Dumas, ici et maintenant

«Avec ce nouveau spectacle, j'assume à fond mon... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

«Avec ce nouveau spectacle, j'assume à fond mon côté showman», souligne Dumas.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En mai dernier, Steve Dumas a (presque) donné le coup d'envoi de son actuelle tournée à Gatineau en livrant sa meilleure prestation à la salle Jean-Despréz. Il revient le 13 septembre, cette fois dans le cadre du Festival de l'Outaouais émergent. Il sera alors de passage au Petit Chicago, où il fera danser les spectateurs, slow inclus.

«Avec ce nouveau spectacle, j'assume à fond mon côté showman, souligne l'auteur-compositeur-interprète avec un sourire dans la voix. Je me suis longtemps retenu, mais là, j'ai vraiment eu envie d'aller au bout de l'idée d'une piste de danse.»

D'ailleurs, enchaîne-t-il du même souffle, tout le spectacle a été comme un set de DJ. «L'ordre des chansons a vraiment été pensé dans cette optique!»

Après s'être entouré d'une nouvelle bande de musiciens pour enregistrer Dumas, l'an dernier, le chanteur et musicien de 36 ans a donc poursuivi poussé par ce vent de changement pour remonter sur scène. Il a misé sur deux multi-instrumentistes, Charles Robert et Pascal Racine-Venne (qui sera remplacé par Simon Blouin dimanche) pour l'accompagner sur la route.

Ce faisant, il a voulu à se donner plus de marge de manoeuvre et redéfinir sa manière d'occuper l'espace.

«Le trio permet de moduler plus facilement l'ambiance, du plus intime au plus festif. C'est vraiment le meilleur des deux mondes. La notion de triangle fait sauter les barrières, autant dans notre disposition sur scène que dans notre manière d'interagir, entre nous et avec le public», fait valoir Dumas.

«C'est un formidable terrain de jeu, dans lequel je m'amuse énormément!»

Et puis, toutes ses années de tournée commencent à porter fruit: «Je ne me suis jamais senti aussi bien devant les gens», confirme-t-il.

Artiste et papa, ici et maintenant

Car l'artiste fait écho au papa qu'il est devenu: même sur scène, il demeure branché sur le ici, maintenant.

«Plus jeune, j'anticipais la prochaine chanson, je me préparais pour ce qui allait suivre, au lieu de vivre ce qui était en train de se passer. Aujourd'hui, je profite pleinement de chaque seconde, du moment présent et partagé avec le monde qui m'entoure. Ça change ma façon d'être et de jouer.»

Il profite également de l'occasion pour non seulement revisiter avec aisance ses plus récentes pièces, mais aussi pour revamper ses incontournables (telle Alors alors, par exemple).

Au point où, confie-t-il, il n'a pas encore songé à son prochain disque.

«J'ai vraiment juste le goût de penser au présent», soutient celui dont la tournée compte plusieurs dates pour 2016, de toute façon.

Il faut dire que Dumas apprivoise aujourd'hui le spectacle comme une entité en soi, et non plus le prolongement d'un album. Si bien que c'est plutôt l'inverse qui pourrait survenir.

«La formule trio me plaît beaucoup et j'ai comme l'impression que ma future création se fera à partir du trio. En tout cas, je crois bien que je vais continuer dans cet esprit-là pour un bon bout.»

Pour y aller

Où? Petit Chicago

Quand? Le 13 septembre, 21h

Renseignements: 819-205-2070; www.festfoe.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer