Connor «Le Sénateur» McDavid

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le collègue chef des sports, Marc Brassard, y est allé de ses prédictions pour la division Atlantique de la Ligue nationale de hockey (LNH) dans sa chronique d'hier. Et en parlant des Sénateurs d'Ottawa - « mes » Sénateurs - il a écrit ceci :

« Je les vois lutter pour le quatrième rang avec Détroit et Toronto, derrière Tampa Bay, Boston et Montréal. Mais en bout de ligne, ils ratent les séries ».

Foutaise, mon cher Brassard. Mes Sénateurs, selon moi, termineront la saison régulière en tête de la division Atlantique, devant Boston, Tampa Bay, Détroit, Montréal, Buffalo, Toronto et la Floride respectivement. Et les Glorieux rateront les séries éliminatoires.

Je rêve, je sais. C'est l'éternel optimiste en moi qui vient d'écrire le paragraphe précédent. En fait - et je déteste l'écrire - je crois que les Sénateurs termineront loin dans la cave de la LNH cette saison. Ils n'ont simplement pas les soldats pour aller à la guerre, aussi vaillants soient-ils. Mais ils sont jeunes. Et ils ne peuvent que s'améliorer. La patience sera donc de mise à Ottawa cette année. Encore une fois... (Melnyk ! Wake up !)

Et je peux toujours compter sur le collègue Sylvain St-Laurent pour me conseiller quand vient le temps de contrer les attaques mesquines à mon égard de la part des partisans du CH dans la salle des nouvelles. Et ils sont nombreux.

L'autre jour, j'ai dit à Sylvain que je craignais une saison misérable pour mes « p'tits gars » cette année. Et notre journaliste qui « couvre » les Sens de me répondre : « Écoute Denis. Quand les Mathieu, Jonathan et compagnie te provoqueront cette année, t'auras juste à répliquer par un nom : Connor McDavid. »

Qui est Connor McDavid, se demandent certains ?

Ce jeune joueur de 17 ans des Otters d'Érié, de la Ligue de hockey junior de l'Ontario, est un jeune prodigue. Le prochain Sidney Crosby, dit-on. Et il sera admissible au repêchage de la LNH le printemps prochain. Donc si les Sénateurs terminent dans les bas-fonds du classement général, ils auront d'excellentes chances de mettre la main sur cette vedette en herbe.

Pour vous donner une idée du talent de ce Connor McDavid, disons qu'il a accumulé 28 buts et 71 passes la saison dernière en... 56 matches. Donc 99 points en 56 parties ! Phénoménal.

L'année précédente, alors qu'il était âgé de 15 ans (!), il a marqué 66 points en 63 parties. Et cette année, après quatre matches des Otters, le joueur de centre présente une fiche de cinq buts et sept passes. Donc une moyenne de trois points par match...

Quoi ? Que me dis-tu Mathieu ? Que mes Sénateurs ont l'air d'une bande de pee wee C de Rapides-des-Joachims ?

Ah oui ! ? Alors... Connor McDavid !!

Tiens, toé.

Sur la tête ? Vraiment ?

Je regarde le hockey depuis plus de 50 ans. Mais jamais en cinq décennies ai-je souhaité regarder la première mise au jeu de la saison vue des yeux de l'arbitre qui procède à cette mise au jeu.

Avez-vous regardé la partie de mercredi soir entre le Canadien de Montréal et les Maple Leafs de Toronto ? On avait installé une caméra sur le casque de l'arbitre en chef pour permettre aux téléspectateurs de regarder cette mise au jeu vue du ciel. Oui, une caméra sur la tête de l'arbitre.

Le gars avait l'air d'un véritable zouf avec cet appareil sur la caboche. En fait, il semblait porter un casque de... (toussote)... sénateur. Et le pauvre était selon toute évidence bien mal à l'aise de jouer le jeu des télédiffuseurs, voire de TVA Sports. Je le serais pour moins...

La scène - c'est-à-dire la mise au jeu vue de la caméra sur la crinière du zébré - a duré approximativement trois secondes. On aurait pu s'en passer. À classer dans la catégorie : perte d'argent.

Et en passant, j'ai écrit un peu plus haut le nom : TVA Sports. C'est une première dans cette chronique, donc une première dans l'histoire de TVA Sports...

Les mal aimés

Que mes Sénateurs connaissent une saison misérable ne fera pas de peine à la grande majorité des amateurs de hockey canadiens.

Selon un sondage de la firme Forum Research, les Sens sont le club qui compte le moins de partisans au Canada alors que seulement 3 % des 605 répondants ont indiqué leur appui à cette équipe. C'est « un peu » moins que les 23 % qui appuient le club le plus populaire au pays : le Canadien de Montréal.

Donc peu de gens pleureront sur notre sort cette année. Et c'est bien ainsi.

Comme ça, si par hasard (pour ne pas dire par miracle) les Sénateurs se qualifient pour les séries, nous serons 3 % des Canadiens à fièrement faire un pied-de-nez collectif aux CH lovers. Et si le contraire se produit et que les Sens sont écartés des séries dès décembre, souvenez-vous, chers amis partisans d'Ottawa.

En un mot : Connor McDavid.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer