La magie opère avec Varekai

De ce Varekai, spectacle du Cirque du Soleil... (Photo de Simon Séguin-Bertrand, LeDroit)

Agrandir

De ce Varekai, spectacle du Cirque du Soleil présenté à Ottawa jusqu'à dimanche, on se souviendra d'une formidable aventure humaine.

Photo de Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Dans une forêt lointaine, exotique, magnifique, au sommet d'un volcan, un jeune garçon nommé Icare, vêtu de blanc, tombe du ciel pour atterrir au milieu de créatures sublimes aux couleurs étincelantes. Elles lui voleront ses ailes, le pauvre se retrouvant prisonnier dans leur filet, un prétexte pour qu'il s'élance dans les airs à coups de plongeons et de contorsions qui séduiront par leur poignant lyrisme.

Cinq acrobates s'amèneront ensuite pour en mettre plein la vue avec leurs pirouettes qui s'entrecroisent au sol, lesquelles seront suivies des prouesses d'une majorette faisant rougir d'envie toutes les demoiselles qui un jour ont déjà manié le bâton durant leur jeunesse. Elle en fera virevolter trois à la fois à une vitesse vertigineuse sur ses mains, ses coudes et ses avant-bras sans jamais en échapper un.

Réputé pour ses numéros clownesques, le Cirque du Soleil nous fera ensuite découvrir un formidable duo composé d'un magicien maladroit et d'une assistante blondinette et rondouillarde, un tantinet lubrique, qui tout au long de la soirée provoqueront plusieurs éclats de rire et quelques bonnes claques sur les cuisses.

Spectaculaire sera le numéro de danse géorgienne où les danseurs tourbillonneront sans arrêt en sautant sur leurs genoux, faisant preuve d'une endurance, d'une précision et d'une frénésie à toute épreuve.

Au retour de l'entracte, le spectateur sera accueilli par un défilé magique de lucioles avant d'être surpris par deux voltigeurs retenus aux poignets par des courroies, ceux-ci survolant la scène dans un ballet chorégraphique aérien en parfaite synchronisation.

Toute menue, une jeune femme se hissera bien haut, agrippée à son trapèze, la belle se contorsionnant et se glissant d'une figure à l'autre, le public étant bouche bée devant sa souplesse et son adresse d'une précision chirurgicale, le moindre faux pas pouvant entraîner sa chute.

Évidemment, lorsque le cortège en entier des personnages s'avance en une mosaïque de coloris flamboyants au son d'une musique retentissante, on devinera - le coeur déçu - que la fin approche. Deux balançoires russes seront installées, les engins servant de tremplin aux acrobates qui seront propulsés avant de se poser sans faille sur les poignets de leurs partenaires pour ensuite s'élancer allègrement d'une balançoire à l'autre.

Envoûtantes, les mélodies arméniennes traditionnelles interprétées par un orchestre seront un pur ravissement pour les oreilles tandis que les costumes n'en finiront plus d'éblouir par leur somptuosité. De ce Varekai, on se souviendra d'une formidable aventure humaine portée par des artistes pour qui le corps - au-delà de son énorme puissance physique - est aussi une splendide oeuvre d'art.

Pour y aller

Où : Centre Canadian Tire

Quand : Jusqu'au dimanche 5 juillet

Renseignements : www.capitaltickets.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer