Norm s'en mêle

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Vous souvenez-vous de l'ancien ministre libéral, Norm MacMillan? Oui, bien entendu. Comment pourrait-on oublier le «Gros Norm», 'stie.

Eh bien j'ai eu des nouvelles de lui, hier, à la suite de ma chronique sur la possibilité de renommer l'autoroute 50 du nom de Maurice-Richard.

Voici ce qu'il m'a écrit dans un courriel:

«Salut Denis,

«Je voudrais ajouter une note dans le dossier. Quand j'étais ministre délégué aux Transports, j'ai travaillé sur le dossier pour nommer la 50 l'autoroute Maurice-Richard. Nous étions en discussion avec la Commission de toponymie du Québec.

«Deux choses à faire: il faut premièrement obtenir la permission de la famille Richard. Et deuxièmement, il faut tenir des consultations avec le gouvernement, ainsi qu'avec les MRC de la région, notamment la MRC Papineau et la MRC Argenteuil. Voilà où nous en étions avant l'élection de 2012.

- Norm».

Puis le «Gros Norm» a pris sa retraite de la politique et le dossier, semble-t-il, dort sur une tablette depuis.

Tenir des consultations avec le gouvernement et les MRC concernées ne me semble pas un obstacle pour que l'autoroute 50 soit renommée en l'honneur du Rocket.

Par contre, obtenir la permission de la famille de Maurice Richard pourrait être une tout autre affaire. Oui, cette famille était d'accord avec cette désignation il y a 14 ans lorsque l'ancienne Ville de Hull avait demandé au ministère des Transports du Québec de renommer la 50.

Mais tout le récent débat entourant le nom du futur pont Champlain a laissé un goût amer chez les Richard. Cette famille voudra-t-elle se relancer dans un autre débat? Ça reste à voir.

Mais comme on dit: chat échaudé craint l'eau froide.

L'autoroute du gros Norm

Toujours sur le même sujet, voici des extraits d'un autre courriel reçu hier:

«Bonjour M. Gratton,

«Ce matin (hier), vous revenez avec l'autoroute 50 et Maurice Richard. J'ai été un fan de Maurice et j'ai eu le plaisir de le rencontrer à trois reprises. Mais l'autoroute 50 n'est pas l'autoroute de Montréal, mais l'autoroute de l'Outaouais. Et Maurice n'a jamais vécu ni joué ici. Vous comprenez, et comme vous le dites, il est le héros de tous les Québécois, tant dans les régions qu'à Montréal.

Y a-t-il ici en Outaouais un personnage qui mérite d'avoir son nom sur l'autoroute 50? J'ai suggéré à l'époque «l'autoroute Louis-Joseph-Papineau». Et vous, M. Gratton, quel serait votre choix si on s'en tenait à quelqu'un de chez nous?

- G. Martineau.»

Mais elle est facile, votre question, M. Martineau. On pourrait simplement l'appeler «l'autoroute du Gros Norm»!

Blague à part... non, je n'ai pas d'autres suggestions. Je me rallie aux gens qui souhaitent que l'autoroute 50 soit renommée en l'honneur de Maurice Richard et je m'en tiens à ça. Et si la majorité des gens de l'Outaouais, le gouvernement Couillard et/ou une MRC disent «non» à cette désignation, ainsi soit-il. Je n'en ferai pas un «S.O.S. Rocket».

Choisis tes batailles Denis, me disait mon père.

Noël de chien

Changement de sujet...

Votre chat est-il dans l'esprit des Fêtes? Pas encore? Votre chien alors?

Non plus?

C'est normal. Alfie, mon chien, et Bibi, ma chatte, sont pareils. Eux, c'est lorsqu'on installe et décore le sapin de Noël qu'ils commencent à avoir le coeur léger en rêvant au père Noël. Mais peut-être seront-ils dans l'esprit des Fêtes un peu plus tôt cette année si je les emmène à la SPCA de l'Outaouais ce week-end.

Mais non! Je ne veux pas les abandonner! C'est que samedi et dimanche, le père Noël lui-même sera à la SPCA de la rue Varennes à Gatineau pour se faire prendre en photo avec vous et votre animal préféré.

Je vais cependant attendre à samedi matin pour annoncer la nouvelle à Alfie et Bibi. Si je leur dis tout de suite, ils ne tiendront plus en place d'ici là. De vrais enfants, ces deux-là.

Ah puis en passant, si vous n'avez pas d'animal de compagnie, la SPCA se fera un plaisir de vous en prêter un pour la photo... sans blague.

«Viens Rex! Viens Rex! Mais non, mon vieux pitou, calme-toi, tu n'as pas été adopté. Tu vas simplement t'asseoir sur les genoux du gros barbu vêtu de rouge et tu vas sourire pour la photo. Après, on te ramène en cage. Dis cheese!».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer