Le Pissou

Denis Gratton
Le Droit

Le conseiller municipal de Gatineau, Alain Riel, a traité son homologue Maxime Pedneaud-Jobin de «pissou». C'est ce qu'il a dit mardi dernier. Il a déclaré devant une poignée de journalistes que «les partis politiques sont souvent synonymes de corruption et l'approche du colistier (proposée par le conseiller Pedneaud-Jobin), c'est l'approche du pissou.»

Je ne reviendrai pas inutilement sur ce qui a provoqué le conseiller Riel. Le monsieur n'est tout simplement pas content parce que Maxime Pedneaud-Jobin a proposé la création d'un parti politique à Gatineau. Et selon Alain Riel, les partis politiques sont à éviter comme la peste.

Deux points de vue différents de la part deux coqs qui aspirent à la mairie de Gatineau.

Et qu'ils ne viennent pas me dire le contraire. Pedneaud-Jobin se voit maire de Gatineau en novembre 2013. Et Riel se voit maire de Gatineau en novembre 2013. C'est évident.

Et que le conseiller Riel sombre déjà dans des attaques personnelles comme celle de mardi dernier - à deux ans des élections (!) - augure plutôt mal pour les mois à venir dans le merveilleux monde de la politique gatinoise. C'est le maire Marc Bureau qui doit rire dans sa barbe...

«Insultez-vous sur la place publique pendant les 18 prochains mois, Messieurs les conseillers, faites des clowns de vous-mêmes, et moi je passerai pour le plus modéré des candidats et m'assurerai ainsi d'être réélu», doit se dire M. Bureau.

«Pissou», a déclaré le conseiller Riel.

Mais ça veut dire quoi au juste, le mot pissou? Utilisé dans un contexte politique, ça veut dire quoi?

Bon, j'ai souvent entendu ce mot, c'est sûr. J'ai quatre frères aînés. Donc croyez-moi, j'ai eu ma part de pissou dans ma vie!

«Allez Denis! Monte avec nous dans les montagnes russes», insistaient mes frères quand nous visitions la Super Ex.

«Non!

Come on Denis! T'es trop p'tit pour nous attendre tout seul. Viens avec nous, tu vas aimer ça.

Non. J'ai trop peur.

Pissou! Pissou! Pissou!

Je ne suis pas pissou!!

Alors viens.

O. k....»

Et dès que le manège se mettait en branle, j'avais tellement peur que... j'en pissais dans mes culottes. De là le mot pissou, faut-il en conclure.

Mais dans un contexte politique? Non, je ne crois pas. Parce que je doute fortement que Maxime Pedneaud-Jobin mouille ses culottes. Il est jeune, mais pas si jeune que ça!

L'une des dernières fois que j'ai entendu le mot pissou, il est sorti de la bouche de mon collègue et chef des sports, Marc Brassard. Celui-ci m'avait défié de le confronter dans une série de cinq tirs de barrage sur une patinoire de Masson-Angers dans le cadre d'une activité de financement, il y a plusieurs années de ça. J'ai refusé, n'ayant pas chaussé les patins en deux décennies. Marc a insisté, allant même jusqu'à me traiter publiquement de pissou.

Piqué au vif par ce dernier mot et orgueilleux comme je suis, j'ai décidé de relever son défi. Et ce qui devait arriver arriva: j'ai fait un fou de moi.

Et depuis ce jour, Marc ne m'appelle plus pissou, mais bien La Bottine! Ce n'est guère mieux, croyez-moi...

Mais encore là, le mot pissou était employé dans un échange de taquineries amicales. Il n'y avait rien de mesquin de la part du collègue Brassard.

Mais peut-être que le Petit Robert (c'est un dictionnaire ça, les jeunes. Je vous expliquerai c'est quoi un dictionnaire fait de papier dans une autre chronique) a la définition juste du mot pissou lorsqu'il est employé dans un contexte politique.

Heu... non. En fait, le mot n'existe même pas. Il y a le mot «pisseux», qui veut dire «imprégné d'urine» ou «d'une couleur passée, jaunie». Et il y a le mot «pissoir», qui est «un édifice public où les hommes vont uriner. V. bécosse.» (J'ai ajouté ce dernier mot). Mais pour le mot pissou, il est ni vu ni connu dans tous les dictionnaires de langue française.

Alors revenons à la question: que veut dire le mot pissou lorsqu'il est utilisé dans le cadre d'un débat politique?

De ce que j'ai lu au cours des derniers jours sur cette question d'un parti politique à Gatineau, j'en conclus que le mot pissou veut dire: «politicien qui veut présenter un programme cohérent dans le but de développer une vision claire pour l'avenir de sa ville et de ses concitoyens».

Et si c'est le cas, si c'est la définition juste du mot pissou lorsqu'il est employé dans un contexte politique, alors Maxime Pedneaud-Jobin est définitivement un pissou.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer