Ce n'est pas sorcier

Denis Gratton
Le Droit

Que vous aimez ça quand je me trompe!

J'ai parfois l'impression de travailler devant des enseignants qui m'observent en attendant la moindre faute de ma part, la moindre petite erreur pour me taper les doigts avec leur règle de trois pieds.

Et c'est bien correct. Si personne ne me signalait mes erreurs, je les répéterais. Mais étiez-vous obligés de vous prendre à 50 cette fois-ci pour me corriger?

Je vous parle de ma chronique de la semaine dernière intitulée «Le Myrtle Beach du Nord» et qui portait sur les nombreux terrains de golf en milieu urbain à Gatineau. Et le mot clé dans la phrase précédente est le mot «urbain».

Je vous ai dit que sur le territoire de la Ville de Gatineau, on retrouve les sept terrains suivants en milieu URBAIN: le Château Cartier, le Champlain, le Tecumseh, le Gatineau, les Vieux Moulins, le Kingsway et le Buckingham.

Or, selon une vingtaine de lecteurs et lectrices, dont la députée fédérale de Gatineau, Françoise Boivin, j'aurais omis d'ajouter le terrain Le Sorcier à cette liste.

Voici deux courriels reçus parmi tant d'autres sut ce sujet. Vas-y Salomon:

«M. Gratton,

«Dans votre article du 31 mai, vous avez oublié de mentionner un terrain, soit Le Sorcier. Un terrain à voir avec beaucoup d'améliorations et de rénovations, des trappes de sable blanc, des sentiers pavés, un club house très bien aménagé,etc.. Je vous invite à le découvrir.»

Pierre L.

Merci bien Pierre. Vous avez entièrement raison. J'ai joué au Sorcier à deux reprises en mai et ce terrain s'est vraiment refait une beauté. Il n'est pas facile, avis aux débutants. Mais pour les «piocheux» aguerris comme moi, il représente un plaisant défi. Et comme vous le dites Pierre, le club house vaut le détour à lui seul.

On passe au deuxième courriel. Celui de mon collègue et chef des sports, Marc Brassard. Salomon:

«Salut La Bottine (je vais lui régler son compte cette année à celui-là...),

«Je suis au Sorcier et Guy (Guy Beaulieu, le professionnel de ce club) me fait dire de te donner de la m... pour avoir oublié son club dans ton round up d'hier.»

Merci pour ton courriel, Marc. Et désolé, Guy.

Définitions

Mais c'est ici que je reviens au mot «urbain». J'ai clairement indiqué dans ma chronique de jeudi dernier que je parlais des terrains de golf en milieu urbain.

Or, est-ce que Le Sorcier se trouve en milieu urbain? Il se trouve à approximativement cinq kilomètres de la sortie du boulevard Lorrain de l'autoroute 50. Sommes-nous toujours en milieu urbain à cet endroit? Ce n'est qu'à un jet de pierre de Val-des-Monts. Est-ce que Val-des-Monts se trouve en milieu urbain? Je ne le pense pas.

Et c'est la raison pourquoi j'ai délibérément exclu Le Sorcier de ma chronique de jeudi dernier. Mais si vous insistez, chers amis, ajoutons-le. Ce n'est pas sorcier. Après tout, je ne voudrais pas recevoir d'autre m... de Guy Beaulieu. Déjà que j'ai de la misère au golf, je n'ai pas besoin d'un «pro» sur mon cas. Bien que...

Autre erreur commise dans ce papier de jeudi dernier, et celle-là, «mon Père, je m'accuse». J'ai oublié trois terrains de golf qui se trouvent en milieu urbain: le Rivermead, le Royal Ottawa et le Hautes-Plaines.

Je connais ces trois terrains. Je sais exactement où ils se trouvent. J'ai même joué deux d'entre eux.

Et si je n'ai pas ajouté ces trois terrains, c'est parce qu'ils sont privés. Fermés au public. Réservés aux gens avec plus de cash que la moyenne.

Et mon erreur a été de ne pas ajouter le mot «public» dans ma chronique de jeudi dernier. J'aurais dû spécifier que je parlais des terrains de golf publics. Ouvert à tous. Même à ceux qui ont moins de «cash» que la moyenne.

Si j'avais inscrit le mot «public» quelque part dans mon papier, Salomon n'aurait pas été ensevelis de courriels. Pardon, mon cher ordi.

Alors voilà. Merci de m'avoir corrigé, tout le monde. Continuez à m'écrire, j'aime vous lire.

J'oubliais. Un lecteur m'a fait remarquer que 95% de la superficie du terrain de golf Buckingham se trouve dans L'Ange-Gardien. Un autre lecteur m'a dit que j'avais oublié le terrain le «Pineview» à ma liste. (Le Pineview se trouve à Ottawa, cher ami). Et un autre m'a dit que j'avais oublié le Dunnderosa et le Touraine. Ils ne sont pas situés dans un milieu qu'on peut qualifier d'urbain et l'un d'eux est un par 54 et non 72. Et ça, je l'indiquais clairement dans ma chronique.

Je connais très bien le Dunnderosa, j'étais membre de ce club dans ma jeunesse. Savez-vous combien coûtait une carte de membre à ce terrain en 1976? La réponse: 80$. C'est ce que mon père payait pour que mon frère Jean-Pierre et moi puissions passer nos étés au golf.

«Mais comment peux-tu jouer si mal aujourd'hui, Gratton, si t'as passé ta jeunesse sur un terrain de golf», me demandez-vous?

«Oh boy». Par où commencer...?

dgratton@ledroit.com 613-562-7531

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer