• Le Droit > 
  • Arts 
  • > Finis les Grands Feux, nom de Zeus! 

Finis les Grands Feux, nom de Zeus!

Qui de l'Espagne, la Belgique, la Grèce ou... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

Qui de l'Espagne, la Belgique, la Grèce ou le Venezuela remportera samedi soir le fameux trophée Zeus, suprême récompense des Grands Feux du Casino du Lac-Leamy?

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Qui de l'Espagne, la Belgique, la Grèce ou le Venezuela remportera samedi soir le fameux trophée Zeus, suprême récompense des Grands Feux du Casino du Lac-Leamy?

Gabriel Le Marquand Perreault a déjà sa petite idée, mais ne mouchardera pas. Le jeune juré a visiblement bien été briefé. Ce passionné de feux d'artifice a rejoint le comité pointeur qui a noté chaque spectacle pyromusical depuis le début de la compétition, le 8 août. «Nous-mêmes ne connaissons pas les notes attribuées par les autres membres du jury», se dédouane-t-il. Avant de reconnaître qu'un enthousiasme partagé semblait tout de même converger vers le même spectacle. Il faudra attendre la fin de la grande finale orchestrée par Royal Pyrotechnie, l'équipe organisatrice de l'événement, pour que la mèche soit vendue.

Cette année fut un cru millésimé, selon le directeur technique des Grands Feux, Patrice Guy.

Gabriel, notre jeune juré, nous explique en quoi chaque équipe aurait son point fort. La Belgique, le grand respect du thème - Sur les champs de Flandres, en commémoration à la Grande Guerre; l'Espagne, le côté «plein la vue»; la Grèce, les couleurs; le Venezuela, le synchronisme. Côté couacs, c'est le feu de côté qui dérange: une touche inopportune de bleu dans un grand bouquet rouge - «certainement un mauvais branchement», précise-t-il - une bombe lancée dans le mauvais sens, et c'est toute la symétrie du spectacle qui s'en trouve chamboulée. Chaque aspect compte: enchaînement des tableaux, ambiance, rythme, originalité, symétrie...

Quant au déménagement du site en contrebas du Musée canadien de l'histoire, tout le monde continue de s'en réjouir après une deuxième année en centre-ville. «Les spectacles sont 30 à 40% plus larges qu'au lac Leamy», assure M. Guy.

Le promoteur de l'événement, Claude Hamelin, pense déjà au positionnement des Grands Feux pour le 150e anniversaire de la Confédération en 2017. «Il s'agira de bonifier la programmation et le contenu pyrotechnique», songe-t-il, et plus généralement de susciter un engouement touristique lors des deux semaines que durent les Grands Feux afin d'en faire «un événement-signature» de la région.

En attirant 35000 personnes autour du site, il espère que les commerçants du centre-ville du secteur Hull se mettront au diapason de la manifestation. Il prévient: «Ce n'est pas à nous d'aller les chercher, mais à eux de nous proposer des idées.»

En attendant la prochaine édition, les inconditionnels des feux d'artifice fêteront le dernier rendez-vous dans une ambiance disco. La présentation conçue par Royal Pyrotechnie fera vibrer les airs sur des compilations de grands succès des années 1990 remixées par MC Mario. Explosions de lumières stroboscopiques et scintillements garantis.

Pour y aller

QUAND? Samedi 22 août, 21h15

OÙ? Derrière le Musée canadien de l'histoire

RENSEIGNEMENTS: www.feux.qc.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer