• Le Droit > 
  • Arts 
  • > La Grande Guerre commémorée par les artificiers belges 

La Grande Guerre commémorée par les artificiers belges

L'artificier Christopher Byl et son épouse Marie-Andrée Schollaert... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

L'artificier Christopher Byl et son épouse Marie-Andrée Schollaert ont découvert le «très beau décor» des Grands Feux.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le fondateur de la firme flamande CBF Pyrotechnics, Christopher Byl, est arrivé de son Plat Pays natal samedi, juste à temps pour apprécier le spectacle pyromusical offert par ses compétiteurs espagnols dans le cadre des Grands Feux du Casino du Lac-Leamy.

S'il avoue avoir été impressionné par la finale explosive de samedi, il promet en toute humilité d'offrir «quelque chose de créatif» et de «différent», à travers un spectacle articulé autour des thèmes de la guerre et la paix.

Sa création pyromusicale entend rendre un hommage aux soldats ayant combattu durant la Première guerre mondiale et ceux qui ont péri au champ d'honneur. Baptisée In Flanders Fields (Sur les champs de Flandres), sa création pourrait faire résonner des cordes sensibles à Ottawa, berceau du médecin militaire John McCrae, auteur du célèbre poème.

Il s'agit d'un «hasard qui tombe très bien» et non d'un geste calculé, a toutefois indiqué M. Byl lundi, alors qu'il rencontrait les médias.  Sa firme a d'ailleurs déjà offert un spectacle portant le même titre à Shanghai, l'an passé, à l'occasion d'une compétition dont il est revenu vainqueur.

Mais la mise à feux proposée mercredi soir est bel et bien une première au Canada, précise Christopher Byl, qui vient tirer pour la toute première fois au pays. Et l'artificier a tout naturellement trouvé une façon d'incorporer le poème à son spectacle.

Pour accompagner ce thème, il a élaboré une trame musicale plutôt orchestrale, d'inspiration épique, qui, en faisant appel à Audiomachine, Thomas J. Bergersen, E.S. Posthumus ou encore aux compositions cinématographiques de Two Steps From Hell, s'éloigne éminemment des sentiers battus. 

Des airs choisis expressément parce qu'ils ne sont pas très connus du grand public, fait valoir Christopher Byl, qui affine depuis plusieurs années ce parti pris. «Quand je fais jouer des chansons connues, j'ai toujours peur que le public porte trop d'attention à la musique, plutôt qu'au spectacle», indique celui qui aime particulièrement «créer des effets pyrotechniques qui ne soient pas standards».

Créer sa propre tradition

Le pyrotechnicien Belge a fondé sa compagnie CBF - Christopher Byl Fireworks - il y a de cela 20 ans, dans un pays qui n'a jamais eu de grande tradition en la matière. «À Bruxelles, les feux d'artifice ne sont pas tellement grands. [...] On n'a pas de législation encadrant les tirs de feux d'artifice ou qui vient préciser les distances de sécurité», illustre-t-il. Il est même interdit d'y produire des pétards», témoigne-t-il.

Ces petits détails n'ont pas empêché sa vocation de poindre très tôt. «Tout le monde a des rêves. Moi, enfant, je voulais devenir soit artificier, soit astronaute. Mais astronaute, c'était un peu plus difficile», sourit celui qui, depuis 2003, participe à des festivals internationaux, heureux de pouvoir partager dans le monde entier sa «joie de créer des feux et de synchroniser un spectacle».

CBF Pyrotechnics a dans la foulée reçu de nombreux prix en Europe et en Asie.

M. Byl et son épouse, Marie-Andrée Schollaert, une institutrice qui met volontiers l'épaule à la roue, ont découvert avec ravissement le «très beau décor» des Grands Feux - derrière le Musée canadien de l'histoire, où ils ont déménagé l'an dernier. «On n'a pas de rivière aussi grande, en Belgique. Avec l'eau et le Parlement qui s'y reflète, c'est vraiment un site de rêve!»

Des DJ s'occuperont de l'animation musicale du site dès 18h30. Xochiti Dance Group montera sur scène à 19 h pour une démonstration de danse traditionnelle du Salvador. Un spectacle musical FUNK-A-TRON 5000 égayera les lieux juste avant et après le spectacle pyromusical. Les arts de la rue seront à l'honneur toute la soirée, avec plusieurs interventions de la troupe Poliquin-Simms au carré, à partir de 18 h.

***

POUR Y ALLER

Mercredi (12 août), 21h15

Derrière le Musée canadien de l'histoire

www.feux.qc.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer