Mais quoi donc?

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

J'aime bien aller jeter un coup d'oeil sur la question du jour que l'on pose quotidiennement sur notre site web (www.ledroit.com). Ça donne habituellement une bonne idée du pouls de la population de la région d'Ottawa-Gatineau et des environs. Un bon son de cloche.

Par exemple, si on se fie à ce sondage quotidien et non-scientifique, 73% des gens de la région ont déjà fait installer leurs pneus d'hiver. Je suis donc un retardataire.

À la question de vendredi dernier à savoir si les gens de la région de la capitale nationale sont satisfaits du travail de leur député fédéral, 64% des 564 répondants ont répondu: non.

Mais curieusement, lorsqu'on a demandé aux gens de l'Outaouais s'ils souhaitaient un retour de l'ancien maire de Gatineau, Yves Ducharme, à titre de député fédéral de Hull-Aylmer, plus de la moitié des 521 répondants (56%) ont répondu: non.

Donc on ne serait pas satisfait, en général, du travail de la députée fédérale de Hull-Aylmer, Nycole Turmel, mais on ne voudrait pas la remplacer. En tout cas, pas par Yves Ducharme.

Le résultat à la question posée le 12 novembre m'a surpris. À savoir s'il est préférable d'investir dans le pavage à Gatineau plutôt que dans les bibliothèques, 78% des 630 personnes qui ont répondu préfèrent que l'argent soit investi dans le pavage. C'est la conseillère Josée Lacasse qui sera contente de lire ça...

Voici d'autres conclusions à tirer de ces sondages quotidiens:

89% des gens ne fréquentent pas les casinos de la région;

74% des gens n'ont pas ouvert leur porte aux enfants à l'Halloween (bande de cheap);

84% des gens affirment que la loi canadienne sur le bilinguisme ne fonctionne pas;

54% des 937 répondants ne sont pas satisfaits du travail de Maxime Pedneaud-Jobin après sa première année à la mairie de Gatineau. (On aurait dû suivre avec la question: «souhaiteriez-vous le retour de Marc Bureau à la mairie de Gatineau?»)...

Pat Burns

J'arrive à la question posée hier sur notre site:

«La Ville de Gatineau devrait-elle honorer la mémoire de Pat Burns en donnant son nom à un lieu de la région?».

À 14h, hier: 74% des 429 répondants avaient coché «oui», contre 27% pour le «non».

C'est donc clair. Pratiquement trois personnes sur quatre souhaitent que l'ex-policier de Gatineau et ancien entraîneur des Olympiques de Hull ne soit jamais oublié en Outaouais. Et je me compte parmi ce nombre.

Mais la question est: quoi? Quoi pourrait-on nommer en mémoire de Patrick «Pat» Burns?

La première réponse qui me vient en tête est le centre multifonctionnel qu'on construira (peut-être) un jour pour remplacer le vétuste aréna Robert-Guertin. Mais on sait tous que ce futur centre portera probablement le nom d'une compagnie qui voudra bien investir plusieurs dizaines de milliers de dollars pour que son nom soit bien en vue aux yeux des Gatinois.

Donc oublions malheureusement le nom de Pat Burns pour cet endroit.

Alors quoi? Le quartier général de la Police de Gatineau du boulevard Gréber, peut-être? Ce ne serait pas bête. Pat Burns a été policier de Gatineau pendant plusieurs années.

Mais vrai, il n'y aurait aucun lien avec le hockey, alors que c'est dans ce sport qu'il a fait sa marque. Si Pat Burns est si connu et si aimé à Gatineau, c'est d'abord et avant tout pour ses années passées derrière le banc des Olympiques, ainsi que pour sa carrière phénoménale comme entraîneur dans la Ligue nationale de hockey (LNH). (Une coupe Stanley avec les Devils du New Jersey et récipiendaire à trois reprises du trophée Jack Adams remis au meilleur coach de la LNH, et ce, avec trois équipes différentes. Il est l'unique entraîneur de l'histoire de la LNH à avoir réalisé un tel exploit).

On pourrait aussi nommer un aréna de la ville en son honneur. Mais on apprenait lundi que presque tous les arénas de Gatineau seront vétustes d'ici 15 ans. Et personnellement, je ne trouve pas que ce serait un grand honneur envers Pat Burns et sa famille de nommer en sa mémoire un aréna de ligues de garage qui ressemble plus à une grange qu'à un lieu sportif.

Nous sommes donc Gros-Jean comme devant. La grande majorité des Gatinois souhaite que la mémoire de Pat Burns soit honorée en donnant le nom de celui-ci à un lieu de la région. Mais rien sur le territoire de la ville semble être, à première vue, l'endroit idéal pour le faire.

Des suggestions, chers lecteurs? Une rue? Un parc? Un édifice? Un centre sportif? Une statue devant le futur centre multifonctionnel, ou ailleurs?

Je partagerai vos suggestions avec les autres lecteurs dans une prochaine chronique.

Triste coïncidence, il y a quatre ans aujourd'hui, jour pour jour, Pat Burns rendait l'âme après une longue et courageuse lutte contre le cancer.

Pour joindre notre chroniqueur: dgratton@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer