Et si les zombies attaquent?

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'apocalypse zombie, vous connaissez? Il s'agit d'un scénario pire que tous les films halloweeniens réunis. En fait, le glas sonnerait pour la race humaine, rien de moins.

C'est ce que croit Matt Mogk, de Los Angeles, le fondateur de la Société de recherche sur les zombies, une organisation internationale qui compte plus de 300000 membres sur la planète.

Dans le dictionnaire, on définit le zombie comme un fantôme et un revenant dans la croyance populaire des Antilles. Mais ce n'est pas la définition du mot zombie de M. Mogk, qui livrait hier soir, à l'Université d'Ottawa, une conférence intitulée: Comment survivre à une attaque de zombies?

Celui-ci parle plutôt du zombie moderne. D'une nouvelle génération de zombies. Du zombie du xxiesiècle, quoi.

«Le zombie moderne, explique-t-il lors d'une entrevue qu'il nous a accordée, est un corps humain réanimé, habité par une agressivité incontrôlable causée par une infection biologique contagieuse. Si agressif devient-il que personne ne peut faire quoi que ce soit pour l'empêcher de tuer. Vous pourriez même lui dire que vous êtes armé et que vous le tuerez s'il vous touche, il vous mangera quand même.»

- On aurait donc affaire à une contagion beaucoup plus dangereuse que le virus Ebola?, lui ai-je demandé.

«Absolument. Un zombie moderne a beaucoup de choses en commun avec l'Ebola. Imaginez si les personnes atteintes du virus Ebola pouvaient soudainement se lever et, pris d'une rage incontrôlable comme des zombies, se mettre à attaquer leur entourage dans le seul et unique but de leur transmettre le virus. Mais on sait bien qu'il n'y a pas de zombies sur la Terre. On n'invente rien. On n'irait pas dire qu'il y a eu une attaque de zombies dans un centre commercial d'Ottawa. On saurait tous que ça ne s'est pas produit. Ce qu'on dit, par contre, c'est que ce n'est pas encore arrivé, mais ça pourrait. Donc ce qu'on fait à la Société de recherche sur les zombies, c'est d'essayer de comprendre comment un zombie moderne fonctionnerait. À quoi ressemblerait-il? Comment son cerveau fonctionnerait-il? Comment nous chasserait-il? Bref, on applique la vraie science à une menace théorique. On peut ainsi créer des modèles afin d'avoir une meilleure chance de survivre à une attaque de zombies.»

- Et comment pourrait-on survivre si jamais, au grand jamais, une telle attaque se concrétisait?

«La première chose qu'il faut savoir, de répondre M. Mogk, c'est qu'on ne peut pas devenir un zombie si on est seul, s'il n'y a personne autour de nous. C'est comme l'Ebola. Si personne dans votre entourage n'est atteint, vous ne le serez pas non plus. Il faut donc se tenir loin d'attroupements et avoir un plan. Et la question à se poser est celle-ci: est-ce que d'autres personnes auront le même plan que le vôtre? Si oui, vous serez foutus. Si, par exemple, votre plan est de vous réfugier dans un Walmart, là où vous ne serez pas à court de provisions, vous savez bien que d'autres personnes penseront à faire la même chose. Donc n'y allez pas. Ces magasins sont toujours bondés de clients en temps normal. Imaginez maintenant si tous ces gens voudraient vous manger, et ainsi vous infecter du virus qui vous rendrait zombie à votre tour.

- Donc on fait quoi, M. Mogk? On se sauve en forêt? On prend le prochain bateau pour l'Antarctique pour aller vivre avec les pingouins?

«Vous réfugier en forêt est une bonne idée, mais seulement si vous pensez que vous pourrez survivre en forêt. Personnellement, j'en serais incapable. Il faut donc avoir un plan concret et un endroit pour se réfugier où vous pourrez survivre à moyen et à long terme avec un petit groupe de gens qui se protègent entre eux, un peu comme dans l'émission de télé The Walking Dead. En d'autres mots, ne choisissez pas d'aller dans un camp de réfugiés.

- Vous comprendrez, M. Mogk, que plusieurs personnes ne croient pas aux zombies. Ni aux zombies modernes. Et qu'une attaque de zombies se situe très, très loin dans leur liste de préoccupations.

«Je sais. Mais il y a une possibilité très réelle qu'un jour, il y aura une attaque de zombies sur la Terre. Le fait qu'une maladie contagieuse qui transforme les gens en des maniaques dangereux qui s'attaquent entre eux pour propager le virus est fort possible. C'est très réaliste.»

Matt Mogk est tellement convaincu de ce qu'il avance qu'il possède même sa trousse de survie en cas d'attaque de zombies. Devrait-on l'imiter?

Oui, répond-il. Ce serait, selon lui, la chose la plus pratique à avoir dans sa maison. Il explique:

«J'habite Los Angeles. Et on sait tous qu'un tremblement de terre majeur là-bas est imminent. C'est une question de temps. Mais je n'ai pas de trousse de survie en cas de tremblement de terre, même si le gouvernement nous recommande fortement d'en avoir une. J'ai cependant une trousse de survie contre une attaque de zombies. Et si t'es prêt pour une attaque de zombies, t'es pas mal prêt pour n'importe quoi. Tu seras prêt pour n'importe quelle catastrophe naturelle. Donc cette trousse de survie est une chose très pratique d'avoir chez soi.»

Je me demande si on en vend chez Walmart...

Joyeuse Halloween tout le monde.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer