L'amour éternel

Roger et Doris Racine n'avaient pas l'habitude de... (Photo de courtoisie)

Agrandir

Roger et Doris Racine n'avaient pas l'habitude de fêter la Saint-Valentin. «Entre Doris et moi, c'est la Saint-Valentin tous les jours», confie M. Racine.

Photo de courtoisie

Partager

Sur le même thème

À la résidence Cité-Jardin, on les surnomme simplement «Les Amoureux». Avec un grand «A».

Roger et Doris Racine habitent ce complexe pour personnes âgées de Gatineau depuis quelques années. Roger, 93 ans, est originaire de Brownsburg, tout près de Lachute. Doris, 89 ans, est née au Nouveau-Brunswick.

En 1941, en plein coeur de la Deuxième Guerre mondiale, elle a quitté sa province natale pour venir travailler à Brownsburg, là où le gouvernement fédéral avait construit une manufacture d'armes et de munitions. Et c'est dans cette usine à fabriquer la mort que leur amour est né.

Le coup de foudre pour lui. Une étincelle au coeur pour elle. Une vive étincelle qui n'allait jamais s'éteindre...

«Doris et moi nous sommes fréquentés pendant quatre ans avant de nous marier, raconte M.Racine. J'aurais bien aimé la marier plus vite, je l'aimais tellement. Mais elle préférait attendre un peu. Alors j'ai attendu. Et ça ne me dérangeait pas, je l'aurais attendue toute ma vie.»

Le 15 mai dernier, Roger et Doris Racine ont célébré leur 68e anniversaire de mariage en compagnie de leurs deux filles, Carole et Julie.

Et leur fils, Denis, qui est décédé du cancer à l'âge de 59 ans, était avec eux en pensée.

Soixante-huit ans d'amour.

«Mes parents sont des éternels amoureux, dit Julie. Je ne les ai jamais vus ou entendus se disputer. Et je n'ai jamais vu mon père coucher sur le divan», ajoute-t-elle en riant.

«C'est parce que nous ne nous sommes jamais chicanés, intervient son père. Ta mère et moi nous embrassions tous les matins. De trois à quatre becs par matin. Et nous n'allions jamais au lit sans s'embrasser. Nous étions toujours ensemble. Nous sommes déménagés à Gatineau en 1947, j'ai travaillé comme menuisier toute ma vie au moulin, et tous les jours, j'avais hâte de rentrer à la maison.»

Le 1erfévrier dernier, Doris a fait une chute. «Ma mère était atteinte de diabète, explique sa fille Julie. Elle souffrait énormément depuis quelques années et il lui arrivait souvent de perdre l'équilibre et de tomber. Mais cette fois-là, elle a dû être hospitalisée pour être soignée pour quatre côtes fracturées. Et c'est là que les choses ont déboulé. La santé de ma mère s'est vite détériorée et, le 6février, le jour de mon anniversaire de naissance, elle a rendu l'âme. Et c'est drôle à dire mais... c'était un peu comme mon cadeau de fête. Parce qu'enfin, elle ne souffrait plus.

«Mon père était là quand Maman est partie. Il s'est approché de son lit et il lui a donné un dernier baiser. Puis il a levé la tête, il a regardé Carole et moi et, les yeux pleins d'eau, il nous a demandé: 'Qu'est-ce que je vais faire maintenant? Qu'est-ce que je vais faire sans elle?'«

C'est aujourd'hui la Saint-Valentin. J'ai demandé à M.Racine si lui et son épouse célébraient annuellement cette fête de l'amour.

«Non, pas vraiment, m'a-t-il répondu. Entre Doris et moi, c'était la Saint-Valentin tous les jours.

Et y a-t-il un secret pour vivre ensemble, en amour, pendant plus de 68 ans?

Il faut que les deux plient un peu, a-t-il répondu. C'est aussi simple que ça. Aujourd'hui, les couples se séparent à la moindre petite chose, à la moindre mésentente. Mais Doris et moi, on ne s'est jamais disputés. On n'a jamais même levé la voix. Et nous étions toujours ensemble. Mais là, elle est partie. Elle me disait toujours qu'elle voulait quitter avant moi.

Elle vous manque beaucoup?

(Il a baissé la tête, il a essuyé ses yeux de sa manche de chemise et il a dit:)

Ce matin, j'ai fait une prière pour qu'elle vienne me chercher.

Vous avez hâte de la retrouver?

Oui, beaucoup, a-t-il soufflé en hochant la tête.

Vous pensez qu'elle vous attend?

Non. Je ne pense pas qu'elle m'attend. Je sais qu'elle m'attend. Je le sais.»

Les funérailles de Doris Racine seront célébrées à l'église Jean XXIII, cet après-midi à 15h, journée de la Saint-Valentin.

Journée des éternels «Amoureux».

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • L'amour au Carrefour de l'Estrie

    Sherbrooke

    L'amour au Carrefour de l'Estrie

    Parmi les clients pressés, les vitrines ordonnées et les tablettes remplies à craquer, le Carrefour de l'Estrie cache un précieux produit ... »

publicité

publicité

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer