L'orchestration des étincelles

L'équipe de Patrice Guy, directeur technique des Grands...

Agrandir

L'équipe de Patrice Guy, directeur technique des Grands Feux et l'Espagnol Vicente Talayero s'activent sur la barge pour mettre en place le spectacle de samedi soir.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

« Allez-y, signez! » Le directeur technique, Patrice Guy nous tend une bombe empaquetée comme un colis postal. La plus grosse de tout l'attirail. Elle renferme en poudre et en mèche une infime partie du feu d'artifice espagnol tiré samedi soir. Sur la barge flottante, les rituels sont toujours de mise. Les invités en visite sur la rampe de lancement des Grands Feux doivent apposer leur signature un peu partout.

Lors de notre dernier reportage, il y a deux ans, LeDroit avait été convié à redécorer les murs de la guérite de tirs. Un petit gribouillis toujours présent, mais remisé derrière une étagère. Cette fois, notre signature partira à 160 mètres de hauteur dans une explosion dorée « avec une pointe rouge scintillante », précise le directeur de Royal Pyrotechnie. Une destinée bien plus grandiose que la dédicace précédente, aux couleurs artifices du journal, de surcroît, c'est de la bombe!

Puis il y a les autres rituels, nous rappelle Ghislain, un fidèle artificier des Grands feux qui nous conduira en bateau jusqu'à la barge. Par exemple, il serait de bon augure de suspendre un chapelet à une corde à linge pour demander une météo clémente le jour J.

Sans tarder, Ghislain extirpe un grigri de son portefeuille, entre le fer à cheval et la pièce de monnaie. Mais il pense en changer. L'an dernier, les Grands Feux du Casino du Lac-Leamy ont essuyé trois soirs de pluie, un coup dur pour l'achalandage de l'événement.

« Le plus inquiétant, ce n'est pas la pluie, nuance M. Guy, mais les orages électriques et les vents très forts ».

Pour les équipes techniques, le marathon des préparations a débuté. Au fil de la journée, la barge s'est ainsi hérissée de tubes de mortiers, que les artificiers ont chargés de bombes et raccordés aux bornes. Une dizaine de mètres d'explosifs flottants, qui ne semblent perturber ni les croisières touristiques « Au feel de l'eau », ni le Parlement canadien non loin du site.

Sur les flots, la sécurité a été amplifiée, surtout les soirs de spectacle, mais les feux d'artifice peuvent aisément dépasser la hauteur de la Tour de la Paix sans inquiéter les autorités. Le site est extraordinaire, et la vue, à couper le souffle.

Majestueux

Depuis l'an dernier, le déménagement des feux du lac Leamy à la rivière des Outaouais, au coeur du pôle le plus touristique de la région, a offert une meilleure accessibilité au site. Les organisateurs espèrent ainsi rejoindre davantage de spectateurs anglophones. Mais le nom de la manifestation - dicté par le principal commanditaire - ne changera pas. Même planté au beau milieu de la rivière, le spectacle s'affiche toujours derrière les lettres « Grands Feux du Casino du Lac-Leamy ».

Avec le Parlement en surplomb, l'événement (et son commanditaire) ne pouvaient rêver meilleur emplacement promotionnel.

Et si les rives offrent une visibilité dégagée aussi bien du côté d'Ottawa que de celui de Gatineau, M. Guy reste formel : les spectacles pyrotechniques ont été conçus pour être observés à partir du Musée canadien de l'histoire. Les jeux de croisement et les reflets sur l'eau, estime-t-il, ne seraient pas aussi majestueux d'un autre point de vue. Le site offre également une sonorisation de pointe.

Les spectateurs extérieurs pourront toujours syntoniser leur radio sur les fréquences de Rouge Fm (94,9 fm) ou de Magic (100,3 fm). Un embrasement pyromélodique à ne pas manquer samedi soir.

Les nouveautés

• Augmentation de 3 $ du tarif pour l'admission générale, qui passe à 8 $.

• Retour des sièges réservés : 1000 places assises environ.

• Programmation de spectacles musicaux après les feux d'artifice, jusqu'à 22h30.

• Constitution d'un jury jeunesse parmi le jury officiel.

La compétition

  • Chaque équipe en lice concourt pour le grand prix, le trophée Zeus, remis par un jury de journalistes locaux : Annie Lachance, Stuntman Stu et Yannick Boursier, rejoints cette année par trois jurés adolescents.
  • Le Prix du public, décerné par un vote populaire en ligne, récompense le feu d'artifice préféré des spectateurs.
  • Chaque spectacle représente un budget minimum de 200000 $. En revanche, les équipes pyrotechniques ne sont pas limitées financièrement dans leur course au gigantisme.

Bon à savoir

• Fermeture du pont Alexandra entre 20h30 et 22h15.

• Admission gratuite pour les enfants de 11 ans et moins.

• Équipements de sport (planche à roulettes, vélo, patins à roulettes) et animaux interdits sur le site.

• Contenants de verre et boissons alcoolisées provenant de l'extérieur proscrits.

• Les feux d'artifice ont lieu quelle que soit la météo.

• Service de navette à partir du Loblaws du Plateau et du Parc-o-bus Centre Robert-Guertin. Départs à 18h30, 19h, 19h30, 20h et 20h30.

• Retour gratuit en autobus de la STO sur présentation du bracelet d'admission des Grands Feux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer