Amy Schumer, bombe explicite

Si Amy Schumer fait de son corps la... (Courtoisie)

Agrandir

Si Amy Schumer fait de son corps la cible régulière de ses blagues explicites, ses rondeurs lui servent aussi de munitions récurrentes à son humour de « féministe grande gueule ».

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Centre Canadian Tire accueille Amy Schumer, nouveau poids lourd de l'humour, qui viendra faire son # AmySchumerTour à Ottawa ce samedi, à 20 h.

Rien ne résiste à l'Américaine. Révélée en 2007, grâce à un épisode de l'émission de stand-up Live at Gotham, la Newyorkaise a atteint des sommets de la popularité depuis qu'elle a lancé l'émission Inside Amy Schumer (IAS), provocante série à sketches dans laquelle elle repousse les limites de ce qui « peut » se dire à la télé, et en tenant la vedette de Trainwreck (Cas désespéré, en français), film de Judd Apatow au scénario - signé Schumer - plutôt cru. 

Il s'agissait là des premiers pas de l'humoriste au grand écran. Le long-métrage s'est soldé par des recettes de plus de 110 millions $ au box-office et deux nominations aux Golden Globes (meilleure actrice et meilleure comédie). Mme Schumer a donc récidivé, avec la comédie Who Invited Her ?, dont elle signe également le scénario. Cette comédie mère-fille réalisée par Jonathan Levine compte sur la présence de Goldie Hawn. Il réunira en 2017 Amy Schumer à sa soeur, Kim Caramele - laquelle a également produit Trainwreck et la première saison d'IAS.

Rien que pour la troisième saison d'IAS, les capsules vidéo ont été visionnées plus de 83 millions de fois, sur Internet. Ce n'est plus un phénomène, mais un raz-de-marée. La bombe Amy Schumer ne se contente pas d'être la vedette d'IAS (où elle n'est jamais éclipsée par l'impressionnante brochette de prestigieux invités, de Jerry Seinfeld à Liam Neeson en passant par Selena Gomez ou Harvey Keitel) : elle en est aussi la productrice exécutive. 

Bien qu'IAS soit pour l'instant en hiatus prolongé, son diffuseur, la chaîne Comedy Central, a promis une cinquième saison. 

Tour à tour subtile ou grossièrement « hormonale », (faussement) candide ou absurde, la caustique  Amy Schumer s'impose en « traductrice » hors pair de la psyché féminine. Et peu importe si elle doit pour cela déborder un peu du cadre tacite des codes sociaux ou moraux. Sans tomber dans la provocation gratuite, elle se permet bien des grivoiseries que les humoristes femmes préfèrent d'habitude contourner. 

Elle refuse les doubles standards. Ose régulièrement faire des blagues en apparence odieuses, vulgaires, misogynes ou racistes... pour en réalité s'amuser à déjouer les préjugés. Et elle n'hésite pas à traiter de sujets qui fâchent ou divisent l'Amérique, comme le contrôle des armes à feu ou Donald Trump, dont elle a égratigné les supporteurs pendant la récente campagne présidentielle.

Moins naïve qu'avant

Assumant tant ses rondeurs que sa blondeur, elle pétille particulièrement lorsqu'elle joue la carte de la fille naïve, boulotte et/ou dépendante affective. Un 'personnage' qu'elle maîtrise d'autant mieux qu'elle ne l'a pas toujours « joué », avoue-t-elle en évoquant sa jeunesse. Son corps est d'ailleurs devenu à la fois une cible et une munition récurrentes de son humour de « féministe grande gueule » assez explicite.

En août dernier, la satiriste s'est dévoilée, au propre comme au figuré, en publiant The Girl With the Lower Back Tatoo. Ce récit autobiographique, sur la couverture duquel elle pose nu-dos, mêle confidences personnelles pas toujours amusantes et observations critiques plus rigolotes. En ces pages, la vedette évoque par exemple longuement la relation amoureuse « toxique » dont elle a souffert lorsqu'elle était dans la vingtaine.

Et finissons sur une petite anecdote révélatrice de son nouveau statut d'icône de l'humour : en 2015, Amy Schumer avait ouvert une des prestations du Rebel Heart Tour de Madonna. En octobre dernier, Madonna, autre incarnation d'une féminité complètement libérée, lui renvoyait l'ascenseur en lui faisant la surprise de venir présenter un court court numéro de stand-up en ouverture du spectacle d'Amy Schumer au Madison Square Garden. Un numéro politisé et licencieux, dans le ton des gags salés de son amie Amy - où la chanteuse promettait au passage une fellation mémorable à tous ceux qui voteraient pour Hillary Clinton.

POUR Y ALLER : 

Centre Canadian Tire

Le 18 février, 20 h

1-877-788-3267 ; ticketmaster.ca




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer