• Le Droit > 
  • Arts 
  • > Le Fonds de création du CNA investira 3 M$ par année 

Le Fonds de création du CNA investira 3 M$ par année

Peter Herrndorf croit qu'il est temps pour le... (Patrick Woodbury)

Agrandir

Peter Herrndorf croit qu'il est temps pour le CNA de prendre des risques.

Patrick Woodbury

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Trois millions $ par an destinés aux projets d'artistes «innovateurs et ambitieux» en musique, en théâtre et en danse pour au moins les huit prochaines années: voilà l'engagement dévoilé ce jeudi par le Fonds national de création de 25 millions$ mis sur pied par le Centre national des arts (CNA).

Ce faisant, le CNA entend «enfin devenir le leader dans le milieu culturel canadien qu'il doit être» d'un océan à l'autre, soutient le président et chef de la direction de l'institution Peter Herrndorf.

«Le CNA a bien joué son rôle dans le soutien à la performance et à l'éducation au cours des dernières décennies. Il est maintenant grand temps que nous oeuvrions à prendre des risques, à encourager le développement des talents des créateurs des quatre coins du pays en leur donnant la chance de mener à terme les projets qu'ils ont en tête», renchérit M. Herrndorf.

Entre 15 et 20 projets seront ainsi retenus annuellement, à compter de l'an prochain, par l'équipe de la productrice artistique du Fonds national de création, Heather Moore.

«C'est une place que le CNA devrait occuper dans l'écosystème culturel du pays depuis longtemps, sans en avoir eu les moyens financiers, ni la volonté politique jusqu'à maintenant, reconnaît Mme Moore. Grâce au Fonds, prendre le temps pour aller au bout d'une idée sera possible. Les essais-erreurs le seront aussi, car ils devraient pouvoir faire partie du processus de création!»

Favoriser le rayonnement (inter) national

Trois critères de base seront pris en compte par le comité de sélection: l'aspect innovateur et ambitieux du projet soumis; le calibre de l'équipe de création et de production de l'oeuvre; et son potentiel de rayonnement sur les scènes nationales et internationales.

M. Herrndorf et Mme Moore citent le travail de la chorégraphe de Colombie-Britannique Crystal Pite ainsi que l'homme de théâtre Robert Lepage et son spectacle887 présenté à Ottawa un peu plus tôt cette année.

Dans cette optique, quelle place ce Fonds accordera-t-il à la relève?

«Oui, nous miserons sur des artistes établis, qui peuvent briller ici et à l'étranger, mais je suis convaincue que le Fonds ouvrira également des possibilités pour toute une nouvelle génération de créateurs», soutient Heather Moore.

Les sommes investies ne serviront donc pas «pour enregistrer un nouvel album», ni à passer des «commandes» aux artistes, fait valoir Mme Moore. Elles pourront plutôt être mises à profit pour louer un local afin de répéter sur une plus longue période ou encore pour se procurer l'équipement technologique nécessaire au projet.

«Trop de metteurs en scène ou de chorégraphes se restreignent à deux interprètes, par exemple, parce qu'embaucher les 10 dont ils auraient besoin pour aller au bout de leur idée coûte trop cher ou les limiterait ensuite dans les possibilités de partir en tournée avec leur spectacle», mentionne-t-elle.

Du temps et de l'espace

Pour Peter Herrndorf, le Fonds doit donc servir à «faire la différence» pour ces créateurs en leur donnant plus de temps et d'espace pour développer leur plein potentiel. Et le faire voir au plus grand nombre.

«En investissant dans ces projets, nous voulons convaincre les artistes de prendre eux aussi des risques pour qu'au final, leur projet soit présenté au public dans sa forme aboutie.»

Il n'est toutefois pas prévu que la somme allouée par le Fonds soit l'unique source de financement d'un projet.

«Nous ne serons pas les seuls producteurs d'une oeuvre. Les créateurs qui soumettront leur projet devront avoir d'autres partenaires et investisseurs», explique Heather Moore.

Cette dernière espère par ailleurs que le Fonds «donnera envie aux diffuseurs de prendre plus de risques aussi», dans leurs programmations.

Le Fonds national de création, qui cumule déjà des dons de plus de 23 millions $ (sur l'enveloppe totale de 25 millions $ visée), sera prêt à recevoir les premières propositions à compter du 1er novembre 2017.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer