• Le Droit > 
  • Arts 
  • > Brigitte Haentjens endosse cinq artistes de la relève 

Brigitte Haentjens endosse cinq artistes de la relève

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE -Montral, Quebec: La... (Le Droit La Presse photo Bernard)

Agrandir

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE -Montral, Quebec: La comdienne: Sophie Desmarais et la metteure en scne: Brigitte Haentjens l'espace Go. La pice de thtre: UNE FEMME BERLIN -13 OCTOBRE 2016 -ARTS-845498

Le Droit La Presse photo Bernard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Quand Brigitte Haentjens a appris qu'elle recevait un prix du Gouverneur général pour les arts du spectacle, elle n'a fait ni une, ni deux : elle a décidé de diviser sa bourse de 25 000 $ en parts égales et de les remettre à cinq artistes de la relève en théâtre.

« Ç'a été instinctif, parce que je trouve ça normal, en fait, de donner au suivant. On parle beaucoup d'encourager la relève, de partager. Or, il faut parfois passer à l'action, et j'ai senti que c'était pour moi l'occasion de le faire », explique la femme de théâtre.

Brigitte Haentjens aurait pu choisir cinq metteurs en scène. Or, elle tenait, par son geste, à mettre en valeur différentes facettes reliées à sa discipline artistique. Comme elle tenait « aussi à encourager des femmes ». 

Quatre d'entre elles recevront donc 5000 $ chacune : la directrice, productrice, metteure en scène et co-fondatrice de la compagnie Joe Jack et John, Catherine Bourgeois,  la dramaturge Andréane Roy, la scénographe Julie Vallée-Léger et la metteure en scène Catherine Vidal.

Le cinquième récipiendaire est le comédien, auteur et poète Gabriel Robichaud.

« Ils représentent des artistes dans le plus pur sens du mot : ils ne font pas profession, ils créent ! »

Pour la metteure en scène et directrice artistique du Théâtre français du Centre national des arts, il était important de soutenir des plus jeunes ayant « une pratique distincte, qui s'affirment dans leur voix et développent des démarches personnelles ».

« Tout ce qui les rassemble, c'est leur engagement véritable dans leur art », renchérit-elle.

Catherine Bourgeois

Si elle a opté pour Catherine Bourgeois, c'est pour « son courage et sa volonté à donner une voix à des gens qui n'en ont pas souvent ». 

Depuis 2003, au sein de sa compagnie Joe Jack et John, Mme Bourgeois travaille notamment avec des acteurs professionnels ayant une déficience intellectuelle ou issus de l'immigration.

Julie Vallée-Léger

« L'inventivité, la créativité et la joie de créer » de la scénographe Julie Vallée-Léger (associée en particulier avec le Théâtre de la Pire espèce) ont séduit Brigitte Haentjens.

« Sa manière de travailler avec les objets et les univers magiques est vraiment très originale. »

Gabriel Robichaud

De l'Acadien de souche et Ottavien d'adoption (qui a récemment reçu le Prix littéraire Jeunesse pour sa pièce pour adolescents Le Lac aux deux falaises), elle apprécie la curiosité, le talent et la multidisciplinarité.

« Gabriel, c'est un vorace de théâtre, hyper curieux, qui apprend de tout et de tous », soutient-elle.

Andréane Roy

Aux yeux de la femme de théâtre, Andréane Roy est une « dramaturge brillante et une chercheuse infatigable ».

« Je voulais valoriser cette profession qui n'a rien de glamour, mais qui demeure pourtant fondamentale, au théâtre. Et Andréane, par sa rigueur et sa grande culture était un choix qui coulait de source. »

Catherine Vidal

Il en allait de même pour Catherine Vidal, dont Mme Haentjens est le mentor depuis plusieurs années.

« J'aime sa passion pour les mots. Catherine réfléchit beaucoup aux textes et développe parallèlement son propre vocabulaire de metteure en scène. »

Une place au CNA ?

Le public du CNA a déjà pu voir le travail de Catherine Vidal, dont l'adaptation du Grand Cahier d'Agota Kristof a été présenté en 2012.

Brigitte Haentjens, dont le mandat à la barre du Théâtre français (TF) être prolongé jusqu'en 2021, entend-elle faire une place à ses « protégés » dans l'une ou l'autre de ses prochaines programmations ?

« C'est un prix qui est décerné à la metteure en scène, pas à la directrice du TF », tient-elle à préciser, avant d'enchaîner en riant : « Mais il leur arrive de communiquer entre elles, parfois ! »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer