Feu vert de la famille du Rocket

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Je reviens brièvement sur la question de nommer l'autoroute 50 l'autoroute Maurice-Richard.

Je sais, chers lecteurs, je vous entends. J'en ai déjà trop parlé cette semaine. Mais ce qui suit est important. Et je vous promets que je ne vous en reparle plus... cette semaine.

Comme je l'ai déjà écrit, c'est l'ancienne Ville de Hull qui, en juin 2000, avait demandé au ministère des Transports du Québec de nommer la 50 en l'honneur du Rocket décédé quelques semaines auparavant. Et Hull avait alors obtenu la permission de la famille de Maurice Richard d'aller de l'avant avec son initiative. Mais lorsque la Ville de Hull a disparu dans la fusion des municipalités, ce dossier a été oublié.

L'ancien conseiller municipal de Hull, Claude Bonhomme, avait piloté ce dossier en 2000. Et M. Bonhomme et André Guibord, le président d'InnovaCom, ont récemment décidé de reprendre le flambeau et de redemander à Québec de nommer l'autoroute 50 au nom de Maurice Richard.

Mais il faut évidemment obtenir à nouveau la permission de la famille du Rocket. Et comme j'ai écrit dans ma chronique d'hier, «tout le récent débat entourant le nom du futur pont Champlain a laissé un goût amer chez les Richard. [...] Et chat échaudé craint l'eau froide». En d'autres mots, je ne croyais pas que cette famille allait accepter de replonger dans un autre débat, mais sur le nom d'une autoroute cette fois-ci plutôt que sur celui d'un pont.

Je me trompais. Voici ce que M. Bonhomme m'a écrit hier matin:

«Comme en l'an 2000 nous nous sommes assurés de parler à la famille Richard et comme en l'an 2000 c'est moi qui m'en suis chargé. J'ai ainsi parlé deux fois plutôt qu'une à Maurice Jr dans les dernières semaines. De plus contrairement à l'an 2000 nous lui avons promis de le tenir au courant en temps réel du déroulement des événements. Maurice Jr est autant en faveur qu'en l'an 2000, même après la courte saga du pont Champlain, quoiqu'il ne souhaite pas de controverse, et nous non plus. Nous serons d'ailleurs les premiers à tout arrêter si c'était le cas.»

Alors en voilà un grand pas de fait. La famille Richard est d'accord à ce que l'autoroute 50 soit nommée l'autoroute Maurice-Richard.

Mais comme Maurice Jr a indiqué, personne ne veut de débat sur cette question. Donc inutile de m'écrire ou de m'appeler pour me proposer d'autres noms pour cette autoroute, c'est l'autoroute Maurice-Richard ou rien. On est pour ou on est contre, point.

Et personnellement, je suis pour. Même si Maurice Richard n'a jamais vécu ou joué au hockey en Outaouais. Cet argument, selon moi - et vous m'excuserez le jeu de mots - ne tient pas la route.

L'admiration, le respect et la gratitude que lui vouent les Canadiens français et les Québécois de Montréal et de toutes les régions du Québec vont bien au-delà du lieu où il a chaussé les patins.

Une sortie éducative

Changement de sujet...

Le groupe «Radio-Canada, j'y tiens/CBC, I care!» a invité tous les citoyens de la région d'Ottawa-Gatineau à se rendre gratuitement à Montréal dimanche à bord d'un autocar nolisé pour l'occasion afin de participer à une manifestation pour la survie de Radio-Canada. À cette occasion, les coprésidents Louise Poirier et Clive Doucet seront parmi les orateurs invités.

J'ai rencontré l'ancienne conseillère de Gatineau, Louise Poirier, hier matin. (La grande entrevue de demain). Et en jasant de tout et de rien après l'entrevue, je lui ai demandé ce qu'elle avait pensé du débat sur l'asphalte versus les bibliothèques à la table du conseil de Gatineau.

Mme Poirier a d'abord levé les yeux au ciel en signe d'exaspération, puis en souriant elle a répondu:

«J'invite les élus de Gatineau à Montréal, ce dimanche. Ils pourront monter avec nous à bord de l'autobus. De cette façon, leur transport sera gratuit et ça ne coûtera pas un sou aux contribuables gatinois. Une fois rendu à Montréal, nous les laisserons à la grande bibliothèque (du Québec). Ils auront alors trois heures pour visiter l'endroit. Puis nous les reprendrons en retournant pour Gatineau. Comme ça, certains élus auront une meilleure idée de ce qu'est une bibliothèque du xxie siècle avant de dire n'importe quoi».

Plutôt drôle, comme commentaire. Et Mme Poirier blaguait. Mais c'est quand même une maudite bonne idée!

Je me demande si la conseillère Josée Lacasse est occupée dimanche...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer