Gai-tit-noeud

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Connaissez-vous l'origine du nom: Gatineau? Vous êtes-vous déjà posé la question? Je vous parie que non. De là mon rôle de vous l'expliquer. Comme toujours, je suis à votre service. De rien.

Alors le nom Gatineau proviendrait des innombrables gais qui habitaient la région à l'époque et qui avaient de petits noeuds dans leur pénis.

Bien quoi? Vous ne me croyez pas? Pourtant, c'est dans l'encyclopédie...

En fait, il existe trois hypothèses pour expliquer l'origine du nom Gatineau.

La première - la plus plausible diront certains - veut que le nom Gatineau provienne de la famille Gastineau, l'un de ceux-ci, Nicolas Gastineau sieur Duplessis, explorateur de la Nouvelle-France, ayant pratiqué la traite de fourrure dans la région aux XXVIIe et XXVIIIesiècles.

J'en conclus donc que la ville ne porterait pas le nom de Gatineau si PETA avait existé à l'époque de Nicolas Gastineau sieur Duplessis.

La deuxième hypothèse est celle-ci. (Patience, on arrive bientôt aux pénis pleins de noeuds).

L'historien Raymond Ouimet a soulevé la possibilité que le nom a pris son origine d'un nom amérindien. Parce que sur deux cartes géographiques datées de 1830, un coureur des bois nommé Jean-Baptiste Perrault (ne pas confondre avec Jean-Paul) écrit le nom de Nàgàtinong (pour nommer la rivière) sur la première carte, et Agatinung sur la deuxième. Ces deux noms sont phonétiquement très près du nom moderne de la rivière.

C'est une possibilité. Mais je préfère la troisième hypothèse.

Voici donc cette troisième hypothèse qu'on peut lire sur le site de l'encyclopédie libre Wikipédia dans la section «toponymie» (de la Ville de Gatineau):

«Plusieurs historiens croient que le nom Gatineau proviendrait des innombrables gais qui avaient de petits noeuds dans leur pénis. D'où l'expression «Gai-tit-noeud».

«En effet, plusieurs Anglais utilisaient cette procédure comme moyen de torture. Ce rassemblement de personnes souffrant du même problème aurait pris de l'ampleur et serait devenu l'une des plus grosses villes au Québec».

C'est ce qu'on peut lire sur ce site. Sans blague.

Wikipédia

Ce passage sur l'historique de la Ville de Gatineau dans le site Wikipédia a évidemment été ajouté par un p'tit blagueur qui, selon toute évidence, n'avait pas grand-chose à faire ce jour-là.

Et à sa place, je prendrais des cours de français, parce que son passage sur le web est bourré de fautes que j'ai corrigées pour cette chronique.

Parce qu'il est comme ça, le site Wikipédia. Pratiquement n'importe qui peut y écrire n'importe quoi.

Ça me rappelle une entrevue que j'ai réalisée il y a quelques années avec l'ex-membre du groupe Harmonium, Michel Normandeau, de Cantley.

Je m'étais un peu renseigné sur sa carrière sur le site Wikipédia, entre autres. Et on pouvait lire sur ce site que M. Normandeau et les autres membres du groupe Harmonium ne recevaient aucune redevance pour leurs nombreux succès musicaux des années 1970. Donc pas un sou noir pour les chansons Pour un instant, Un musicien parmi tant d'autres et... tant d'autres succès.

Quand j'ai soulevé cette injustice avec M. Normandeau, il m'a regardé comme si je venais de lui poser une question en chinois. Puis à son tour de me demander: «mais où as-tu pris tes informations? Parce que c'est totalement faux.»

Merci Wikipédia...

Ce site peut parfois être utile. Parfois. Mais comme on dit: «il faut en prendre et en laisser». Et pour l'explication «Gai-tit-noeud» sur l'origine du nom Gatineau, je vais la laisser.

Et dire que, pour se renseigner, les gens se tournent de plus en plus vers le web où n'importe qui peut s'improviser blogueur et/ou journaliste et écrire n'importe quoi...

Je vous le dis, d'ici une décennie où deux, la majorité des gens sur la planète va croire que la Ville de Gatineau a été nommée ainsi pour souligner la forte présence d'hommes au pénis plein de noeuds. De là le slogan: «Gai-tit-noeud, on y croît»...

Vente de garage

En terminant...

Un rappel que le personnel des Galeries de Hull organise une méga vente de garage lundi le 13 octobre, jour de l'Action de grâce, de 10h à 16h. L'événement se tiendra dans le stationnement de l'endroit, entrée sur le boulevard de la Carrière.

Tous les profits de cette journée seront versés à Lori Grégoire-Brière et Simon Lafrenière, un jeune couple de Gatineau, parents d'une fillette de huit mois, qui a grandement besoin d'un coup de pouce depuis que Lori a appris qu'elle était atteinte d'un cancer.

En d'autres mots, c'est pour une très bonne cause.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer