (qui parfois se trompe, faut-il le souligner), on indique que le Rocket avec trois soeurs et quatre frères prénommés Henri, Claude, René et Jacques. Mais pas de Pierre.

Faut-il conclure que le père de Maurice Richard, Onésime, avait un fils illégitime qui habitait Hull? Et que le Rocket et son frère Henri «le Pocket Rocket» en étaient au courant?

Scandale!

Blagues à part, je me permets une autre suggestion en terminant sur un endroit où l'on pourrait honorer Pat Burns.

L'aréna Robert-Gertin se trouve au 125 de la rue Carillon. Le futur centre multifonctionnel qui portera sans doute le nom d'une compagnie sera donc situé à cette adresse. Et si on changeait le nom de la rue Carillon, qui ne veut pas dire grand-chose à mon avis, pour la rue Pat-Burns? Ainsi, en se rendant voir un match des Olympiques de Gatineau (ou un autre spectacle), tout le monde emprunterait la rue Pat-Burns.

C'est ma suggestion.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer