Remonter dans le temps

Partager

Sur le même thème

Avez-vous déjà été invités à une réunion des anciens ou à une soirée de retrouvailles? Vous savez, ces soirées où d'anciens collègues de classe se réunissent 10, 20 ou 30 ans plus tard pour partager et simplement voir ce qu'ils sont devenus?

Certains n'ont pas changé. D'autre sont méconnaissables. Certains ont réussi dans la vie. D'autres moins. Mais le simple fait de se revoir pour un moment rappelle de beaux souvenirs à tous.

Rita Maisonneuve, d'Ottawa, a fait ses études secondaires à l'école Genest, dans la paroisse Saint-Charles, à Vanier (qui s'appelait Eastview à l'époque). Elle habite aujourd'hui le petit village de Lacolle, tout près de St-Jean-sur-Richelieu, à une soixantaine de kilomètres de Montréal.

L'été dernier, MmeMaisonneuve a décidé de tenter de retracer ses anciennes collègues de classe de Genest. Elle a communiqué avec sa vieille amie à Ottawa, Lucille Laurin, et celle-ci a immédiatement accepté de l'aider dans ses recherches.

Mais la tâche n'était pas facile. Pas facile du tout. Parce que ces deux dames étaient collègues de classe en 9e année en... 1946. Il y a 66 ans!

«Le défi était de localiser nos amies, raconte MmeLaurin. C'était difficile parce que nous ne connaissions pas leur nom de mariée.»

Mais avec un peu d'aide et une patience inébranlable, MmesMaisonneuve et Laurin ont réussi à retracer 10 de leurs 21 camarades de classe d'il y a 66 ans.

«Nous nous sommes donné rendez-vous pour un dîner et, croyez-moi, les retrouvailles ont été émouvantes, reprend MmeLaurin. Nous avions... comment dirais-je? Nous avions quelque peu changé, lance-t-elle en riant. Il a même fallu s'identifier afin de se reconnaître! Ce rassemblement restera gravé dans notre mémoire longtemps.

Je regarde votre photo de classe de 1946, MmeLaurin, et je constate qu'il y avait seulement des filles dans cette classe.

Bien sûr. À l'époque, c'était les gars d'un bord et les filles de l'autre.

Et où êtes-vous dans cette même photo?

Je suis à l'arrière dans le coin, tout près de l'enseignante, soeur Charles Auguste.»

Ce dîner des retrouvailles s'est déroulé le 8septembre dernier et les dix dames se sont promises de recommencer dans un avenir rapproché.

«Cette rencontre nous a tellement comblées de joie, affirme MmeLaurin. On a pu se rappeler de très beaux souvenirs. Les choses ont tellement changé dans notre belle paroisse Saint-Charles du curé Barrette. L'église est aujourd'hui fermée, tout comme les églises voisines. Le presbytère n'est plus. On dirait que tout va à la dérive. Et à l'époque, nous étions dévouées à la cause canadienne française. Mais je lisais LeDroit tantôt, et j'apprends que le maire Watson ne veut rien entendre du bilinguisme officiel pour la Ville d'Ottawa. C'est vraiment décourageant. Nous sommes en 2012 et il faut encore se battre. Ça n'arrêtera jamais, faut croire.

«Alors cette rencontre avec nos anciennes collègues de classe nous a permis de se remémorer cette époque où tout semblait si facile, où tout le monde dans la paroisse se connaissait. Je ne l'oublierai jamais.

Merci, MmeLaurin.»

Une réunion d'anciennes collègues de classe, 66 ans plus tard...

Je devrais appeler les bureaux des records Guinness. Juste pour voir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer